Accueil » Les numéros » 49. Multitudes 49 (juin 2012) » Majeure 49. Transmigrants

Majeure 49. Transmigrants

Transmigrants et diasporas

Depuis 1974, fin officielle de l’immigration de travail, le passage des frontières est agi par les migrants eux-mêmes, et par les réseaux qui savent les conduire jusqu’aux emplois. La montée du chômage change aussi le sens de la migration: il s’agit d’aller offrir des services commerciaux, et parfois sexuels, là où le libéralisme économique ambiant […]

Un cosmopolitisme migratoire original Ces vingt dernières années des populations de migrants internationaux sont apparues sous la dénomination de transmigrants[1]. Cette population, identifiée sur tous les continents, peut être décrite, malgré la diversité de ses manifestations, comme « post fordiste et postcoloniale », en phase avec l’omniprésente mondialisation-globalisation. Elle s’impose par ailleurs comme transversale aux diverses […]

La migration chinoise s’est accélérée depuis une quinzaine d’années, égrenant des établissements sur tous les continents. Pour tous il s’agit d’une promotion sociale éventuelle, à produire sur un marché du travail parallèle tenu par des compatriotes. Les perspectives d’emploi ont été réduites par la crise. Les migrants chinois se reportent alors sur des marchés précaires ou au contraire sur les marchés internationaux de construction. Nombre d’entre eux se font aussi les commerçants des nouveaux objets chinois fabriqués pour l’export.

Migrations and transmigrations in the chinese entrepreneurial diaspora

Chinese migration has accelerated over the past 15 years, with new establishments on all continents. It brings social promotion, on a parallel labor market controlled by fellow-nationals. When employment dropped because of the economic crisis, these migrants moved towards more precarious markets or towards international construction markets. Many of them also trade new Chinese commodities made for export.

La migration turque très largement distribuée dans le monde garde sa référence à une origine commune. Les entreprises y sont nombreuses. Entre pays d’origine et pays de résidence s’intercalent des pays de transit tandis que s’institue une circulation continue. La filière migratoire comme la migration internationale font jouer des traits culturels communs qui rapprochent les migrants et leur permettent de participer à la même économie collective. Le gouvernement essaie de les contrôler politiquement et religieusement, mais la plus grande formation intellectuelle des opposants leur donne un fort ascendant. On ne peut parler de diaspora tant les groupes sont à géométrie variable. La dimension économique de la culture a pris le dessus.

Transnational and cultural dimensions of turkish migrations in Europe
Turkish migrants tend to keep a common reference to their common origin, with a continuous fluidity between the homeland, the place of residence and places of transit. Common cultural features bring migrants together and allow them to participate in a shared collective economy. The government attempts to control them politically and religiously, but the higher education of the opponents gives them more influence. Although the groups are very diverse among this diaspora, the economic dimension of culture seems to dominate among them.

Circulation migratoire des transmigrants
Les travaux de recherche en cours sous la direction d’Alain Tarrius examinent de nombreux parcours migratoires à la lumière du concept de transmigration. Les parcours des Africains vers l’Europe ne visent plus l’embauche dans une grande entreprise, mais l’institution d’une pérégrination à base commerciale ou religieuse, qui implique le retour fréquent au pays. Le départ d’Afrique se fait lui-même par étapes plus ou moins longues pour trouver les bonnes opportunités de passage. Les femmes migrantes aussi constituent des réseaux d’alliés pour pouvoir se forger des espaces d’autonomie le long de leur route. L’analyse des transmigrations gitanes montre l’importance des réseaux familiaux dans ce parcours de l’espace.

The migrating circulations of transmigrants
The trajectories of Africans coming to Europe no longer aim for employment in a large firm, but rather a commercial or religious form of peregrination which calls for frequent returns to the homeland. Leaving Africa goes through several stages in order to find the best opportunities to reach Europe. Women migrants also build networks of alliances in order to secure autonomous zones along the way. The analysis of Gypsy transmigrations shows the importance of family networks in such trajectories.

Les voies de la transmigration sexuelle
Depuis 2002, le gouvernement catalan a permis le développement de la prostitution en club. Cette légalisation donne un poids écrasant à l’institution sur les propos tenus sur la réalité. La prostitution s’est répandue dans le monde au fil des guerres et des séjours des armées d’occupation. En Europe, l’institution de la prostitution crée des enclaves d’avancée du libéralisme économique, gérées par les gouvernements locaux. Les femmes insèrent dans ces opportunités leur capital-corps, mais l’offre volontaire ne suffit pas à la demande, d’où le recrutement dans la migration, notamment d’Europe de l’Est de femmes assujetties par la nécessité de rembourser le passeur.

The institution of mass prostitution in Catalonia
Ways of sexual transmigration
Since 2002, the government of Catalonia has legalized prostitution in clubs. Traditionally, prostitution has spread along wars and military occupation. In Europe, the institutionalization of prostitution has created enclaves spearheading the progress of economic liberalization, managed by local governments. Women trade in the body-capital, but voluntary supply is not abundant enough, so migrants are recruited, usually from Eastern Europe, with women subjected to repaying their debt to those who smuggled them in.

Les mondes de l’immigration des héritiers
Ancrages et transmigration
L’histoire récente montre que les deuxièmes générations rencontrent aussi un problème d’intégration. Les immigrations post-coloniales sont maintenant mondialisées, et les quartiers dortoirs d’immigration sont devenus des places de commerce cosmopolites. L’espace public dans lequel se meut l’immigration s’est différencié. L’émigré devient l’immigré, la famille se regroupe. La nouvelle génération veut incarner la tradition et n’a plus peur de marquer l’espace public des signes ostentatoires d’une présence singulière.

The worlds of second-generation immigrants
Anchorage and transmigration
Recent history shows that second generations also find it difficult to be integrated. Now that post-colonial immigrations are globalized, neighborhoods dominated by migrants have become cosmopolitan marketplaces. The public space inhabited by migrants also evolved, as emigrants become immigrants, and as families regroup. The new generation wants to embody tradition, and is no longer afraid of exhibiting ostentatious signs of identity in the public space.

Portrait des transmigrants en tisserands
(Article disponible en ligne sur le site de la revue). Cet article s’appuie sur les analyses de l’anthropologue Tim Ingold pour nous inviter à penser le mouvement comme une forme d’habitation. Ce sont nos passages plus que nos racines qui nous font habiter un lieu, au fil des lignes qu’y tracent nos mouvements. Les transmigrants peuvent alors apparaître comme tissant notre vie sociale par leurs déplacements mêmes.

Dwelling in movement
Portrait of the transmigrants as weavers
This article mobilizes concepts proposed by British anthropologist Tim Ingold in order to conceive dwelling as based on movements rather than on roots. We truly inhabit a territory through the lines we weave in and around it. Transmigrants thus appear as master-dwellers rather than mere economic refugees.

Egnatia est une route qui relie Rome et Constantinople, les capitales ouest et est de l’empire romain. Elle traverse les Pouilles, l’Albanie, la Thrace, la Macédoine, et la Turquie occidentale. Au XXème siècle, traités et guerres, redécoupages territoriaux et échanges de population chassent des millions d’Albanais, Arméniens, Bulgares, Grecs, Juifs, Slaves, Turcs, Kurdes de leurs […]