La vie dans les sphères : comment vivre dans un oikos éclaté ?

Les individuations singulières et collectives ne sont possibles qu’au sein de ce que Peter Sloterdijk nomme des « sphères », des « insulations », des milieux « prothétiques » assurant les médiations entre ces individualités, ainsi que les formes de protections nécessaires à l’épanouissement de la vie. Or notre époque traverse une crise majeure de l’habiter, une fragilisation, voire une destruction des territoires existentiels. Les « sphères » collectives ont éclaté sous le coup de la globalisation capitaliste et de la modernisation techno-scientifique. Ce texte analyse les tentatives de substitution méga-sphérologique type Biosphère ou Noosphère, ainsi que les replis subjectifs sur des micro-sphères autistiques. Si les secondes sont dangereuses, les premières sont ambiguës. L’écologie politique devrait selon nous prendre en considération et ce danger, et cette ambiguïté.

Singular and collective individuations are only possible within what Peter Sloterdijk calls « spheres », « insulations », « prosthetic » environments which allow for mediations between individualities, as well as the forms of protection which are required for the flourishing of life. Now, our era is undergoing a major crisis of modes of inhabiting, a fragilization and even a destruction of existential territories. Collective « spheres » have exploded, under the pressure of capitalist globalization and techno-scientific modernization. This text analyzes the attempts at mega-spherological substitution, namely Biosphere or Noosphere, as well as subjective returns to autistic microspheres. The latter are shown to be dangerous while the former are ambiguous. On this view, political ecology should take into account this danger, and this ambiguity.

Pour accéder à l’article de Frédéric Neyrat, ouvrir le document PDF 

Neyrat Frédéric

ancien Directeur de programme au Collège international de philosophie, et membre du comité de rédaction de la revue Multitudes. Il travaille sur les notions de destruction et d’indestructibilité, de mouvement et d’inertie, de relation et d’absolu. Il a publié récemment sur Artaud (Instructions pour une prise d’âmes, 2009), Heidegger (L’indemne, 2008), et la politique contemporaine (Biopolitique des catastrophes, 2008). Son dernier ouvrage en date s’intitule Clinamen (2011)