Accueil » Les numéros » 46. Multitudes 46, automne 2011 » Majeure 46. Une gauche économique crédible ?

Majeure 46. Une gauche économique crédible ?

On ne trouvera pas dans ce dossier un programme comme celui qu’on distribuait dans les salles de cinéma. Plutôt des réflexions sur les conditions de possibilité d’un tel programme. Si nous en sommes encore aux prolégomènes, c’est qu’il y a du pain sur la planche – et sur les conditions d’élaboration d’un tel programme et sur […]

Les gesticulations qui, avant chaque échéance électorale, traversent les différents segments de la gauche pour élaborer un programme économique sont le symptôme persistant d’une pensée qui patine. Au lieu de théories économiques, cet article propose une tactique politique : imposer au parti socialiste, par des négociations préalables, de devoir s’engager sur des mesures à la fois écologiques et sociales.

Preliminary Remarks to Any Credible Economic Program
The agitations surrounding the task of devising an economic program tend to paralyze the Left. Instead of economic theories, this article formulates a political tactic: it advocates imposing to the Socialist Party, through negotiations of electoral support, measures which would push it simultaneously towards greener and more social positions.

Cet article soutient que la célébration autonomiste du travail immatériel est prématurée. En montrant de quelles façons les calculs comptables pénètrent la vie sociale et continuent à organiser l’expropriation systématique du general intellect, il suggère qu’il y a des obstacles réels à la transcendance de la discipline capitaliste. Plus la socialisation du travail le rend hors-mesure, plus agités et plus élaborés sont les efforts du capital pour le mesurer et le contrôler.

Accounting for the General Intellect
This article argues that the autonomist celebration of immaterial labour might be premature. Highlighting the ways in which calculations permeate social life and continue to organise systematic expropriations of the general intellect, it is shown that there are real obstacles to the transcendence of capitalist discipline. Indeed, the more the socialisations of labour render labour hors-mesure, the more frantic and elaborate are capital’s attempts to measure and control it.

Cet article reproduit un extrait du livre La Clé de la crise (1985) dans lequel René Montgranier expose de façon précise et chiffrée les implications d’une taxe sur tous les mouvements de fonds. Il évoque les objections qu’on peut faire à une telle proposition et s’efforce de les réfuter une à une.

A Proposal for a Tax on All Financial Transactions
This article is an excerpt of René Montgranier’s book La Clé de la crise (1985) in which the author analyses the quantified and practical implications of introducing a tax on all financial transactions. He mentions possible objections and attempts to refute them one by one.

Réflexions prospectives à partir de la nouvelle donne monétaire
Ce texte analyse les impasses devant lesquelles se trouve l’UE dans le contexte de la crise de la zone euro et plus particulièrement de la situation grecque. En se focalisant sur le rôle actuel dévolu à la politique menée par la Banque Centrale Européenne, le texte interroge un certain nombre présupposés politiques et théoriques de la gestion de la crise. Il montre qu’une nouvelle donne est en train de se mettre en place à cette occasion. Il suggère en conclusion quelques pistes pour répondre aux défis actuels à partir de cette nouvelle donne.

The Endless Hesitations of the EU in the Crisis of the Euro Zone
Towards a Monetary New Deal?
This article studies the deadlock faced by the EU in the context the euro area crisis and more particularly the Greek situation. By focusing on the current role of the European Central Bank policy, the text questions a few political and theoretical assumptions underlying the crisis management. It suggests that a new state of play is currently emerging as a consequence of this turmoil. In its conclusion, the article proposes a number of measures which could help European policies to cope with current challenges.

À partir de 2004, le mouvement pour l’accès aux savoirs (Access to Knowledge, A2K) a émergé comme bannière commune derrière laquelle individus et organisations se sont réunis pour dénoncer les inégalités et injustices liés à la « propriété intellectuelle ». L’analyse de cette action collective nous offre un prisme inédit de réflexion sur l’évolution des formes de mobilisations politiques dans le cadre de la globalisation actuelle.

A2K, international activism for knowledge access
In 2004, “Access to Knowledge (A2K)” emerged as a common umbrella under which individuals and organisations choose to denounce inequalities and injustices related to “intellectual property”. The analysis of this collective action provides us with a useful prism to consider the evolution of political mobilizations in the context of the current globalization.

Il est courant de douter de la capacité de la gauche à gouverner l’économie. Mais la crédibilité comptable exigée par les agences de notation plombe la société par la récession. La confiance dans des institutions financières autonomes a montré aussi ses limites. La nouvelle politique sera liée aux enjeux écologiques. Si ceux-ci sont articulés avec la justice sociale, ils mobiliseront les citoyens, y compris économiquement. Le développement de l’économie verte produira de nouveaux emplois et de nouvelles richesses, surtout si on change la manière de mesurer la richesse et qu’on devient capable de valoriser la justice sociale et l’équité environnementale. L’urbanisation des territoires rend ces enjeux partagés par de larges cercles de nos concitoyens et susceptibles de débats démocratiques, donc d’investissement généralisé.

How Ecologically and Economically Credible Can the Left Be in 2012?
Everybody does not trust the Left’s ability to govern the economy. The budgetary responsibility demanded by rating agencies leads to depression, and further deficit. The confidence given to autonomous financial institutions has also shown its limits. The new economic policy will be driven by ecological challenges. If those are linked with social justice, the Left will be able to unite citizens and capture investment. The development of a green economy will create opportunities for new jobs and new wealth, especially if we are able to change the way of measuring wealth and if we are able to give values to social justice and territorial equity. Urban development transforms these issues into shared challenges, in need of democratic debates and public investment.