Tous les articles par Michel Régis

Freud se heurte, avec le masochisme, à la part maudite de l’analyse, qui fut toujours le féminin. Masoch ruine à lui seul l’appareil épistémologique de l’inconscient freudien, lequel réinvente le sexe, mais pas le monde : il cède aux vieux démons de la métaphysique, où triomphe l’instinct de mort. Retour du refoulé. Masochism brings Freud […]

Michel Régis

Conservateur en chef des Arts graphiques au musée du Louvre, historien de l'art. Il a publié notamment : (éd.), Posséder et détruire : stratégies sexuelles dans l'art d'Occident RMN, 2000 ; La Peinture comme crime, ou la part maudite de la modernité, RMN, 2001 ; Où en est l'interprétation de l'oeuvre d'art ? ENSBA, 2001 ; David. L'Art et le Politique, Gallimard, 2003.