Tous les articles par Dumouchel Paul

La vie des robots
 et la nôtre


La rupture entre ce qui est vivant ou naturel et ce qui ne l’est pas est beaucoup moins marquée dans la culture japonaise qu’elle ne l’est dans la culture occidentale – ou du moins, elle n’est pas marquée de la même manière et du même poids. En m’inspirant en partie de la pratique que l’on trouve au cimetière de Koya-san, qui consiste à donner une tombe à des objets inanimés – voiture, fusée, pompe à eau – je m’interroge sur ce que cette distinction signifie pour la robotique sociale.

Robot’s Life and Ours

The meanings of what is « artificial » take for granted a separation between, what is living and natural, and what is neither. However, this separation is not as clearly marked in Japanese culture as it is in the West, or at least is not marked the same way and with the same weight. Based on a practice observed in Koyama-san cemetery, which is to erect tombstones for inanimate objects – cars, rockets, water pumps, etc. – this paper asks what is the meaning of that distinction for social robotics.

Dumouchel Paul

Paul Dumouchel est professeur de philosophie au Graduate School of Core Ethics and Frontier Science de l’université Ritsumeikan, Kyoto, Japon. Il est co-auteur avec Jean-Pierre Dupuy de L’Enfer des Choses (Seuil, 1979) et auteur de Émotions, essai sur le corps et le social (Les Empêcheurs de Penser en Rond, 1998). Il a récemment coédité, avec Reiko Gotoh, Against Injustice The New Economics of Amartya Sen (Cambridge, 2009). Ses derniers ouvrages sont Le sacrifice inutile. Essai sur la violence politique (Paris : Flammarion, 2011) ; Economia dell’invidia (Massa : Transeuropa, 2011) et The Ambivalence of Scarcity and Other Essays (Michigan State University Press, 2014). Social Bonds as Freedom co-édité avec Reiko Gotoh (Berghahn Books) est à paraître en 2015, ainsi que, avec Luisa Damiano, Vivre avec les robots (Seuil).