Tous les articles par Goffi Jean-Yves

L’éthique des vertus et l’environnement

À l’heure actuelle, trois théories se disputent la prééminence en matière d’éthique normative : le déontologisme, qui considère que le critère de la correction morale réside dans une propriété intrinsèque des actes ; le conséquentialisme, qui aligne la correction morale des actes sur leur contribution à la promotion de bien non moraux ; enfin l’éthique des vertus, qui fait du caractère de l’agent le critère permettant d’apprécier ses actions. Les partisans contemporains des deux premiers types de théorie ont articulé de façon parfois assez détaillée les principes d’une éthique de l’environnement. Il s’agit pour l’auteur d’indiquer les grandes lignes d’une éthique environnementale des vertus, et de montrer que, dans ses conclusions pratiques, cette éthique se rapproche d’une forme d’environnementalisme faible.

The ethic of virtue and environment
Three different theories currently struggle for pre-eminence in the normative ethical question. Deontologism considers that the criteria for ethical correctness is within the act itself. Consequentialism considers the ethical correctness of an act to be linked to its contribution to the promotion of non-ethical goods. Finally, the virtue ethics sees the character of the actor as the criteria to appreciate his or her acts. Today the first two theories have developed the principles of environmental ethic in detail. The author points to the main features of an environmental ethic of virtue and shows that in practice such an ethic resembles a form of weak environmentalism.

Goffi Jean-Yves

Professeur de philosophie générale et de bioéthique au Département de Philosophie de l’UFR Sciences Humaines de l’Université Pierre Mendès France-Grenoble 2. Il est l’auteur notamment de La philosophie de la technique, Paris, PUF, 1988, Le philosophe et ses animaux. Du statut éthique de l’animal, Grenoble, J. Chambon, 1994, Qu’est-ce que l’animalité ?, Paris, Vrin, 2004, Penser l’euthanasie, Paris, PUF, 2004, et a été président de la « Société pour la Philosophie de la technique » de 1999 à 2004.