Lettre ouverte à Zinédine Zidane

De son usage purgatoire par le président de la République… C’est fête nationale, c’est jour de, et c’est comme tous les ans, cet objet régalien, un message dont le décryptage fait aux «observateurs» un estival apéritif. La grâce, c’est la Légion d’honneur des taulards, et sa non-application, le pilori des péchés impardonnables ­ tel, cette année, le crime de violence conjointe. On voit bien, cependant, les limites de cette pédagogie de la rédemption et de la damnation, et que, pour effective et spectaculaire que fut l’absolution de Guy Drut, son décret eût été inconcevable un 14 Juillet Le cas Zidane est moins pendable et plus ambigu. Sur la bien nommée place de la Concorde, Jacques Chirac l’amnistia lundi urbi et orbi . Le geste inspira à Serge Quadruppani, qui est écrivain, une supplique à Zinédine Zidane (bien décevant mercredi soir, soit dit en passant), en laquelle il évoque ces «milliers de jeunes nés dans les « cités », qui sont passés par la prison ou y croupissent encore pour s’être rebellés contre des représentants de l’ordre qui les provoquaient [… avec la même assurance [… qu’un joueur de calcio certain que ses mots ne seront pas enregistrés» . Poursuit : «On se persuade facilement, cher Zizou, que vous n’allez pas manquer de demander à votre supporteur de l’Elysée qu’il manifeste, à l’occasion du 14 Juillet […, la même compréhension que celle dont vous avez bénéficié.» Et conclut : «Ce sera de votre part un geste civique d’une tout autre ampleur que d’inutiles excuses aux éducateurs et jeunes qui sont quotidiennement confrontés, comme vous l’avez été fugitivement, à la difficulté de manifester sa révolte autrement que par des transgressions. Et qui, de leur geste de révolte, pourraient dire comme vous : « Je ne le regrette pas ». » Le texte intégral de l’appel de Quadruppani rôde à travers la toile (notamment sur les sites d’infozone et multitudes) comme un mauvais sujet dans la ville. Qu’il y trouve ses lecteurs et signataires, c’est la grâce qu’on lui souhaite.

Chronique de Pierre Marcelle dans Libération du 14 JuilletCher ZZ,

Quelques minutes seulement après ce coup de boule que vous avez fait entrer
dans l’histoire planétaire, nous avons vu et entendu le président de la
République française vous absoudre implicitement en direct pour ce geste,
nous l’avons entendu le lendemain, depuis l’Elysée, vous renouveler,
solennellement et avec insistance, son soutien et celui de la nation toute
entière, nous avons entendu toutes sortes de VIP médiatiques déployer des
trésors de compréhension, au nom de l’idée que le joueur italien vous avait
manqué de respect.
A ce spectacle, on ne peut s’empêcher de penser aux milliers de jeunes nés
comme vous dans les « cités », qui sont passés par la prison ou qui y
croupissent encore aujourd’hui pour s’être rebellés contre des représentants
de l’ordre qui les provoquaient, les insultaient avec la même assurance
hypocrite qu’un joueur de calcio certain que ses mots ne seront pas
enregistrés, on songe à tous ces jeunes accusés d’ « outrage et rébellion »,
à tous ceux qui ont brûlé des voitures ou ont été accusés de l’avoir fait
parce qu’ils avaient senti que c’était la société toute entière, à travers
ses représentants en uniforme, qui leur manquait de respect. Et vous n’avez,
cher Zizou, sûrement pas oublié que le mépris et l’humiliation qui sont
infligés quotidiennement à vos petits frères des quartiers comme à leurs
parents, va bien plus loin que le fait de « traiter » leur mère et leur
sœur, jusqu’à ces insultes permanentes que constituent la discrimination, la
relégation spatiale, l’apartheid social.
On se persuade donc facilement, cher Zizou, que vous n’allez pas manquer de
demander à votre supporter de l’Elysée qu’il manifeste, à l’occasion du 14
juillet ou dans les jours qui suivront, la même compréhension que celle dont
vous avez bénéficié. Nous sommes nombreux à attendre de vous que vous vous
fassiez le porte parole d’un mouvement en faveur d’une amnistie générale
pour les émeutiers de novembre, et pas seulement eux. Très certainement
convaincu que tous sont victimes du même système, convaincu aussi de la
nocivité de la coupure entre diverses catégories de rebelles, vous n’allez
pas manquer d’exiger l’extension de cette amnistie aux lycéens poursuivis
pour leurs actions contre la loi Fillon et à tous les condamnés et
poursuivis du mouvement anti-CPE. Ce sera de votre part un geste civique
d’une toute autre ampleur que d’inutiles excuses aux éducateurs et aux
jeunes qui sont confrontés quotidiennement comme vous l’avez été
fugitivement, à la difficulté de manifester sa révolte autrement que par des
transgressions. Et qui, de leur geste de révolte, pourraient dire comme
vous: « je ne le regrette pas ».