Habiter le travail.

Habiter le travail
La forme
de vie coopérative
Dans une Scop, les capacités d’agir des coopérateurs ne se trouvent pas uniquement dans des formes de résistance aux normes dont les défaillances ont tendance à les écarter de fait comme alternative valable, mais également dans « les multiples façons d’habiter les normes ». Le concept d’« habiter », renvoyant davantage aux pratiques et aux discours plutôt qu’aux règles et aux valeurs, permet d’ouvrir le champ d’interprétation de la dimension participative de la Scop. Cette approche conduit à réactualiser le projet démocratique de la Scop, en dessinant les contours d’une expérience de vie participative au travail qui s’inscrit dans l’idée de démocratie comme forme de vie.

Inhabiting the work
Cooperative life form
In a Scop, the capacity of the cooperators to act is not only in forms of resistance to norms whose failures tend to dismiss them as a valid alternative, but also in “the many ways of inhabiting the norms”. The concept of “inhabiting”, referring more to practices ans discourses than to rules and values, opens a field to interpret the participative dimension of the Scop, by drawing the contours of an experience of participative life at work, which is part of the idea of democracy as a form of life.

Ada Reichhart

Étudiante en thèse de sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne sous la direction de la Professeure Estelle Ferrarese et membre du laboratoire CURAPP-ESS. Ses travaux de thèse portent sur les Scop comme expériences de démocratie participative au travail, qu’elle interroge à travers le concept philosophique d’émancipation. Ses thématiques privilégiées sont la démocratie participative, le travail, la Théorie critique, les formes de vie et de façon transversale, les études de genre.