Tous les articles par Bonamy Robert

Le cinéma demain encore dira : ici, il y a quelqu’un

Si les longs métrages du cinéaste algérien Tariq Teguia peuvent être décrits comme des « fictions cartographiques » traversées d’intensités documentaires, cet article analyse en détail deux films brefs où quelques scènes énigmatiques mettent en scène des mouvements de retournement qui construisent deux portraits où la personne du cinéaste se trouve à la fois documentée et dissémi-née, diffractée à travers des rencontres et de multiples territoires.

Tomorrow, Cinema Will Still Say: Here, There Is Someone

The films by Algerian director Tariq Teguia can be described as “mapping fictions” driven by documen-tary intensities. This article analyzes two short films in which enigmatic scenes stage two portraits where the person of the director is simultaneously documented and disseminated, diffracted through multiple encounters and multiples territories.

Bonamy Robert

Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Grenoble-Alpes et membre de l’UMR LITT&ARTS. Il a rédigé récemment Le fond cinématographique (L’Harmattan, 2013), et édité Itinéraires de Roberto Rossellini (ELLUG, 2015), et Sharunas Bartas ou les hautes solitudes (De l’incidence éditeur et Les éditions du Centre Pompidou, 2016).