Tous les articles par Ben Othmane Insaf

Le Caire, ville rebelle ?
Recomposition de l’action urbaine après l’épisode révolutionnaire

Le processus révolutionnaire de 2011 a fourni les conditions nécessaires à l’émergence d’une forme particulière d’activisme ayant pour objet principal le territoire urbain. L’activisme urbain égyptien milite pour l’abandon des instruments de la planification urbaine rationnelle et dénonce les dérives des pratiques gouvernementales et des actions des agences de développement internationales calquées sur celles de l’entreprise privée. En renouant avec les grandes lignes des politiques néolibérales du régime de Moubarak qui ont échoué à résorber la pauvreté urbaine, la politique de grands projets lancée par Sissi remet en question les quelques avancées observées depuis la révolution de 2011 dans le champ de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.

Cairo, rebel city?
The recomposition of urban action after the revolutionary period

The 2011 revolution has opened a path for a specific form of activism which has focused mainly on urban territory. The Egyptian urban activism pleads for dropping out the rational urban planification’s mechanisms and condemns the way the government and the international development agencies have based their practices and actions on the private companies models. Going back to the neo liberal politics outlined by Mubarak which failed to reduce urban poverty, the large-scaled projects initiated by Sisi has cut down the progress that has been observed since the revolution in the field of urbanism and urban development.

Ben Othmane Insaf

Architecte-urbaniste, diplômée des universités de Stuttgart (Allemagne) et d’Aïn Shams (Égypte), Insaf Ben Othmane réside et travaille au Caire depuis 2012. Elle y a fondé Ecumene-studio, un bureau d’études spécialisé dans le développement communautaire et la gouvernance urbaine en Égypte et en Tunisie. Elle a conduit plusieurs projets de recherche-action en partenariat avec les communautés locales et les institutions égyptiennes visant à répondre aux défis urbains actuels : « Urban Catalyst », « Al-’abour », etc.

Stadnicki Roman

Il a été responsable du pôle d’études urbaines au Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ) au Caire entre 2011 et août 2015. En Égypte, il s’est intéressé aux effets des changements politiques et sociaux récents sur les villes : développement de l’urbanisme informel, émergence de l’activisme urbain, réécriture des politiques urbaines, etc. Il a récemment dirigé les ouvrages suivants : Villes arabes, cités rebelles, Éditions du Cygne, Paris, 2015 ; Ville et révolution en Égypte, Égypte Monde Arabe, Le Caire, n°11, 2014. Il est aujourd’hui géographe, maître de conférences à l’Université de Tours (UMR 7324 CITERES).