L Homme qui ne savait plus écrire

Un jour de novembre 2005, c’était un samedi, je me souviens très bien, ma vie a changé, radicalement. Je ne sais pas comment définir ce moment, par commodité on peut appeler cela l’accident. L’accident donc, a de multiples facettes mais c’est d’abord une révolution, un retour au point de départ de mon rapport au langage. Dans la mesure où j’ai encore beaucoup de mal à conjuguer les verbes, mon récit sera surtout écrit au présent.

A day in November 2005, it was a Saturday, I remember very well, my life changed, radically. I am not sure how to define this moment; for convenience it could be called « the accident ». This accident has many faces, but it is first and foremost a revolution, a return to the starting point of my relationship with language. Since it is still very difficult for me properly to conjugate verbs, I will write my story mostly in the present tense.

Matheron François

Enseigne la philosophie à Paris. Traducteur de {L'anomalie sauvage} et (en collaboration avec É. Balibar) du {Pouvoir constituant} d'Antonio Negri. A édité une partie de l'œuvre posthume de Louis Althusser. Co-secrétaire de rédaction de {Multitudes}