Accueil » Les numéros » 51. Multitudes 51 (printemps 2013)

51. Multitudes 51 (printemps 2013)

Majeure 51. Envoûtements médiatiques

Le bain médiatique dans lequel nous sommes immergés structure nos manières de parler, de penser, de vivre, de sentir – et pourtant, nos façons de le concevoir et de l’imaginer sont terriblement inadaptées à sa réalité. Le plus souvent, nous l’envisageons encore sur le modèle d’une communication dont la finalité serait de transmettre des informations entre en émetteur et un récepteur. Les contributions réunies ici cherchent à comprendre en quoi l’immersion communiante induite par nos dispositifs médiatiques relève davantage du médiumnisme que de la « communication » : elle nous envoûte davantage qu’elle ne nous « informe ». Concevoir les médias comme des médiums est aussi urgent que penser le capitalisme comme une forme de magie noire.

Envoûtements médiatiques

Les drones : nouveau médium de guerre ?

Hypertravail et chronophagie

Comme des poissons dans l’eau

Métaphysique du Joker

En marchant avec une multitude de spectres prismatiques

Antimédiation

Onde ou corpuscule ?

Le nouveau paradigme écologique

Média-activisme revisité

Comment traduire une forme de vie ?

Mineure 51. Musiques-f(r)ictions

Les « musiques mineures » sont des musiques-fictions, en un sens voisin de la « science-fiction ». Elles refont musicalement le monde réel à l’image des récits syncrétiques qu’elles produisent, alternatifs, mythologiques, futuristes ou « rétrogardistes ». Ces fictions ne sont pas les opiums des minorités aliénées, elles introduisent au contraire de la friction dans la fluidité des rapports de pouvoir, du battement dans l’unisson de la pensée dominante.

Le Pharaon contre-attaque

Anthony Braxton, méta-réaliste

L’éthique du hardcore

« We come in peace »

Pour une musique de résistance Théorie du Stone

Musiques mineures, musiques pensantes

Une interview de Jérémie Zimmermann de La Quadrature du Net par Ariel Kyrou & Victor Secretan

Internet : 1 – ACTA : 0
L’ACTA (Accord Commercial Anti-Contrefaçon), bombe à retardement contre l’Internet ouvert et libre, a été rejeté à une très large majorité des votes par le Parlement européen le 4 juillet 2012, en particulier grâce à l’action pugnace d’une ribambelle d’associations européennes parmi lesquelles, en France, la Quadrature du Net. L’un des responsables de la Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann, nous éclaire dans cette interview sur ACTA et sa logique répressive qui n’en finit pas de renaître dans bien des traités. Mais il revient également sur la façon dont des organisations comme la sienne et beaucoup d’autres ont agi, avec des citoyens de l’Europe entière, pour obtenir le rejet de cet accord si fortement symbolique.

Internet: 1 – ACTA: 0
ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement) is a time bomb against a free and open conception and practice of the Internet. It was rejected by the European Parliament, thanks to the pugnacious activism of numerous associations, including the Quadrature du Net. One of its organizers, Jérémie Zimmerman, reflects upon the repressive nature of such international agreements and upon the power of activist networks in order to block their political process of their approval.