Tous les articles par Szaniecki Barbara

Reprendre le corps, raconter la ville

Avec les Jeux Olympiques de 2016, la ville de Rio de Janeiro semble avoir renouvelé des processus de colonisation aujourd’hui déguisés en « rénovation urbaine ». Celle-ci transforme la ville sans se soucier des profondeurs de son territoire ni des entrailles des corps qui l’ont habité ou l’habitent encore. L’une des parties les plus touchées par ce […]

Marée Amarildo : amour et art de la multitude

Marée Amarildo :
amour et art de la multitude
En juillet 2013, le maçon Amarildo, habitant de la favela Rocinha, disparaît. L’enquête montrera que la responsable de sa torture suivie de mort est l’UPP, l’unité de police installée depuis peu dans la région. Cette mort violente n’est pas la première ni sera la dernière : ce genre d’événement est assez banal à Rio. Mais cette fois-ci, elle a lieu dans un cadre de contestation de la politique de sécurité de l’État de Rio de Janeiro et suscite une forte réaction des mouvements sociaux et culturels. Au sein de cette contestation, a lieu une puissante production d’images et de performances artistiques.

Tide Amarildo : love and art of the multitude
In July 2013, the mason Amarildo, inhabitants of the Rocinha slum, disappears. The inquiry shows that the responsible for his torture followed by death is the UPP — the police unit installed recently in the region. This violent death is not the first nor will be the last : this kind of event is quite commonplace in Rio. But this time, it takes place in a context of challenge to the security policy of the State of Rio de Janeiro and gives rise to a strong reaction from the social and cultural movements. In this dispute, held a powerful image production and artistic performances.

Le dispositif global de l’image

Cet article propose une analyse du dispositif global de l’image qui peut constituer à la fois une totalité prédatrice et un espace ouvert à la puissance d’invention. Bien au-delà des théories formalistes du modernisme qui revendiquaient une autonomie de l’art, il est possible aujourd’hui de penser les hybridations arts & médias comme un terrain possible de luttes pour transformer les ambiguïtés du dispositif en potentialités émancipatrices avec une plus grande collaboration dans la création d’images – ou wik’images.

The global dispositif of the picture

This article offers an analysis of the global « dispositif » of the image that can be either a predator or a total open space to the power of invention. Beyond the formalist theories of modernism which claimed autonomy of art, it is now possible to think hybridizations arts & media as a possible site of struggle to transform the ambiguities of the « dispositif » into emancipatory potential for greater collaboration in image creation – or wik’images.

Cartes, caryographies, diagrammes, etc

Depuis un certain temps, on peut observer la multiplication de pratiques cartographiques. Sortes d’inscriptions des flux, des circulations, des agencements et des tensions des « métropoles » dans un sens large, ces pratiques sont très similaires et très différentes à la fois, d’où notre proposition de les aligner plutôt que de les englober sous un […]

Rio et la politique des  » Pontos de Cultura « 

Deux exemples à Rio montrent le rôle essentiel des pratiques culturelles et artistiques sont pour faire métropole. D’une part, un projet «développementiste» de la mairie pour trois grands musées sur le modèle des Industries Créatives. Dans les quartiers, l’expérience des “Pontos de Cultura” intégrant les pratiques et revendications des mouvements sociaux parait beaucoup plus pollinisante.

Rio and the Politic of Pontos da Cultura

The metropolis of Rio is based on two cultural and artistic practices. An urban municipality «developmentist» project for three great museums is based on the « creative industries » model. The « Pontos de Cultura », based on the creativeness of favelas and poor neighbourhoods, seem to meet more the demands of social movements.

D’autres monstres possibles

Sao Paulo a connu ces dernières années, de forts mouvements d’occupation d’immeubles au centre-ville. Fortement atteinte par la désindustrialisation, la ville connaît à la fois des problèmes de chômage et de logement. Au mouvement des Sem Teto, sans toit, se sont joints des collectifs d’artistes et graphistes qui ont développé une véritable guérilla médiatique dont la multiplicité de pratiques esthétiques atteint une dimension monstrueuse. Cette analyse nous permet de réfléchir à la dimension constituante de la multitude productive, à travers ses créations esthétiques, contre les politiques de gentrification dans la métropole. La lutte contre le Léviathan pauliste entraîne la création d’autres monstres possibles.

Sao Paulo has in recent years been acquainted with large movements of occupation of buildings in downtown area. Strongly affected by the reduction of the industrialization, the city experiences regularly problems of unemployment and housing. Collective of artists and graphists have joined the movement of”Sem Teto », the Homeless, in order to develop a real media guerrilla whose multiplicity of aesthetic practices have reached a monstruous dimension. This analysis allows us to reflect on the constituent dimension of the productive multitude, through their aesthetic creations against the policies of gentrification in the metropolis. The fight against the Léviathan in the city of São Paulo entails the creation of other possible monsters.

Appropriations constituantes de la ville productive

La ville productive, au-delà de l’usine industrielle représente le territoire de la vie ET du travail de l’ère postfordiste. Des multitudes de précaires/intermittents produisent la ville même par de nouvelles formes de vie, d’expérimentations, d’affects et de création, perçus comme autant de bruits parasites et non fonctionnels par les institutions. De Paris à Rio en passant par Buenos Aires, nous interrogeons ce rapport conflictuel fondamentalement biopolitique entre le contrôle des espaces urbains par les pouvoirs institués et les appropriations subjectives de territoires de la ville par les multitudes constituantes de nouvelles formes de démocratie.

«La ville productive», «The productive city», beyond the industrial factory, is now the territory of life AND work of the post fordist erea. Multitudes of precarious and intermittents are producing the city by new forms of life, desires, experimentations and innovations, creating unfunctionnal noises for the power institutions. We question the conflictual relationships hardly biopolitical between the urban spaces control by the power institutions and the subjective appropriations of the city’s territories by multitudes, constituent of new forms of democraty.

Szaniecki Barbara

Graphiste, chercheuse de l’Escola Superior de Desenho Industrial (ESDI-UERJ). Membre du réseau Universidade Nômade Brasil. Vient de publier Outros Monstros Possíveis (AnnaBlume, 2014).

Collin Michèle

Chercheure CNRS au Laboratoire Théories des mutations urbaines de l’Institut français d’urbanisme, université Paris-8. Membre du Conseil permanent de concertation du projet de rénovation des Halles de Paris, elle a réalisé une recherche sur le processus de participation et les «jeunes métropolitains aux Halles». Membre du comité de rédaction de Multitudes.