Tous les articles par Soucaille Alexandre

L’ancrage du camp dans l’épistémique moderne se trouve dans une certaine nécessité et difficulté qu’ont rencontré les métropoles européennes à partir du XIXe siècle à gérer des populations qu’elles conçoivent comme un surplus inutile et potentiellement dangereux. Faire une place à l’inutile allait poser inévitablement le problème conjoint de l’élimination ou de la mise à l’écart radicale qui parcourra également tout le XXe siècle. C’est en ces termes que vont notamment se formuler les difficultés rencontrées par le colonisateur britannique en Inde dans l’appréhension de certaines castes et tribus nomades perçues comme criminelles mais, surtout, à l’aune du système social des castes, comme criminelles de naissance et en cela irréformables. Le dispositif réflexif mis en place aboutit alors à une synthèse originale entre le système autochtone et la criminologie métropolitaine en instituant une nouvelle catégorie de délits et de criminels : la criminalité de naissance. La criminalité de naissance allait ainsi trouver sa forme répressive dans la création d’une loi concernant les « tribus criminelles », et l’instauration de Settlements, véritable camp où des générations de groupes ainsi qualifiés allaient se perpétuer.

If European metropolises witnessed the development, throughout the 19th century, of various forms of concentrationary assistance and radical isolation through penal colonies, colonial space was the site of an even more explicit formulation and experimentation with the creation and the exclusion of of an undesirable human surplus, notably in South Asia, where the social system of castes could provide powerful ideological foundations for the colonial thinking on exclusion. This article seeks to illustrate this by examining the creation of the category of « criminal tribes » in India, during the last third of the 19th century.

Sauli Arnaud

Historien précaire de formation. Il a travaillé sur l'empire colonial britannique et les technologies policières mises en œuvre dans la gestion des populations en Inde et en Irlande. Il s'est notamment intéressé aux acclimatations coloniales des idées de police, de criminalité et de violence. Il a depuis déplacé ses activités vers le cinéma documentaire et travaille actuellement à un projet portant sur « le geste de l'anthropologue dans le Rwanda d'après ».

Soucaille Alexandre

Anthropologue. Ses recherches concernent principalement les modalités de l’action politique et les formes de domination. Après avoir étudié pour sa thèse les relations quotidiennes entre les Adivasi et les gens de caste dans le Jharkhand (Inde), il travaille actuellement sur les camps des tribus criminelles, l’émergence des formes politiques adivasi relevant de la modernité, et le pouvoir à travers la question du viol. Il a également cofondé Tribal Act, une organisation politique de soutien aux Peuples Autochtones. Membre du comité de rédaction de Multitudes.