Tous les articles par Maxime Laurent

Soit une séquence autobiographique, dans un essai de l’artiste et militant new-yorkais David Wojnarowicz: cauchemar abstrait; escapade au désert; conduite à l’aveugle; meurtre d’étudiant blanc; sexe en bord de route. Quelle politisation de la voix s’y dessine-t-elle ? Quelle idée de la démocratie y est-elle impliquée ? Pour répondre à ces questions : quelques micro-lectures, et un peu de technique vocale. Thèse à l’horizon : une démocratie a besoin que les gens deviennent voix.

Being Vocal : resonances of David Wojnarowicz

David Wojnarowicz was a graphic artist and an AIDS activist. In his autobiographical essay In the Shadow of the American Dream, we find the following sequence: abstract nightmare, desert trip, blind driving, student murder, and outdoor sex. Does it tell something about becoming vocal, in a political sense? What does it suggest about democracy? Micro-readings, and a singer’s know-how, will help me to answer. As a guideline: democracy needs people to be vocal.

Maxime Laurent

Philologue et enseignant (littératures classiques, littérature française moderne). Il s’intéresse notamment aux relations entre philosophie et la littérature (néoplatonisme, Deleuze).