La critique comme forme de vie démocratique

La critique comme forme de vie démocratique
L’actualité bouillonnante de l’idée de formes de vie a accouché de tentatives multiples de conceptualiser la démocratie comme forme de vie. Cet article met en évidence certains écueils de cette réflexion en train de s’ébaucher, en particulier l’accent placé sur les enjeux de connaissance de la démocratie, la primauté conférée à l’idée de règle pour penser les institutions, et le retour à la vertu comme ressort de la démocratie. Il défend, par opposition, une conception de la démocratie comme permettant et exigeant la critique de la ou des forme(s) de vie instituée(s).

Criticism as a form of democratic life
The bubbling news of the idea of life forms has given rise to multiple attempts to conceptualize democracy as a form of life. This article highlights some of the pitfalls of this emerging reflection, in particular the emphasis on the issues of knowledge of democracy, the primacy of the idea of rule for thinking institutions, and the return to virtue as a spring of democracy. It defends, by contrast, a conception of democracy as permitting and demanding criticism of the instituted form(s) of life.

Estelle Ferrarese

Professeure de philosophie morale et politique à l’Université de Picardie Jules Verne, rattachée au CURAPP-ESS. Elle a été professeure invitée à la New School for Social Research à New York et fellow de la Fondation Alexander von Humboldt à la Humboldt-Universität à Berlin. Ses travaux portent sur la Théorie critique, la vulnérabilité, les formes de vie et le féminisme. Elle est notamment l’auteure de Vulnerability, Brill, 2018 (à paraître) ; La fragilité du souci des autres. Adorno et le care, ENS éditions, 2018 ; Éthique et politique de l’espace public. Habermas et la discussion, Paris, Vrin, 2015.