Movimientos de rebeldía y las culturas que traicionan

Homme et femme à la fois, portée par le désir de liberté, libre, contre tout dogme psychanalytique, d’avoir accès à deux mondes. Elle revendique son identité chicana, forgée dans l’histoire de la résistance de la femme indienne, elle affirme avec force sa culture métisse, blanche, mexicaine et indienne à la fois, une culture fabriquée suivant une architecture féministe. Les Chicanas vivent entre plusieurs mondes et racontent leur histoire avec leurs propres mots : c’est le récit à la première personne, le récit comme théorie.

A man and a woman at the same time, borne by the desire for freedom – free, against all psychoanalytic dogmas, to move between two world. She invokes her chicana identity, created in the history of resistance of the Indian woman ; she asserts her mestiza culture – white, Mexican and Indian at the same time, a culture developed according to a feminist plan. Chicanas live in between several world, and tell their story in their own words : a first-person narrative, narrative as theory.

Gloria Anzaldua

1942-2004) Ses travaux ont permis d’élargir le champ du féminisme et contribué au développement des études chicanas, queer et postcoloniales. Elle a publié notamment Borderlands/La Frontera : The New Mestiza ; en collaboration avec Cherrie Moraga (dirs.), This Bridge Called My Back : Writings by Radical Women of Color (New York, Kitchen Table, Women of Color Press, 1983) ; en collaboration avec Analouise Keating (dir.), Interviews/Entrevistas (New York, Routledge, 2000).