Tous les articles par Tessuto Julie

Cet article étudie les diverses façons dont des usagers des transports en communs s’organisent en collectifs pour inventer des moyens de se soustraire à une obligation de paiement qu’ils jugent inique. En formant des collectifs qui partagent les informations sur les contrôles de ticket, qui mutualisent le paiement des amendes et qui élaborent collectivement des dénonciations publiques de la politique des transports en communs, ils se situent à la limite entre l’action politique traditionnelle et un mode de résistance et d’esquive que l’auteure propose de qualifier d’infrapolitique. Cette catégorie est esquissée ici à partir d’une relecture quelque peu décalée de la définition qu’en donne James C. Scott.

Free-Riders’
Associations
An Emerging Infrapolitics
This article studies the various ways in which users of public transportation organize in order to dodge payment for a service which social justice would demand to be free. Within such collectives, they share information about controls, they mutualize the payment of fines, and they launch public campaigns against the current politics of public transportations. Such actions are situated on the borderline between traditional politics and what the author describes as an emerging form of “infrapolitics”, reframing the definition provided a few years ago by James C. Scott.

Tessuto Julie

Etudie la contestation collective depuis trois ans. Elle prépare une thèse financée par le Fonds National de la Recherche Scientifique belge sur la politisation des problèmes de mobilité quotidienne en région bruxelloise à l’université Saint-Louis – Bruxelles.