Tous les articles par Philippe Curval

Dans les rêves de l’Europe
De Cette chère humanité en 1976 à Lothar Blues en 2008, Philippe Curval est l’auteur d’une série de romans qui mettent en scène un ou plusieurs futurs de l’Union européenne. Alors que l’Europe s’apprête peut-être à vivre des « années de chien », cette conversation entre Philippe Curval et Ariel Kyrou nous plonge dans les rêves ou les cauchemars imaginés par l’auteur de science-fiction, quelque part entre le danger d’un enfermement dans ses frontières, les risques d’effondrement, les promesses de la fin du travail et l’espoir d’une renaissance du vieux continent.

In the dreams of Europe
From This Dear Humanity in 1976 to Lothar Blues in 2008, Philippe Curval is the author of a series of novels that feature one or more futures of the European Union. While Europe may be getting ready to live the “dog years”, this conversation between Philippe Curval and Ariel Kyrou dives us into dreams or nightmares devised by the science fiction writer, somewhere between the danger of confinement within its borders, the risks of collapse, the promises of the end of work and the hope of a rebirth of the old continent.

Kyrou Ariel

est rédacteur en chef de la revue Visions solidaires pour demain et membre du collectif de rédaction de Multitudes. Coscénariste du film documentaire Les mondes de Philip K. Dick (Nova Prod, Arte, 2016), il est l’auteur de plusieurs livres, parmi lesquels L’emploi est mort, vivre le travail ! (Mille et Une Nuits / Fayard, 2015) avec Bernard Stiegler, Ceci n’est pas un blasphème (Inculte / Actes Sud, 2015), Révolutions du Net (Inculte, 2012) ; Google God (Inculte, 2010) ou encore ABC Dick : Nous vivons dans les mots d’un écrivain de science-fiction (Inculte, 2009).

Philippe Curval

Écrivain, journaliste et photographe, il est l’un des principaux fondateurs de la science-fiction française. Il obtient le prix Jules Verne pour Le Ressac de l’espace (Hachette/Gallimard, « Le Rayon Fantastique », 1962), le Grand Prix de la science-fiction française pour l’Homme à rebours (Robert Laffont « Ailleurs & Demain », 1974), le prix Apollo pour Cette chère humanité (Robert Laffont « Ailleurs & Demain », 1976), qui s’intègre au cycle L’Europe après la pluie. Il a publié plus de quarante volumes, traduits dans quatorze pays et faisant l’aller-retour entre science-fiction et littérature générale. Sa maison d’édition, La Volte, a sorti en 2018 ses deux nouveaux livres : une petite utopie d’inspiration surréaliste, Un souvenir de Loti, et un roman mettant en scène « l’aréel », une sorte d’art du futur, Black Bottom.