Hors-champ 59

Illégalismes et droit de la société marchande, de Foucault à Marx

Illégalismes et droit de la société marchande, de Foucault à Marx

À partir d’une lecture critique de Foucault, cet article revient sur l’un des premiers textes de Marx, consacré au vol de bois mort, pour analyser les liens entre le régime pénal de la sanction du vol de bois et le régime civil de la transformation de la propriété, entre la production des illégalismes et les métamorphoses de la société civile. Il en tire une vision synthétique du patrimoine considéré comme un « corps juridique artificiel », avant d’apporter un éclairage saisissant sur l’incarcération de masse qui caractérise notre époque, où il suggère de voir un moyen de contrôler des populations paupérisées, caractérisées par un « patrimoine vide ».

Illegalism and Law in Market Society, from Foucault to Marx

Starting from a critical reading of Foucault, this article analyses an early text by Marx where the penalization of the theft of dead wood resonates with the transformation of property law, with the production of new forms of illegalism and with the transformation of civil society. It reinterprets patrimony as an “artificial judicial body”, in order to shed light on today’s mass incarceration, viewed as a means of control towards pauperized populations characterized by their “empty patrimony”.

Traité de l’avoir-à-voir (à partir de motifs visuels waiwai)

Traité de l’avoir-à-voir
(à partir de motifs visuels waiwai)

Cette méditation indissociablement philosophique, esthétique, anthropologique, poétique et photographique essaie de décentrer nos manières de voir. Qu’y a-t-il à voir dans ce qui s’offre au regard ? Comment certaines attitudes et pratiques observées chez les populations amérindiennes Wai-wai peuvent-elles inspirer une autre poétique du regard ? Comment quelques photographies peuvent-elles documenter cette poétique ? Comment les mots, et parmi eux surtout les intraduisibles, peuvent-ils nourrir une écriture de cette poétique ? Cette méditation pose plus de questions qu’elle ne vise à en résoudre.

Brief Treatise of Having-to-See
(from a few Wai-wai Visual Motifs)

This meditation intimately enmeshes philosophy, aesthetics, anthropology, poetics and photography, in order to decenter our ways of seeing. What do we “have” to “see” in what is offered to our gaze? How can certain attitudes and practices observed among Wai-wai Amerindian populations inspire a different conception of seeing? How can a few photographs document this conception? How can untranslatable words feed this poetics? This meditation is more interested in raising questions than in providing answers.