Conseil coréen des « femmes de réconfort »

Voir l’article de Lisa Yoneyama publié dans le numéro 13 de Multitudes
art1096Chères amies,
Nous sommes vraiment désolées d’écrire si tard.
Trois mois ont passé depuis que nous avons tenu, avec vous, la  »
Manifestation globale pour le 600e mercredi ». Elle s’est tenue simultanement
dans trente villes du monde, appartenant a 8 nations incluant Taiwan, les
Philippines, le Japon, les US, l’Espagne, la Belgique, l’Allemagne, en meme
temps que la Coree. La petition des 600 signatures du Conseil coreen et une
lettre invitant le gouvernement japonais a regler rapidement l’affaire ont
ete remises aux ambassades japonaises.

Bien que nous gardions toujours l’espoir de terminer ce long combat, « le
616e mercredi de manifestations » s’est tenu le 21 juillet. Nous voulons
vous informez de certaines nouvelles:
D’abord, Hei Soo Shin, la representante et Mi Hyang Yoon, la secretaire
generale, du Conseil coreen ont participe a la 92e convention de l’OIT mais
le probleme des femmes de confort n’a pas ete adoptee dans le programme de
la convention. Nous avons organise un comite pour un contre-plan pour la 93e
convention de l’OIT avec la FSC (Federation des syndicats coreens) et la CCS
(confederation coreenne des syndicats).

Ensuite, une Convention internationale de solidarite reclamant un reglement
du passe japonais s’est tenue a Seoul du 20 au 23 mai. Une esclave sexuelle
des Japonais, La Sang Ok a participe a la convention et a temoigne de sa
dure vie de femme de confort. Dans sa declaration, cette convention
internationale de solidarite a annonce qu’elle se consacrerait aux efforts
multilateraux pour inciter le gouvernement japonais a resoudre rapidement
cette question par tous les moyens possible, en faisant appel a la Cour
internationale de justice, et en assistant les efforts legislatifs de divers
pays et du mouvement international de petition pour resoudre la question des
crimes de guerre japonais contre l’humanite.

Dernierement, nous avons mis au point une campagne de signatures de soutien
et de solidarite internationale. Nous revendiquons que l’ONU et OIT insiste
aupres du gouvernement japonais pour qu’il se soumette aux recommandations
de la communaute internationale et presente des excuses officielles et une
compensation legale grace a la campagne. Nous annexons un plan de signatures
et un formulaire de signature a cette lettre. Ayez l’obligeance de lire
cette lettre et d’y participer;

Si vous voulez en savoir plus sur le Conseil coréen, visitez notre site:
http://www.womenandwar.net
Vous pouvez y trouver notre contenu en anglais. Vous voulez peut-être aussi
signaler votre adresse car nous enverrons des bulletins d’informations par
la poste.

Avec toute notre amitié et solidarité,

Le Conseil coreen pour les Femmes Réquisitionnées pour l’Esclavage Sexuel
Militaire par le Japon.

CISJD Bldg, 3rd Floor #35 Chungjeongro 2 Ga, Seodaemun Gu, Seoul 120-012
Korea
TEL: -82-2-365-4016 $B!! (BFAX : -82-2-365-4017
—————————————————————-

Un projet pour collecter les signatures d’un million de personnes dans le
monde entier

I. Pourquoi collecter des signatures dans le monde entier pour l’an 2005?

L’an prochain, c’est le 60e anniversaire de la Seconde guerre mondiale.
Cependant, la question de l’esclavage sexuel militaire japonais n’est
toujours pas reglee. Le gouvernement japonais ignore les recommandations des
organisations internationales, en insistant qu’elle a deja ete reglee par le
traite de San Francisco et l’accord de 1965 entre la Coree du Sud et le
Japon. De plus, le gouvernement japonais soutient que le « Fonds des femmes
asiatiques » a deja verse des compensations aux victimes de l’esclavage
sexuel militaire japonais.
Afin de mettre fin aux crimes de guerre contre les femmes, le gouvernement
japonais devrait admettre la question de l’esclavage sexuel militaire
japonais et s’excuser officiellement aupres de ces victimes de guerre. Les
crimes de guerre se repeteront si on ne renvoie pas aux erreurs du passe.
Les victimes de l’esclavage sexuel militaire japonais sont encore toujours
en proie a des angoisses inimaginables. Afin de respecter notre propre
dignite humaine, le gouvernement japonais devrait presenter officiellement
ses excuses et accorder des compensations aux victimes survivantes.
Les organisations internationales, y compris l’ONU, devraient une fois de
plus exiger du gouvernement japonais, des excuses et des compensations pour
les victimes de l’esclavage sexuel militaire japonais.
La collecte de signatures d’un million de personnes du monde entier sera
soumise a l’ONU et a l’OIT pour reclamer que le gouvernement japonais
agisse.

II. La maniere de collecter des signatures

– Signatures sur le document
– Signatures sur le site: on a besoin que chaque pays et
organisation cree le site sur lequel les gens peuvent signer.

III. Coopération

– 1) nationale
*Organisations
* Eglises
* Ecoles (primaires, moyennes, supérieures)

– 2) internationale
* Organisations de femmes: VAWW-net, Thailande, Philippines,
Allemagne,
USA, Femmes en Noir, etc
* Organisations de travailleurs
* Organisations de compensations post-guerres: Pays-Bas, Japon, etc
* Organisations des droits humains internationaux: Amnistie
internationale, etc
# Inscrivez le nom de l’organisation qui soumettra les signatures a
l’ONU
et a l’OIT.

– 3. Période de la collecte des signatures

Premiere collecte: février 2005
Les soumettre a l’ONU, a l’OIT et au gouvernement japonais en mars 2005
Seconde collecte: juin 2005
Les soumettre a l’ONU et au gouvernement japonais en juin 2005

Veuillez expédier toutes les signatures recueillies avant la premiere et la
seconde collectes au Conseil coreen pour les femmes levees pour l’esclavage
sexuel par le Japon.

Adresse: The Korean Council for the Women drafted for Military Sexual
Slavery by Japan
CISJD Bldg, 3rd Floor #35 Chungjeongro 2 Ga, Seodaemun Gu, Seoul 120-012,
Korea
TEL: -82-2-365-4016 FAX : -82-2-365-4017
Email: teitaikyou@hotmail.com