Accueil » Les numéros » 51. Multitudes 51 (printemps 2013) » Mineure 51. Musiques-f(r)ictions

Mineure 51. Musiques-f(r)ictions

Le Pharaon contre-attaque

Une approche du « mythe-science » de Sun Ra
Méditation sur une fonction des mythologies et contres-mythologies chez Sun Ra, au sein de leur usage dans la culture afro-américaine. Le musicien-compositieur n’ayant jamais voulu théoriser, distillant plutôt sa pensées par d’énigmatiques bribes éparpillées, cette étude explore les passages mentionnant l’usage et le rapport aux mythes dans son œuvre – voyageant dans sa poésie et prose, dans une série d’interviews et de paroles filmées. Articulant cette vue émergente au rapport des anciens Égyptiens avec le mythe et l’énigmatique, une analyse de scènes clefs du film Space Is the Place devient possible. La dimension stratégique de l’usage de contre-mythologies nous apparait plus clairement, chez ce chef d’orchestre jazz inspiré.

The Pharaoh
Strikes Back
An approach in Sun Ra’s
« Myth-Science »
Meditation on the functions of mythology and counter-mythology, in the work of Sun Ra. As the musician-compositor never theorized, spreading his thought through small enigmatic sentences, this study explores fragments concerning his use and relationship to myth. Journeying among his prose and poetry, some interviews and film speechs, a view emerges of it all. Articulating it with the ancient Egyptians’s conception of myth, an analyse of the movie Space Is the Place reveals the strategic aspect of counter-mythology by this inspired jazz bandleader.

Anthony Braxton, méta-réaliste

Le multi-instrumentaliste et compositeur Anthony Braxton a progressivement mis en place un système musical rejetant la pensée binaire et les dichotomies, et cela en trois stades successifs : une étape architecturale, une étape philosophique et une étape rituelle et cérémonielle. Cette dernière intègre les précédentes dans un ensemble mythologique en perpétuelle construction, de l’ordre d’une « méta-réalité ». Elle fait du musicien un storyteller ésotérique au service d’une utopie sonore, de laquelle émane le désir d’un autre monde possible, à travers l’exploration d’une multitude de logiques, de structures et de cultures s’interpénétrant.

Anthony Braxton, Meta-Realist
Multi-instrumentalist and composer Anthony Braxton has gradually established a musical system rejecting dichotomies and binary thinking, and that in three successive stages: an architectural stage, a philosophical stage and a ritual and ceremonial stage. The latter incorporates all previous ones in a mythological ensemble in perpetual construction, of the order of a « meta-reality ». This makes the musician into an esoteric storyteller serving a sound utopia from which emanates a desire for another possible world, through exploration of a multitude of interpenatrating logics, structures and cultures.

En s’appuyant essentiellement sur l’exemple de Minor Threat, cet article tente de mettre en évidence l’idéal éthique qui sous-tend la scène hardcore des débuts (années 1980) aux États-Unis, ainsi que la pratique du Do It Yourself. Les affinités de l’attitude DIY avec la pensée des transcendantalistes américains sont mises en évidence, tandis que l’on insiste sur la forme de solidarité spécifique qui unit les acteurs de la scène hardcore, réunis autour d’unidéal d’autodétermination.

The Ethics of the Hardcore Scene
This article focuses on the band Minor Threat, in order to reveal the ethics of the American hardcore scene of the eighties. It retraces the roots of the Do It Yourself attitude back to the Transcendentalist’s philosophy, and insists on the original type of community promoted through hardcore, where individuals are united in their search for autonomy.

« We come in peace »
Laibach ou l’art
de la fugue
Apparus dans le contexte idéologique de la Yougoslavie finissante, le groupe slovène de musique industrielle Laibach et son organisation faîtière, le Neue Slowenische Kunst (NSK), ont contribué à renouveler la grammaire de la contestation, à travers le principe de « rétrogardisme » et la technique de suridentification aux codes esthétiques du pouvoir. L’article revient sur la trajectoire du groupe, dont il démonte les stratégies en insistant sur la dimension systématiquement ironique de son mode d’énonciation, notamment de son art de la reprise. 

« We come in peace »
Laibach or the Art of Fugue
Emerging in the ideological context of the last decade of Yugoslavia, Slovenian industrial music group Laibach and its umbrella organisation, Neue Slowenische Kunst (NSK), contributed to renew the grammar of contentious politics, through the principle of “retrogardism” and the technique of overidentification to the aesthetic codes of power. The paper traces the group’s line of work, analysing its strategies while insisting on the systematically ironic dimension of its mode of utterance, especially of its art of cover songs.

Pour une musique de résistance Théorie du Stone

Pour une musique de résistance
Théorie du Stone
À New York, une scène musicale s’est installée dans une ancienne épicerie, The Stone. Se mêlant aux bruits de la ville, on y joue des musiques de résistance – le blues, le klezmer, le free jazz –, musiques de position dans une guerre perpétuelle contre l’évacuation des pauvres et des artistes, dont l’unique principe poétique et politique est l’expérimentation. Comme en réponse au monumental et commémoratif Ground Zero non loin de là, le festival Fukushima ! a pris place au Stone, donnant à penser musicalement la catastrophe et l’expropriation.

For a Music
of Resistance
Theory of the Stone
In New York, a music scene is housed in a former grocery store, The Stone. Mingling with noises from the city, musics of resistance – blues, klezmer, free jazz – are played there. Position musics in a perpetual war against drainage of the poor and artists, whose unique poetic and political principle is experimentation. As if in response to the monumental and memorial Ground Zero nearby, the Fukushima! festival took place at the Stone, to think musically disaster and expropriation.

La musique pense. Outre l’immédiateté du plaisir qu’elle peut procurer, elle n’est pas seulement un objet d’appréciation sensible. La perspective de l’auditeur qui domine notre perception de la musique constitue un obstacle cognitif. On peut prendre sur elle une autre perspective. Penser la musique en musicien et non en auditeur exige en effet d’entrer dans l’intériorité […]