Accueil » Les numéros » 41. Multitudes 41 Printemps 2010 » Mineure 41. Désobéir à la limite

Mineure 41. Désobéir à la limite

Désobéir à la limite

Quelque chose d’insupportable nous arrive. Pour ce qui est de la situation française et de la présidence Sarkozy, l’épithète de « fasciste » ne convient pas, et celle de « népotiste » laisse de côté l’analyse du système juridique, policier, gouvernemental qui se met en place, avec pour enjeu partiel de nouveaux moyens de contrôle […]

Entretien d’Isabelle Stengers avec Frédéric NeyratCet entretien tente de situer les pratiques de désobéissance civile dans le cadre de la « barbarie qui vient », du rapport à l’Etat et à la notion de progrès, et de la prise en considération politique de l’« intrusion de Gaïa ».

Dreaming the Dark is just undo his opposition to the Light

This interview attempts to place the practice of civil disobedience in the context of the « barbarism to come » related to the state and the notion of progress, and taking into account policy of « invasion of Gaia. »

Le premier objectif de cet article est de rappeler que, dans une démocratie représentative, la contestation d’un pouvoir en place prend trois allures : celle des opposants, celle des “désobéissants” et celle des “désobéisseurs”. Le second objectif de cet article est de décrire les actes de désobéissance civile qui prolifèrent dans la France d’aujourd’hui.

Opponents, « désobéisseurs » and disobedients

The first objective of this paper is to recall that in a representative democracy, the challenge of power is expressed by three figures: the opponent, the »disobedient » and the « désobéisseur ».The second objective of this paper is to describe acts of civil disobedience, which proliferate in France today.

La désobéissance civile constitue la forme privilégiée du conflit politique chez Jürgen Habermas. Pour ténue qu’elle soit, cette figure de l’affrontement se trouve au croisement des thèmes de la légitimité, de la société civile, de la culture politique et de l’être-ensemble, qui constituent les points cardinaux de la politique délibérative de Habermas.

Civil disobedience. The political conflict by Habermas

Civil disobedience is the preferred form of political conflict in Jürgen Habermas thought. This figure of social clash represents the intersection of legitimacy, civil society, political culture and living together, which are the cardinal points of the deliberation policy established by Habermas.

Ce texte dresse l’histoire de la création de la désobéissance civile électronique, et plus spécifiquement de l’Electronic Disturbance Theater, dont Ricardo Dominguez est le cofondateur, dans le cadre du capitalisme tardif, des mouvements alter-mondialistes et de l’inflation des lois anti-terroristes.

The Electronic Civil Disobedience

This text sketches the history of the creation of electronic civil disobedience, and more specifically the Electronic Disturbance Theater, founded by Ricardo Dominguez, in the context of Late Capitalism, the alter-globalization Movements and inflation of anti-terrorist legislation.

Ce texte propose de mettre en question l’usage de la désobéissance civile dans les discours afin de montrer la singularité de sa position politique au dedans, au dehors, sur les bords de l’espace démocratique.

Civil Disobedience: from inside to outside of the democratic space

This text proposes to question the use of civil disobedience as a discourse in order to show the singularity of its political position at home, outside, or on the borders of the democratic sphere.