Tous les articles par Potte-Bonneville Mathieu

Face à la multiplication des formes de contrôle, quel usage l’émergence actuelle d’une conscience critique peut-elle faire des concepts élaborés autrefois par Michel Foucault ? À partir de l’analyse d’une procédure particulière (les « tests ADN » votés, en 2007, par l’Assemblée nationale), on soutient ici que la nouveauté de notre conjoncture tient d’abord à ce que s’y recombinent, autour d’instruments techniques effectivement inédits, la mémoire de rationalités politiques multiples, auxquelles Foucault consacrait des analyses séparées et qu’il présentait souvent comme historiquement successives.

Surveillance, Control, Government: DNA of our time

How can one put Foucault’s concepts to a critical use, when confronted with today’s forms of surveillance and control? The laws about DNA testing voted in France in 2007 provide a suggestive case study. It shows that various techniques, analyzed by Foucault in separate contexts and successive periods, are mobilized simultaneously and coordinated within the new forms of control.

La spirale du pouvoir et de la résistance

Entretien MULTITUDES – En cette période de triomphe proclamé de l’humanisme et de « renouveau » d’une philosophie politique qui fait l’économie et de la philosophie et de la politique, quelle lecture faites-vous de la question biopolitique telle qu’elle a été formulée par Michel Foucault ? En quoi peu-telle nous aider à déchiffrer notre actualité? […]

Potte-Bonneville Mathieu

Directeur de Programme au Collège International de philosophie, il est membre, depuis sa création en 1997, du comité de rédaction de la revue Vacarme (www.vacarme.org). Agrégé, docteur en philosophie, il est actuellement professeur de khâgne en région parisienne. Il a notamment publié Michel Foucault, l’inquiétude de l’histoire (PUF, 2004), Amorces (Prairies ordinaires, 2006), D’après Foucault, avec Philippe Artières (Prairies ordinaires, 2008), Archives de l’infamie, avec le Collectif Maurice Florence (Prairies ordinaires, 2009). Ses travaux actuels portent sur une confrontation systématique des diverses « théories de la pratique » apparues dans le moment post-structuraliste de la pensée française, au tournant des années 1980, dans la perspective de contribuer à l’intelligence philosophique et politique de la notion d’« usage », telle qu’elle apparaît dans divers débats contemporains.