Tous les articles par Paulré Bernard

On oppose souvent la thèse de l’émergence d’un capitalisme cognitif à celle de l’émergence d’un capitalisme financier. Nous pensons que cette opposition et l’injonction de choix qu’elle exprime est fallacieuse. Le postfordisme produit, dans un même mouvement d’ensemble, et un développement considérable, qualitatif et quantitatif, de la sphère financière, et un capitalisme fondé sur la valorisation de la connaissance. Notre propos est d’énoncer un certain nombre d’argument justifiant cette interdépendance et spécifiant sa cohérence.

The thesis of a financial capitalism is often opposed to the thesis of a knowledge capitalism. We argue that this opposition and the quasi order we get to choose between the two thesis are spurious. In the same global change dynamics, post fordism is producing an important development, qualitative and quantitative, of the financial area, and a knowledge based capitalism. Our intent, in this article, is to give some arguments for the justification of this interdependency and for the identification of its coherence.

La Nouvelle économie a envahi la presse au point qu’il peut sembler aujourd’hui incongru de prétendre s’interroger sur le sens et la portée de cette notion qui reçoit pourtant des acceptions sensiblement différentes. Cette notion, qui a principalement son origine dans certains médias nord-américains, est plus un phénomène médiatique qu’un véritable courant intellectuel ou politique. […]

Paulré Bernard

Professeur de Sciences économiques à l'Université Paris-I, il centre son activité de recherche sur deux thèmes : l'économie industrielle et les mutations du capitalisme contemporain. Il prépare actuellement la publication de deux ouvrages collectifs : l'un sur La connaissance dans les sociétés techniciennes (L'Harmattan, 2008), et l'autre sur Le capitalisme cognitif en débat (Economica, 2008).