Accueil » Les numéros » 35. Multitudes 35, hiver 2009 » Majeure 35. Amérique Latine

Majeure 35. Amérique Latine

Les processus qui se déroulent actuellement en Amérique latine sont une expression spéci fi-que de processus ou de tendances qui traversent l’ensemble du « monde globalisé ». Ce monde est une con figuration nouvelle en termes sociologiques, produite par les tendances qui poussent à un changement de « patron » du pouvoir colonial/moderne/ eurocentré depuis la moitié des années 1970, même si certaines de ces tendances centrales avaient commencé à opérer une décennie auparavant. Pour le dire vite, nous sommes plongés dans une crise de transition de la colonialité globale dont on ne peut aujourd’hui prévoir l’issue, mais qui pousse vers une autre con figuration du pouvoir global ou vers une révolution globale.

The processes which are currently unfolding in Latin America are a speci fic expression of the processes or tendencies which are occuring across the entire « globalised world ». This world is a new con figuration in sociological terms, produced by the tendencies which push for a change of « boss » – of colonial/modern/ eurocentric power since the mid 1970s, even if some of these tendencies had been in operation at least a decade beforehand. In short, we are plunged into a crisis of transition from the global colonialism from which today we cannot see an exit, but which moves towards a new con figuration of global power or towards a global revolution.

Les transformations de la structure de classe associée au néolibéralisme en Bolivie pourraient être, paradoxalement, les conditions de possibilité pour l’émergence de propositions plurielles et pluriculturelles. L’épuisement des promesses jamais satisfaites de la modernité eurocentrée, l’altération des hiérarchies traditionnelles aux différents niveaux géographiques (localité, région, État, international) engendrée par les formes dans lesquelles se manifeste la globalisation dans les périphéries, et le retour – volontaire et planifié – à une souveraineté étatique qui n’a jamais été qu’une aspiration créole-urbaine, ont rompu les certitudes traditionnelles : les futurs imaginables, les formes d’organisation classiques, les sujets de changement et leurs identités, les classifications géographiques et raciales.

The transformations undergone by the class structure associated with neoliberalism in Bolivia could be, paradoxically, the conditions for the possibility of an emergence of more plural and pluricultural propositions. The exhaustion of perpetually unsatis fied promises of eurocentric modernity, the alteration of traditional hierarchies at different geographical levels (local, region, state, international) engendered by the forms in which globalisation manifests itself in the peripheries, and the – voluntary and planned – return to a state sovereignty which was never more than a creole-urban aspiration, have broken traditional certainties: imaginable futures, classic forms of organisation, subjects of change and their identities, geographical and racial classi fications.

L’opposition entre les piqueteros et le gouvernement a déplacé le terrain de l’affrontement entre capital et travail. Si, par le passé, l’affrontement se jouait sur le salaire, aujourd’hui, la précarisation du travail est telle que la lutte des piqueteros et des sans-emploi est devenue une lutte pour la vie, pour la subsistance. Et c’est pour cela que leurs objectifs sont aussi ceux des travailleurs immatériels : autonomes et indépendants exploités par le capital à travers le réseau de coopération productive qu’ils ont établi entre eux.

The opposition between the piqueteros and the government has shifted the battleground between capital and work. If in the past, confrontation focused on salary, today the growing precariousness of work has transformed the struggle of the piqueteros and the unemployed into a fight for survival. As a result of this, their objectives are the same as those of immaterial workers : autonomous and independent and exploited by capital through the network of productive cooperation which they have established among themselves.

Le projet sud-américain ne serait ni intelligible ni possible s’il consistait en de simples changements de route ou prise de conscience des États nationaux. Il faut plutôt l’aborder à partir des crises qui affectent le système politique et les formes étatiques existantes. Nous devons observer la manière dont les luttes et les conquêtes des mouvements sociaux et indigènes ouvrent la possibilité, simultanément, de transformer la composition politique au sein de chaque pays et de précipiter la remise en cause de la composition et du rôle de l’État.

The south american project would be neither intelligible nor possible if it were simply a case of a change of route or of a consciousness of the existing nation states. Rather, it is first necessary to look at it taking as a starting point the crises which are affecting the political system and the existing state forms. We must observe the manner in which the struggles and conquests of social and indigenous movements allow the possibility to transform the political composition at the heart of each country and simultaneously, challenge the existing composition and role of the state.

Le trait le plus surprenant du conflit récent en Argentine réside, à notre avis, dans un certain déphasage – difficile à penser – entre l’agitation des passions et des raisons qui a accompagné la lutte d’intérêts et de sensibilités et une sensation d’inconsistance politique, la sensation de ne pas parvenir à trouver une adéquation avec la dynamique de convulsion sociale. Cette sensation nous amène à nous interroger sur le « retour du politique » que nous annoncent une série d’analyses et de prises de position relatives à la dynamique de ces derniers mois.

The most surprising aspect of the recent con flict in Argentina resides, in our opinion, in a certain phase difference – which is dif- ficult to consider – between the agitation of passions and reason which accompanied the battle of interests and sensibilities and a feeling of political inconsistency, the feeling of not being able to find an « adequation » with the dynamic of social convulsion. This sensation leads us to ask ourselves questions on the « return of politics » signalled by a series of analyses and positions relative to the dynamic of these last months.

L’anticipation du Manifeste anthropophage (1950) d’Oswald de Andrade a consisté à saisir la dynamique brésilienne, à cheval entre l’héritage de la colonisation européenne et sa projection dans l’avenir. Oswald a vu dans le Brésil qui entrait dans la modernité un « pays du futur », non pas du point de vue de la dynamique de construction d’une trajectoire nationale de développement, mais dans la perspective du développement du rapport brésilien (indigène) à l’altérité coloniale. La révolution anthropophagique, au fur et à mesure qu’elle projetait les Indiens dans le monde, se fondait sur une théorie de la multiplicité et non de la « diversité ». L’anti-colonialisme n’était pas un nationalisme et moins encore un isolationnisme, mais une machine de guerre pour prendre à l’Europe des riches « ce qui nous intéressait ».

Oswald de Andrade’s « Cannnibal Manifesto » (1950) was anticipative in its apprehension of the Brazilian dynamic as it emerged from its European colonial heritage projecting itself towards the future. As Brasil entered modernity, what Oswald observed was « a country of the future », not from the perspective of the dynamic of a construction of a national trajectory of development, but from the perspective of the development of the indigenous Brazilian relation to colonial alterity. The anthropophagic revolution, as it projected the Indians into the world, rested on a theory of multiplicity and not of « diversity ». Anti-colonialism was not a form of nationalism, but a war machine which served to take what we wanted in the rich Europe.

Le renouveau attendu après l’élection de Barack Obama en Amérique du Nord, ne saurait faire oublier que les premiers vrais craquements de l’ordre néolibéral (1980-2008) sont venus de l’Amérique latine depuis bientôt dix ans. Frémissement au Mexique dès les années 1990, avec le zapatisme qui a compté tellement pour toute la génération Seattle dans la […]