Tous les articles par Collin Michèle

Dans le cadre notamment des communautés de communes, des pratiques sociales innovantes participent d’une reterritorialisation des « rurbains banlieusards ». Elle déborde le seul refus de relégation pour viser plus de démocratie à travers le principe de subsidiarité, dans le cadre d’un territoire désormais métropolitain.

INNOVATIVE RURAL/URBAN TERRITORIES
Rural/urban communities are initiating innovative social practices in reconstituting land-use and territory. They are refusing to accept marginality and are instead experimenting with a more democratic role in governance of subsidiarity, in the context of a metropolitan territory.

Appropriations constituantes de la ville productive

La ville productive, au-delà de l’usine industrielle représente le territoire de la vie ET du travail de l’ère postfordiste. Des multitudes de précaires/intermittents produisent la ville même par de nouvelles formes de vie, d’expérimentations, d’affects et de création, perçus comme autant de bruits parasites et non fonctionnels par les institutions. De Paris à Rio en passant par Buenos Aires, nous interrogeons ce rapport conflictuel fondamentalement biopolitique entre le contrôle des espaces urbains par les pouvoirs institués et les appropriations subjectives de territoires de la ville par les multitudes constituantes de nouvelles formes de démocratie.

«La ville productive», «The productive city», beyond the industrial factory, is now the territory of life AND work of the post fordist erea. Multitudes of precarious and intermittents are producing the city by new forms of life, desires, experimentations and innovations, creating unfunctionnal noises for the power institutions. We question the conflictual relationships hardly biopolitical between the urban spaces control by the power institutions and the subjective appropriations of the city’s territories by multitudes, constituent of new forms of democraty.

Szaniecki Barbara

Graphiste, chercheuse de l’Escola Superior de Desenho Industrial (ESDI-UERJ). Membre du réseau Universidade Nômade Brasil. Vient de publier Outros Monstros Possíveis (AnnaBlume, 2014).

Collin Michèle

Chercheure CNRS au Laboratoire Théories des mutations urbaines de l’Institut français d’urbanisme, université Paris-8. Membre du Conseil permanent de concertation du projet de rénovation des Halles de Paris, elle a réalisé une recherche sur le processus de participation et les «jeunes métropolitains aux Halles». Membre du comité de rédaction de Multitudes.