Tous les articles par Yves Erard

Dans une société du consentement, chacun devrait pouvoir exprimer sa voix. Mais tout enfant apprend à parler en faisant usage de la parole des autres. Dans quelle mesure ce que dit le nouveau venu n’est-il pas une pure reproduction de ce que disent ses aînés ? Si chacun a la voix de sa communauté, qu’est-ce que peut bien vouloir dire « liberté d’expression » ? J’aimerais montrer qu’une voix n’est pas quelque chose que l’on a, mais quelque chose que l’on fait entendre au cours d’un apprentissage. Le problème est politique : ma voix est liée à ma place dans une communauté.

To make hearding our voice

In a society of consent, each and everyone should express their own voice. However, a child learns how to speak using the words of the others. To which extent the newcomer isn’t just reproducing what his elders say ? If everyone speaks through their community’s voice, what does « freedom of speech » mean ? I want to demonstrate that a voice isn’t something that one has, it’s something that one acquires through education. This is a political problem : my voice is linked to my place in a community.

Yves Erard

Linguiste à l’Université de Lausanne. Il développe une approche wittgensteinienne de l’acquisition du langage chez l’enfant.