Existe-t-il des territoires kanak ?

Existe-t-il des territoires kanak ?
Depuis plusieurs décennies, la relation fusionnelle des Kanaks avec leur terre ancestrale a été mise en lumière par les sciences humaines. Mais s’agit-il pour autant de territoires, définis d’un point de vue occidental comme des espaces agis, appropriés et délimités par des frontières ? Dans la culture et les langues kanak, le terme de territoire n’existe pas selon cette acception. De la période pré-coloniale, où ils étaient apparentés à un réseau de lieux, de chemins et de géosymboles, jusqu’à la période coloniale, où l’administration a voulu les transformer en réserves, les territoires kanak ont subi de profondes recompositions, qui rendent nécessaires de nouveaux outils conceptuels : ceux de territorialité et de territorialisation.

Are There Such Things as Kanak Territories ?
Social sciences have studied for many decades the fusional relation Kanak people maintain with their ancestral land. But is it really accurate to talk about “territories”, in the Western definition of spaces structured, appropriated and limited by borders ? In the Kanak culture and languages, there is no word to designate territories according to this definition. From the pre-colonial period, when they were perceived as networks of places, paths and geosymbols, to the colonial times, where the Western administration attempted to transform them into reservations, Kanak territories have gone through major recompositions, which call for new concepts, like territoriality and territorialization.

Pierre-Christophe Pantz

Originaire de Nouvelle-Calédonie, a soutenu une thèse de doctorat sur « La géopolitique des territoires kanak » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en novembre 2015. En 2016, il a reçu le prix des « Trois océans » du Ministère des Outre-mer pour l’ensemble de son parcours ainsi que le prix « ThesePac » récompensant la meilleure thèse sur la Nouvelle-Calédonie. Depuis juillet 2016, il est responsable scientifique de l’Académie des langues kanak.