Tous les articles par Alexandra Célié

Converger vers l’effondrement – Trajectoires et perspectives
Le texte montre comment les questions d’effondrement viennent à s’imposer dans les trajectoires professionnelles et personnelles, même si le fonctionnement des sciences sociales et de l’université sont plutôt des obstacles à sa prise en compte. Des perspectives se dégagent – au-delà du redéploiement des questions de recherche autour des mouvements souhaitant conjurer l’effondrement, elles oscillent entre un pessimisme non résigné, attentif à des questions de relocalisation, et l’implication directe dans de nouveaux mouvements écologistes.

Converging Towards Collapse – Trajectories and Perspectives
This article shows how issues of collapse are gaining ground in professional and personal trajectories, even if the functioning of the social sciences and the university tend to raise obstacles to its taking into account. Perspectives emerge—beyond the redeployment of research questions around movements wishing to avert collapse, they oscillate between un-resigned pessimism, attentive to issues of relocalization, and direct involvement in new ecologist movements.

Yann Le Lann

est maître de conférences au CERIES. Ses recherches se développent à la croisée de la sociologie du salariat et des mobilisations sociales. Il coordonne le collectif Quantité Critique qui recense les qualités sociales et politiques des participants aux actions collectives comme les marches contre le réchauffement climatique ou les Gilets Jaunes.

Paul Cary

est maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille, chercheur au CERIES (Centre de recherches individus, épreuves, sociétés). Ses travaux s’intéressent aux alternatives économiques et politiques en prêtant une forte attention aux territoires dans lesquels elles s’inscrivent, en particulier au Brésil et dans la métropole lilloise. Il vient de publier en 2018 (avec Armelle Giglio et Ana Melo), Affronter le manque d’eau dans une métropole. Le cas de Recife (Brésil) aux Presses du Septentrion.

Nadia Garnoussi

est maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille, membre du CeRIES. Elle mène des recherches sur le champ de la santé mentale, au travers des politiques publiques, des pratiques thérapeutiques, des expériences des troubles mentaux et de leur mise en récit. Au travers de ces différents angles, elle cherche à mettre en évidence les évolutions des normes et des valeurs liées à la construction de l’individualité positive, ainsi que le changement des régimes de sens qui répondent et/ ou résistent à la rationalisation de la vie sociale et de la conduite de l’existence individuelle.

Alexandra Célié

a 26 ans. Originaire de la banlieue parisienne, elle a grandi à Lille. Après un BTS commerce international, elle est partie vivre à Berlin puis a réalisé un service civique avant de valider une licence de Sociologie parcours histoire. Actuellement en master Intervention et développement social à l’Université de Lille, elle s’investit en parallèle auprès d’associations militantes et de mouvements écologistes.