Tous les articles par Vercellone Carlo

La conjoncture historique qui a vu naître le capitalisme cognitif trouve son origine dans une transformation radicale du rapport capital / travail. À la suite de cette transformation, l’ensemble des normes fordistes-industrielles qui ont structuré l’organisation sociale de la production, la valorisation du capital ainsi que la répartition du revenu entre salaire, rente et profit, […]

L’article propose une grille de lecture synthétique de la mutation du rapport capital-travail qui, à partir de la crise sociale du fordisme, a conduit à la montée en puissance de la dimension cognitive et immatérielle du travail. L’accent est mis plus particulièrement sur l’autonomie croissante du travail et sur le rôle clé des productions de l’homme par l’homme, assurées traditionnellement par les institutions du Welfare, dans la constitution du commun et dans l’essor d’une économie fondée sur le rôle moteur du savoir et de sa diffusion. Il en résulte une transformation majeure du rapport salarial qui déstabilise les termes traditionnels, fordistes, de l’échange capital/travail. En même temps, ce qui est mis en évidence, c’est la manière dont la mutation du travail et la crise de la loi de la valeur-temps de travail se traduisent par une modification radicale des mécanismes de captation de la plus-value. C’est dans ce cadre que les auteurs identifient, à plusieurs niveaux, le processus qui a conduit à un retour en force de la rente et à une crise de la formule trinitaire permettant de séparer clairement les catégories du salaire, de la rente et du profit. Ils indiquent aussi certaines lignes d’un processus de recomposition de classe susceptible de trouver dans la réappropriation des institutions du Welfare et la lutte pour un revenu social garanti l’un de ses vecteurs principaux.

This essay proposes a synthetic matrix for reading the transformations in the relation between capital and labor which, since the social crisis of Fordism, have led to a rise in strength of the cognitive and immaterial dimensions of labor. The emphasis is placed particularly on the growing autonomy of labor and on the key role played by the production of Man by man – traditionally assured by the institutions of welfare – in the constitution of the Common and in the rise of an economy based on the driving force of knowledge and its diffusion. A major transformation in salary relations has progressively destabilized traditional, Fordist, terms of capital/labor, revealing, at the same time, the manner in which the transformation of labor and the crisis in the laws of the value-time of labor translate into a radical modification of the mechanisms of capture of surplus value. It is within this framework that the authors identify, on several levels, the process which leads to a return in force of annuity and a crisis in the categorical formula permitting clear separation amongst the trinity of salary, annuity, and profit. They also indicate the outlines of a process of class recomposition that would appear likely to find one of its principal vectors in the reappropriation of the institutions of welfare and the struggle for a guaranteed social income.

publié dans “Il Manifesto”, Venerdi 24 novembreLa proposta di un reddito di esistenza o Reddito Sociale Garantito di un livello sostanziale e indipendente dall’impiego (RSG) elaborata nel quadro dell’ipotesi del capitalismo cognitivo é spesso rifiutata avanzando due tipi di critiche.La prima concerne il carattere eticamente inaccettabile di una sconnessione del reddito dal lavoro salariato. Questa […]

Il manifesto, Le Courrier de Genève, mardi 18 avril 2006. Le « printemps français » met à nu trente ans de politiques néolibérales, qui ont fait de la précarité de l’emploi, en particulier chez les jeunes et les femmes, la norme des rapports de travail. Le « printemps français » met à nu trente ans de politiques […]

Il ManifestoIl senso e la posta in gioco del ciclo metropolitano di lotte aperto dai giovani precari cognitivi in Francia può essere interpretato, a livello europeo, come la prima grande crisi del modo di regolazione neo-liberale del capitalismo cognitivo. La messa in opera di questo modo di regolazione, che si ispira al modello anglosassone, é […]

Ce texte est conçu comme la version provisoire et très incomplète d’un texte à venir. Il a essentiellement pour objectif de permettre l’ouverture d’une discussion et ne saurait être considéré comme une « publication » au sens courant du terme. Chacun peut le diffuser à qui bon lui semble, à condition toutefois de préciser qu’il s’agit d’une […]

Papier présenté au séminaire « Transformations du travail et crise de l’économie politique» Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne , 12 octobre 2004. Cet article [[Une première version de ce papier a été présentée aux 3ème journées du LAME « Les transformations du capitalisme contemporain, faits et théories : état des lieux et perspectives», 31 mars […]

Les concepts de développement et de sous-développement ne sont pas figés. Ils ont une histoire façonnée par les conflits et les mutations de la division internationale du travail (DIT) qui traversent cinq siècles de mondialisation capitaliste. Aussi la polarisation développement/sous-développement plonge-t-elle ses racines, bien avant la révolution industrielle, durant la période d’expansion du capitalisme mercantiliste, […]

L’approche en termes de régulation: richesse et difficultés

Pour une analyse critique des rapports entre économie, histoire et transformation sociale Cet article[[ La rédaction définitive de cet article doit beaucoup à la lecture attentive de Monsieur Denis Berger que je tiens à remercier vivement. . est, en quelque sorte, une présentation’ générale de ce numéro de Futur Antérieur consacré à l’approche en termes […]

Les paradigmes sociaux du post-fordisme

Depuis le retour de la croissance, le débat économique sur la crise du Fordisme s’est déplacé vers la définition de nouveaux schémas interprétatifs du post-fordisme et de son espace. Or, la plupart des contributions théoriques ou empiriques à cet effort de définition des nouveaux mécanismes de production concentrent leur critique uniquement sur les conditions industrielles […]

Vercellone Carlo

Économiste, Maître de Conférences à l'Université Paris I et membre de l'unité de recherche Isys -Matisse. Spécialiste de l'histoire économique de l'Italie, il a notamment dirigé l'ouvrage collectif {La fin du capitalisme industriel ?} (2002, La Dispute). Il est membre du comité de rédaction de {Multitudes}.