Les dernières Icônes

Le désir est partout

Multitudes, dans la continuité de Mai 68, fête ici ses 18 ans avec Gérard Fromanger, à qui nous devons la couverture du premier numéro de la revue en 2000. Si Gérard a très activement participé durant tout le joli mai à l’Atelier populaire des Beaux-Arts de Paris et à ses fameuses affiches, ses créations accompagnent […]

Entretien avec Laurent Greilsamer : Fromanger, Foucault & Guattari

  Tout au long de l’année 2017, Gérard Fromanger a accepté de répondre aux questions de Laurent Greilsamer. Ces conversations très libres sur la peinture et la vie d’artiste sont publiées in Fromanger De toutes les couleurs, éditions Gallimard – collection Témoins de l’art. Gérard y évoque largement ses liens avec Jacques Prévert, Giacometti, César, Jean-Luc […]

« On n’y voit rien ! » Il est vrai, parfois, le spectateur n’est pas au spectacle. Les pratiques artistiques résistent à cet arrêt emphatique, au monumental, à l’ambitieux. Il ne s’agit pas d’écraser le regard sous du spectaculaire, provoquant le sublime ou l’éblouissement. Il y a des gestes artistiques qui se glissent dans des creux, dans du […]

Lignes théoriques et iconiques
Lignes théoriques, lignes iconiques, lignes poétiques et politiques. Les théoriciens écrivent droit même quand ils pensent de travers, malgré les zigzags de la recherche. Les artistes et les poètes sont tentés par le dépassement et le déplacement des lignes, car ils en éprouvent plus que d’autres la plasticité, même quand elles sont droites. La richesse plastique et sémantique des lignes devient le terreau d’actions artistiques et politiques.

Theorical and iconic lines
Theoretical lines, iconic lines, poetic and political lines. Theorists write right even when they think crooked, despite the zigzags of the search. Artists and poets are tempted by passing and moving lines, for they experience plasticity more than others, even when these lines are straight. The plastic and semantic richness of lines becomes the breeding ground for artistic and political actions.

  « Si t’es festivalier et que le meilleur groupe de la journée, c’est un groupe de rappeurs trisomiques, ça te met une claque qui bouscule profondément tes représentations du handicap1 », argumente Antoine Capet, qui sous-entend une deuxième gifle : et ce constat bouleverse tout autant ta vision de la musique … Antoine Capet et son compère David […]

  Dans l’histoire des idées, toute entreprise intellectuelle ou artistique se trouve confrontée à deux adversaires farouches : le dogmatisme et l’ignorance. L’un se nourrissant de l’autre, quand ils ne sont pas attisés par la paresse. Il en va de même lorsque, voulant rompre avec une vision linéaire et orthodoxe – voire canonique – de l’histoire de l’art, […]

Suzanne Doppelt. Dans le genre poésie

Lorsqu’il a fallu constituer cette Icône poétique, c’est-à-dire cet ensemble d’une quarantaine de pages, cela a spontanément pris la forme d’une courte anthologie personnelle, bien loin évidemment d’être exhaustive, une anthologie guidée en priorité par le goût d’une lectrice qui est aussi un auteur. Ainsi je n’ai cherché ni l’unité – qui serait pour le moins […]

Stéphane Degoutin & Gwenola Wagon. Le rêve de la raison

Le projet World Brain, publié sur le site d’Arte Creative (worldbrain.arte.tv), propose une promenade à travers des contes folkloriques et hétéroclites : data centers, magnétisme animal, l’Internet vu comme un mythe, la vie intérieure des rats, comment rassembler un réseau de chercheurs dans la forêt, comment survivre nu dans la nature avec Wikipédia, comment connecter des […]

La théâtralisation d’une lutte « écoféministe »
Cet article d’anthropologie propose de premières pistes pour penser l’écoféminisme en lien avec le champ d’études théâtrales, et notamment la tension entre performance et représentativité. Il se base sur un mouvement paysan, qui lutte contre la construction d’une usine de ciment, et qui s’est fait connaître pour le rôle qu’y jouent les femmes par le biais d’actions théâtralisées qui font les liens entre leurs corps et la nature. Nous interrogeons dans quelle mesure l’écoféminisme agit comme une nouvelle norme globale permettant d’intégrer une lutte au système de représentativité dominant.

Dramatization of an Ecofeminist Struggle
This anthropological study sketches an attempt to think ecofeminism in light of drama studies, namely through the tension between performance and representation. It analyzes a peasant movement of, which fights against the construction of a cement factory, a struggle famous for the prominent role played by women through the use of drama to foster the connections between their body and nature. The article questions the possibility for ecofeminism to provide a new global norm allowing to integrate a struggle into the dominant system of representation.

Au travail, à la maison, dans la rue, la vie ordinaire souffre d’un manque de reconnaissance des valeurs qui s’y trouvent produites et potentiellement vécues, de telle sorte qu’elles y passent le plus souvent inaperçues. Plutôt qu’à entretenir l’ordre établi des valeurs dans leur apparente objectivité, une politique plus radicale suppose de contester les systèmes […]

Écriture performative message ancestral. Décharger les énergies du corps avec de l’eau et du sel. Des pierres. Poser les pieds sur le sable voir l’horizon. Baigner le corps dans la mer coucher tête de dans les vagues emballé par la sirène. Allumer une bougie blanche. Viser le miroir. L’appel désespéré, une femme me parle du […]

Reprendre le corps, raconter la ville

Avec les Jeux Olympiques de 2016, la ville de Rio de Janeiro semble avoir renouvelé des processus de colonisation aujourd’hui déguisés en « rénovation urbaine ». Celle-ci transforme la ville sans se soucier des profondeurs de son territoire ni des entrailles des corps qui l’ont habité ou l’habitent encore. L’une des parties les plus touchées par ce […]

Des cartes Des architectes, professionnels et étudiants, des géographes, des sociologues, la plupart attachés au PEROU, ont passé des mois dans la ville de Calais et dans la Jungle. Devenu-e-s familier-e-s du campement, ayant noué des relations avec les réfugiés, ils et elles ont, selon leur compétences, leur sensibilité, leurs affinités avec les quartiers et […]

Poésie parle, en tout cas en école d’art – là depuis Lyon, mais c’est l’effet du hasard – à de très jeunes artistes (comme à leurs professeurs aussi), tandis qu’ailleurs socialement sous ce même vocable la poésie n’en finit pas de reconsacrer des enjeux poétologiques hors d’atteinte ou de réalité. À la croisée des arts visuels et […]

Un monde qu’on ne veut pas voir

« Où ressens-tu le chagrin ? – Dans l’âme. – Quelle conséquences tirons-nous de cette localisation ? L’une consiste en ce que nous ne parlons pas d’un lieu corporel du chagrin. Mais nous n’en faisons pas moins allusion à notre corps, comme si le chagrin était en lui. Est-ce parce que nous ressentons un malaise corporel ? Je n’en […]

Où allons-nous vivre maintenant ?

Je suis sorti dans les rues vendredi soir, après les attaques terroristes à Paris[1]. J’étais confus et j’avais peur, bien sûr. Mais je voulais voir, respirer, marcher, avoir mon propre sentiment de ce qui se passait de terrible dans cette ville où je vis depuis 16 ans. Je ne suis pas allé très loin. Cela […]

Les fantômes de nos interphones métaphysiques

La première page du numéro de Multitudes que vous tenez entre vos mains, juste après sa couverture et son rabat, met en scène un interphone. S’y côtoient Gilles Deleuze et Salman Rushdie, Philip K. Dick et Simone de Beauvoir, Malevitch et Lévi-Strauss, Charlie Chaplin et Mehdi Ben Barka, Joseph Anton et Leila Alaoui, Wittgenstein et […]

Joseph Yosef Dadoune .رخالا / רחאה

quatrième de couverture: Joseph Dadoune, Border Notes, 08/07/2014 − 26/08/2014, suite de 50 dessins, 48 x 32,9 cm, reproduction photographique : Aurélien Mole   deuxième de couverture: Joseph Dadoune, 358, 2015, papier beaux-arts, 60 x 80 cm     troisième de couverture: Joseph Dadoune, Serpent plié en deux, 2015, papier beaux-arts, 100 x 150 cm   […]

L’histoire commence en 1996 au Congo-Brazzaville. Mon ami Titi Nganga m’y a offert un vieux morceau de tissu en raffia, un Nchakokot, sur lequel on avait cousu des morceaux de tissu venu d’occident. Je fus immédiatement surpris de cette intrusion décorative inattendue. En examinant attentivement l’envers de la pièce, j’ai remarqué que chaque morceau de […]

Dettes et anamnèse Kader Attia voyage dans le temps à travers les archives qu’il glane aux puces de Berlin ou de Paris. Il collectionne les cartes postales et les journaux de la fin du XIX et du XXe, Le Petit Journal, Le Petit Français, L’Illustration, Les faits divers illustrés, etc., dont les images exhibent des […]

La disparition du corps   Cécile Bourne Farrell : Tu sembles très intéressée par la disparition du corps durant la guerre d’Irak et la façon dont certains auteurs comme Paul Virillo dans Esthétique de la disparition ou Werner Herzog, en 1991, Lessons of Darkness, évoquent chacun la disparition des corps. Jananne Al-Ani : Un des moments les […]

1/ Disappearance of the body CBF- You seem to be very much interested in the notion of the disappearance of the body, and somehow the denial of the ground that existed in the way of speaking about the Iraq war. JAA- One of the most powerful events to occur in the immediate aftermath of the […]

L’énergie radicale de Touki Bouki


Le film Mille soleils de la cinéaste Mati Diop (Grand prix du FID de Marseille 2013) nous convie aujourd’hui à revoir le film de Djibril Diop Mambety, son premier long-métrage, Touki Bouki, le voyage de la hyène, considéré comme un classique du cinéma après avoir reçu le prix de la critique internationale du festival de Cannes en 1973. Par ses caractéristiques formelles très audacieuses et par les thèmes toujours actuels qu’il traite, ce film continue à nous questionner : que nous dit-il sur l’histoire du cinéma depuis lors ? De quelles manières Mati Diop le convoque-t-elle ? Comment dialogue-t-il avec le Sénégal contemporain ? Mais également avec les relations France-Afrique ? Ou avec l’Occident ?

The Radical Energy of Touki Bouki

Mati Diop’s recent film Mille Soleils (2013) invites us to revisit Djibril Diop Mambety’s classical but still avant-gardist movie Touki Bouki («The Hyena’s Travel »), which received the International Critics’Award at Cannes in 1973. Its audacious formal choices as well as its socio-political themes continue to question us : what does it tell us about the evolution of cinema after 1973 ? About today’s Senegal ? About the relations between France and Africa ? About the West ?

Post storyboard, d’après le film Touki Bouki de Djibril Mambety Diop

Touki Bouki est un film de montage. Première gageure pour celui qui tente d’en figer les moments clefs. L’interprétation que j’ai dessinée d’une sélection de plans du film Touki Bouki s’apparente à un post-story board. L’étude par le dessin offre une appréhension active du travail de Dijbril Mambety Diop, mue par le désir de saisir une œuvre qui subjugue, saisir les choix et les procédés auxquels le cinéaste a recours pour agir sur nos sens et notre perception. Les séquences et l’action s’affirment dans les collisions. Toutefois, ces planches d’après photogrammes, régulièrement recadrés et parfois bousculés dans leur chronologie, empruntent et saluent la liberté de l’œuvre originale. La composition en face à face des deux plans cut d’un raccord, l’étude à l’arrêt des traits singuliers des visages, de leur disparition dans la lumière, de la force des ombres, des formes, des flous de la vitesse d’une caméra actrice, des indices glanés à la volée par l’équipe dans l’environnement direct et les décors choisis – tout cela propose un autre point de vue sur l’énergie radicale de Touki Bouki.

Entretien à propos de Ludovic Chemarin©

Entretien sur Ludovic Chemarin©
À propos de Ludovic Chemarin© est un entretien entre Damien Beguet, Perrine Lacroix et P. Nicolas Ledoux réalisé pour la première apparition public du projet Ludovic Chemarin© à La BF15 (Lyon) en 2011. Cette discussion entre la responsable du lieu et les deux artistes permet de mieux cerner les enjeux conceptuels et formels d’un dispositif complexe et critique. Ce texte est un témoignage mais il a été depuis mis en forme et présenté régulièrement sous la forme d’affiches dans le cadre d’expositions aux côté de documents (contrats, produits dérivés) et de pièces de l’artiste. Il fait œuvre et participe au brouillage de l’entreprise Ludovic Chemarin©. 

A Discussion about Ludovic Chemarin©
This piece is an interview between Damien Beguet, Perrine Lacroix and P. Nicolas Ledoux which took place for the launching of Ludovic Chemarin© project at the BF15 (Lyon) in 2011. It presents the conceptual stakes and formal parameters of its complex critical assemblage. It bears witness to this event, but it has been presented since then along works by the artist. As a work, it participates in the blurring process attempted by the Ludovic Chemarin© enterprise.

Évaluer l’architecture ?
Évaluer l’architecture populaire ramène invariablement au savant, quelle que soit la variété des regards (confrontation, imitation, altération, recours, fascination ou rejet), à l’extrême construction savante du populaire et construction populaire du savant. Mais le désir d’architecture renvoie rarement à un désir d’architecte : quand et comment une œuvre architecturale échappe-t-elle à son auteur pour devenir signe d’une culture que chacun se sera appropriée ?
Evaluating Architecture?
Evaluating popular architecture invariably brings back to the scholar, whatever the variety of looks (confrontation, imitation, alteration, use, fascination or rejection) to the extreme scholarly construction of the popular and popular construction of the scholar. But the desire for architecture rarely refers to an architect’s desire: when and how can an architectural work escape from its author to become the sign of a culture that everyone will be in a position to re-appropriate?