Accueil » Les numéros » Multitudes 9, mai-juin 2002 » Majeure 9. Philosophie politique des multitudes

Majeure 9. Philosophie politique des multitudes

Peuple ou multitudes ?

Entretien avec Eric AlliezRépondant à une question d’Eric Alliez sur l’usage qu’il fait du concept de peuple et sur l’intérêt qu’il y aurait à lui substituer le concept de multitude, Jacques Rancière rappelle que le concept de peuple est effectivement constitutif du politique car il est le nom générique de l’ensemble des processus de subjectivation […]

Pour une définition ontologique de la multitude

Contre tous les avatars de la transcendance du pouvoir souverain (et notamment celui du « peuple souverain »), le concept de multitude est celui d’une immanence : celui d’un monstre révolutionnaire de singularités non représentables ; il part de l’idée que tout corps est déjà une multitude, et donc expression et coopération. C’est également un […]

Winstanley et les Diggers Des multitudes constituantes au XVIIème siècle

L’appropriation par les Diggers, ou encore  » Vrais Niveleurs « , des communaux de la colline St George, près de Londres, peut être considérée, au cœur de la révolution anglaise, comme la proclamation d’un pouvoir constituant en acte. Théoricien de cette aventure, Gerrard Winstantley nous a laissé une œuvre singulière dans la constellation des  » communismes […]

Pouvoir sur la vie, puissance de la vie

En partant du texte de Kafka sur l’Empire chinois et les nomades, nous dressons un tableau de la logique « schizo » de la multitude face aux nouvelles formes du contrôle. L’expropriation économique des réseaux de vie et de sens montre que les formes de vie impliquées ne constituent jamais une masse inerte et passive à la […]

Sur quelques vides ontologiques

L’ontologie de Toni Negri, comme philosophie politique de la multitude, suppose un rapport très particulier entre philosophie et politique, déterminé par la non-différence des deux, tout en refusant de les faire dériver l’une de l’autre, ou de les médiatiser et de les faire fusionner par une tierce nécessité. Elles ne s’unissent là que par l’univocité […]

La politique des multitudes

La politique comme choix des mots Nous disons multitudes au pluriel plutôt qu’au singulier, comme pour conjurer toute tentation d’hypostase unitaire venant au secours des opérateurs défaillants de la scène de la représentation : Dieu et la politique tirée de l’écriture sainte, le Souverain du droit naturel et de la volonté générale, le Peuple, le […]

Une philosophie politique de la différence anthropologique

Entretien avec Bruno KarsentiB.K. : Dans le premier numéro de la revue Multitudes, nous avions formulé le projet de placer l’approche de la politique sur un tout autre terrain que celui de la philosophie politique telle qu’elle est pratiquée dans ses tendances dominantes. L’intention était surtout de lui conférer le caractère radical qu’elle ne pouvait […]

Multitudes et classe ouvrière

Entretien avec Maurizio Lazzarato Répondant à une question de M. Lazzarato sur le rapport entre le concept de multitude et celui de classe ouvrière P. Virno relève des analogies et des différences entre le concept de multitude étudié par les philosophes du 17éme siècle, et qui suppose un droit de résistance et les multitudes contemporaines […]

La politique comme guerre : formule pour une démocratie radicale ?

Depuis le commencement, le libéralisme s’est pensé lui-même comme étant en guerre avec « la guerre ». La guerre étant considérée comme la pire menace pour la société civile dont le but essentiel est l’autonomie des individus. Le libéralisme identifie deux sources principales de la « guerre » : d’une part l’orthodoxie, d’autre part la […]