Tous les articles par Sylvie Kandé

sans histoire/s

«sans histoire/s»
Au volant de son taxi, Mori sillonne New York, la ville où il s’est installé après avoir vécu dans plusieurs autres pays, et qu’il aime et n’aime pas. Arrêté par les agents de contrôle de l’immigration clandestine, il est renvoyé en Afrique après un séjour en détention. Contre la frontière et ses cruautés, le récit, traversé par la pensée de Deleuze, de Derrida et de Tierno Bokar, suggère que seule la mise en œuvre d’une poétique de l’hospitalité peut redonner sens à nos vies, redonner au parcours de chacun, migrants et sédentaires, le statut d’une histoire.

“without history/ies”
At the wheel of his taxi, Mori drives in the streets of New York, the city where he settled after living in several other countries, a city he likes and dislikes. Arrested by agents of the office against illegal immigration, he is sent back to Africa after a stay in detention. Against the border and its cruelties, the story, inspired by the thoughts of Deleuze, Derrida and Tierno Bokar, suggests that only the implementation of a poetics of hospitality can restore meaning to our lives, and stage our trajectories, whether migrant or sedentary, as a story.

Sur les traversées
Dans cet entretien, la poétesse explore ce que signifie l’écriture de l’histoire des « sans histoires ». À travers la nouvelle qu’elle livre à Multitudes, intitulée précisément « sans histoire/s », et son recueil La quête infinie de l’autre rive (2011), l’auteur analyse le pouvoir de « considération » de la littérature, reliant les pensées de Marielle Macé avec celles d’Édouard Glissant.

On crossings
With this interview, the poetess explores what it means to write stories of people « without histories ». Through the short story she gives to Multitudes, entitled « without history/ies », and through her book La quête infinie de l’autre rive (2011), she analyses the power of « consideration » carried by literature, linking Marielle Macé’s thoughts with Edouard Glissant’s, among others.

Sylvie Kandé

Responsable du jury pour le prix Caraïbes décerné par l'Association des écrivains de langue française, auteure de trois recueils de poésie. Gestuaire (poèmes) paru en 2016 chez Gallimard, Collection blanche, a reçu le Prix Louise Labé 2017. La Quête infinie de l’autre rive. Epopée en trois chants (Gallimard, Continents Noirs, 2011) a reçu le Prix Lucienne Gracia-Vincent 2017 sous les auspices de la Fondation Saint-John Perse. Mise en scène à la Mézière (Rennes) en mai 2017, l’œuvre paraîtra en allemand et en anglais. Lagon, lagunes- Tableau de mémoire, est un texte de prose poétique (Gallimard, Continents noirs, 2000) augmenté d'une postface d’Édouard Glissant. Ayant une formation en histoire africaine, elle a rédigé un essai sur les Créoles/Krio de Sierra Leone pour le Tome 9 de l'Histoire générale de l'Afrique noire qui sera publiée par l'UNESCO. Son ouvrage Terres, urbanisme et architecture « créoles » en Sierra Leone, 18éme-19ème siècles (L’Harmattan, 1998) concernait d'ailleurs la question du retour en Afrique. Elle a aussi dirigé l’ouvrage collectif intitulé Discours sur le métissage, identités métisses. En quête d’Ariel (L’Harmattan, 1999). Elle vit et enseigne à New York.