Hors-champ 58.

La guerre des codes

Dans la carte des conflits numériques – logiciel libre, open source, théorie de la propriété – Échelle Inconnue relate son expérience de bataille pour le QR-code (encodeur et décodeur libre en ligne, donc gratuit et réalisable par tous) contre le système de « Flash code » payant, érigé comme standard national, commercialisé par Orange. Ce récit, victorieux dans la ville de Rouen, a amené une vingtaine de collectivités territoriales à préférer utiliser le site d’Échelle Inconnue pour élaborer leur code, amenant Orange à abandonner ses rêves de code fermé et payant.

The War of Codes

On the map of digital conflicts about free software, open source and intellectual property rights, Échelle Inconnue tells the story of its struggle in favor of QR-Code (a free encoding and decoding device open to all) against the Flash Code, commercialized by Orange as a paying and proprietary device, promoted as an international standard. The struggle was successful in the city of Rouen, and since then twenty other cities have followed, preferring Échelle Inconnue’s cod ing system, bringing Orange to abandon their dreams of restricted and paying access.

L’usage de la vie

Nous faisons usage de machines, de chaussures, de cartes, en vue de notre vie, de sa conservation et de son développement. Mais c’est la vie elle-même qui est avant tout « usable », et pour laquelle machines, chaussures, cartes sont utilisées. L’usage de soi, de son existence, est le présupposé et la poutre maîtresse de tous les autres usages. Or l’usage de soi se fonde sur le détachement de soi. Est utilisée une existence à laquelle on ne peut pas toujours s’identifier, qui ne se possède pas entièrement et qui, sans être vraiment étrangère, n’est pas non plus complètement familière. Autrement dit, l’usage de la vie concerne l’espèce qui, en plus de vivre, doit rendre sa vie possible. Le jeu de scène théâtral récapitule et amplifie les procédés par lesquels l’être humain se sert de son existence. L’activité de l’acteur est un modèle incomparable de l’usage de la vie et du souci de soi. Pour reconstituer avec précision les « technologies du soi », il convient de regarder de près les écrits de Stanislavski, Mejerchol’d, Brecht et Grotowski.

The Use of Life

We make use of machines, shoes, maps, for our life, its conservation and its development. But it is life itself that is primary usable – in view of which machines, shoes, maps are used. The use of oneself, of one’s existence, is both the premise and the cornerstone of all other uses. The use of oneself is based on the detachment of self. The existence which comes to be used is one with which one cannot always identify, one that is not fully possessed, and that is not completely familiar, while also not being really strange. In other words, the use of life relates to the species which, in addition to living, must make its life possible. The theatrical stage recapitulates and amplifies the processes by which the human being makes use of its existence. Acting is an incomparable life’s use and care of the self model. In order to reconstitute with precision the « technologies of self », it is advisable to take a close look at the writings of Stanislavski, Mejerchol’d, Brecht and Grotowski.

La catastrophe radioactive de Goiânia au Brésil. Conflits sur l’interprétation d’un désastre, comment vivre après ?

Le conflit d’interprétation, associé aux aspects de la santé, de la contamination radioactive et des indemnisations, est toujours d’actualité dans le monde. Dans cette analyse, l’auteure avance que les expériences subjectives apportées par les récits construits par les survivants du désastre de Goiânia, au Brésil, défient les identités et les frontières définies par la biomédecine pour encadrer cette catastrophe.

The Radioactive Catastrophe of Goiânia in Brazil. Bio-Scientific Classifications and Subjective Experiences

The conflict of interpretations raised by nuclear accidents and leaks, with their impact on health and their financial compensations, is more present than ever on the international scene. This article suggests that the subjective experiences generated by the activity of storytelling surrounding the Goiânia disaster in Brazil challenge the identities, borders and limits promoted by biomedicine in order to contain this catastrophe.