Tous les articles par Montani Pietro

Sensibilité, imagination, techno-esthétique

À partir d’une lecture de Kant et d’une analyse de quelques expériences de nos interactions avec la réalité matérielle, cet article développe une pensée de l’aisthesis qui précise la nature de la différence entre les perceptions qui nous viennent à travers des médiations techniques (au-jourd’hui numériques) et les perceptions que nous avons des formes qui constituent notre envi-ronnement présentiel. Sans aucune technophobie, il aide à comprendre en quoi l’autoréférentialité de la représentation ne cesse de croître en même temps que nos percep-tions sont de plus en plus filtrées par des médiations numériques.

Sensibility, imagination, techno-aesthetics

Starting from a reading of Kant’s aesthetics and from the analysis of a few forms of interaction with material reality, this article develops a theory of the aesthesis which helps to pin down the difference between the perceptions we draw from technical images (now digital) and those we draw from our unmediated interactions with our present environment. Without any technophobia, it explains how the self-referentiality of our representations tends to increase as our perceptions are increasingly filtered by digital mediations.

Montani Pietro

Professeur d’esthétique dans le département de philosophie de l’université La Sapienza de Rome. Il a également enseigné à l’EHESS. Il a publié récemment L’immaginazione intermediale. Perlustrare, rifigu-rare, testimoniare il mondo visibile (2010) et Tecnologie della sensibilità. Estetica e immaginazione interattiva (2014). Une traduction française de Bioesthétique. Sens commun, technique et art à l’âge de la globalisation est parue chez Vrin en 2013.