Tous les articles par Zin Jean

André Gorz n’avait pas seulement une conception politique de l’écologie qui nous relie à l’histoire et aux luttes sociales, il proposait une véritable alternative écologiste au service de l’autonomie individuelle. S’il a pu paraître trahir son camp plusieurs fois, c’était à chaque fois pour y être plus fidèle malgré tout. Sa critique de l’aliénation du travail l’a mené à vouloir sortir du productivisme salarial grâce au revenu garanti et des « cercles de coopération », avant peut-être le règne de la gratuité dans l’économie immatérielle…

Not only did André Gorz have a political conception of ecology that links it to history and social struggles, he also proposed a full-fledged ecological alternative at the service of individual autonomy. Though he may have appeared a traitor to his own camp on several occasions, it was always to remain faithful over the long run. His critique of the alienation of labor led him to look for an exit from salaried productivism in the forms of guaranteed income and « cooperation circles » — perhaps as a prelude to the free interchange of the immaterial economy…

Zin Jean

Militant écologiste et libre théoricien. Ouvre en 1997 le site Écologie révolutionnaire. En 1998, il « participe » activement au mouvement des chômeurs, grâce auquel il prend conscience de la possibilité et de l’importance d’un revenu d’existence, et se consacre désormais à sa réalisation comme base d’une écologie révolutionnaire, d’une sortie du salariat et du productivisme. En 1999, il s’occupe chez les Verts de politique sociale en faisant adopter la revendication d’un « Revenu social garanti ». Il poursuit sa critique du travail et s’efforce de participer au renouveau de l’écologie radicale. Il collabore à la Lettre Transversales sciences-culture de Jacques Robin. Il publie L’Écologie politique à l’ère de l’information (Éd. Érès, 2006).