Accueil » Les numéros » 47. Multitudes 47, hiver 2011 » Hors-champ 47. La métamorphose du cercueil

Hors-champ 47. La métamorphose du cercueil

La métamorphose du cercueil

Les premiers articles de Thierry Secretan consacrés aux cercueils figuratifs du Ghana remontent à 1988 (Sunday Telegraph, GEO, Life). À travers ces articles, un film documentaire puis un livre (Il fait sombre va t’en, édition Hazan, 1994, Going into Darkness, Thames&Hudson, 1995), il a révélé au monde occidental
cet art funéraire né à la fin des années 1950 au Ghana et en a établi les origines.

En 1999, Erimore, retraitée écossaise, vit deux de ces cercueils ghanéens,
une Mercedes et une pirogue, disposés sur le plateau d’une émission de télévision anglaise. Ils appartenaient à une entreprise de pompes funèbres
de Bristol à laquelle Erimore passa aussitôt commande : son cercueil serait une réplique de l’avion utilisé par les Red Arrows, la patrouille d’Angleterre. Le cercueil d’Erimore, reproduit dans toute la presse britannique fit des émules et à ce jour une douzaine de citoyens anglais ont passé commande.

L’adoption d’une coutume africaine par des Européens est en soi un fait culturel rare. Dès lors Thierry Secretan a décidé de rencontrer ces Anglais, de les interroger, puis de les photographier auprès de leur cercueil, essayant de comprendre comment ils tentent de donner un sens à leur mort.

The metamorphosis of the coffin

The first articles by Thierry Secretan concerning the figurative coffins
from Ghana appeared in 1989 in The Sunday Telegraph, GEO and Life, introducing the western world to this funeral art. Later Thierry Secretan’s documentary film and his book (Il fait sombre va t’en, Hazan, 1994, Going into Darkness, Thames & Hudson Ltd, 1995) revealed under which circumstances this art was born in Ghana at the end of the 1950’s.

In 1999, Erimore, a Scottish lady, saw two of these coffins on a British TV show. They belonged to a Bristol funeral parlour to which Erimore placed an order: her coffin would take the shape of the fighter plane used by the Red arrows, the national air team. Erimores’s coffin widely advertised in the British press provoked more orders throughout the United Kingdom.

Europeans borrowing an African custom is a rare phenomenon. Thierry Secretan decided to meet these customers, to photograph them next to their coffin and to interview them about their motivations.