Accueil » Les numéros » 49. Multitudes 49 (juin 2012)

49. Multitudes 49 (juin 2012)

Majeure 49. Transmigrants

Transmigrants et diasporas

Des transmigrants en France

Migrations et transmigrations dans la diaspora entrepreneuriale chinoise

Dimensions transnationales et culturelles des migrations turques en Europe

Circulation migratoire des transmigrants

L’institution de la prostitution de masse en Catalogne

Les mondes de l’immigration des secondes générations

Habiter par le mouvement

Via Egnatia

Des objets et des hommes

Les œuvres rassemblées par le département de prospective industrielle du Centre Pompidou à l’occasion de l’exposition Multiversités Créatives nous projettent dans un monde où s’estompent les frontières entre le vivant et le non-vivant, entre le pensant et le non-pensant, entre la nature et l’artefact. Matière intelligente et traitement algorithmique des données, « biologisation » des objets et « réification » de nos modes de vie instaurent un nouveau monde, qui multiplie les défis à notre humanité.

Of things and men
The works presented by the Centre Pompidou for the Multiversités créatives exhibit project us in a world where the borders between living and non-living, thinking and non-thinking organisms, between nature and artifact tend to vanish. Intelligent matter and algorithmic data processing, biologized objects and reified modes of life open the door towards a new world, which challenges our very humanity

Regarder les données

Les machines numériques sculptent désormais des objets en référant leurs formes aux flux de données qui jaillissent de l’incessante activité des bases de données du web. Pendant que s’affole le débat sur les risques et les opportunités des big data, d’autres s’affairent à régler les algorithmes destinées à faire « parler » les données. On assiste à un renversement d’une importance énorme dans le champ des sciences sociales, laissant croire que « les chiffres parlent d’eux-mêmes ». Ce que la visualisation des nouvelles traces digitales fait alors voir, c’est que les catégories d’interprétation traditionnelles ne tiennent plus d’elles-mêmes et qu’il faut commencer par regarder avant d’interpréter

Looking at the data
Digital machines sculpt new objects along the flows of data produced by the web. While some of us worry about privacy and safety, others invent ways to find meaning in big data. Old habits in social sciences are turned upside down. Do “numbers speak for themselves”? Between the data and their meaning, a new step plays an increasingly important role: visualization. Before we can interpret data, we need to make them visible and we need to look at them.

Traiter les données

entre économie de l’attention et mycélium de la signification
Le traitement des big data (bases de données de grosse taille) pose un défi à nos intelligences collectives. Il nous contraint à inventer une autre économie de l’attention, à redéfinir la notion de « pertinence » (et d’impertinence), à nous doter d’une conception plus fine, plus souple et plus vivace de la « signification ». Cet article suggère que c’est du côté de la façon dont la littérature gère la polysémie que nous devrions chercher de quoi faire face à tous ces défis.

Managing data, between the attention economy and the mycelium of making sense
Processing big data challenges our collective intelligence. We need to invent an attention economy, redefine the notion of “relevance”, and devise a finer and broader conception of “meaning” and “sense”. This article suggests that the way literature “manages” polysemy could inspire us in facing such challenges.