Machines à voter et fraudes électorales

Parmi les dispositifs politiques minoritaires que l’on observe aux USA, l’association blackboxvoting.org, fondée par une grand-mère de Seattle, Bev Harris, 52 ans, pas d’expérience préalable dans le journalisme d’investigation.

Celle-ci était curieuse d’en savoir plus sur les machines à voter électroniques, commercialisées entre autres par la tristement (et pas assez) célèbre société Diebold, basée dans l’état de l’Ohio, fournisseur de machines pour 37 états américains. La spécificité de toutes ces machines, qu’elles soit fabriquées par Diebold ou par d’autres sociétés, c’est de ne pas laisser de traces sur papier, rendant impossible le recomptage des votes. Début 2003, Harris a trouvé sur un site FTP une archive contenant 6 ans de correspondence intèrne de la boîte, ainsi que de multiples versions de ses logiciels. Ces derniers sont propriétaires, brêvetés, et, sans cette trouvaille par une grand-mère curieuse, n’aurait jamais pu être examinés par des scientifiques, car ils sont considérés comme du « secret commercial ». Faut-il reparler ici de l’importance du commun? D’un statut objectif et légal pour certains éléments fonctionnels d’une société démocratique?

L’informaticien Avi Rubin a analysé le code des logiciels trouvés par Harris, et a trouvé de multiples trous sécuritaires. Il est à l’origine d’une appréciation scientifique très négative des produits de Diebold: http://avirubin.com/vote/analysis/index.html.

Les recherches de Bev Harris, venant corroborer d’autres investigations (notamment par Thom Hartmann) suggèrent qu’au moins deux victoires surprenantes de sénateurs républicains pourraient être attribuées à la fraude électorale: Chuck Hagel dans le Nebraska en 1996, et Saxby Chambliss dans le Georgia en 2002. Parmi les fichiers trouvés dans le site FTP, il y en avait un sous le nom « Rob.Georgia », avec une procédure pour remplacer certains éléments du logiciel qui pilote la machine à voter. Contre toute attente, Saxy Chambliss a remporté l’élection, qui a été marqué par d’autres victoires républicaines imprévues. Quant à Chuck Hagel, il possède, à travers une firme d’investissements, des parts de la société, American Information Systems (devenu Election Systems and Software), qui fournit le Nebraska en machines à voter. Début janvier 1996, soit quelques mois avant sa victoire inattendue, il était encore directeur (CEO) de cette société. En 2002, profitant des aides fédérales a
ccordées aux états après les défaillances scandaleuses des machines à voter traditionnelles en Floride en 2000, la même société fournissait jusqu’à 85% des machines à voter utilisées dans le Nebraska. Chuck Hagel fut réélu en 2002 avec 83% du vote. La plus grande victoire éléctorale dans l’histoire de l’état.

Je donne ici une infime partie des informations disponibles sur ce sujet, qui mobilise une gamme assez large d’acteurs. Il est très intéressant de savoir que le même genre de machines à voter, utilisées au Brésil, ont été rapidement et facilement adaptées pour fournir le bulletin papier – chose qui n’est pas encore faite aux USA. Egalement très intéressant de remarquer que l’actionnaire majoritaire de la boîte Election Systems and Software (ES&S) est un homme d’affaires et philanthrope de la droite chrétienne fondamentaliste, Howard F. Ahmanson. L’un des fondateurs d’ES&S, Bob Urosevich, est aujourd’hui président de la société Diebold. L’autre fondateur, son frère Todd Urosevich, reste vice-président d’ES&S. Les deux compagnies, qui fournissent aussi des scanneurs optiques pour le comptage des bulletins papier, auront compté environ 80% du vote américain. Voir http://ecotalk.org/UrosevichBrothers.htm.

En moins de deux ans, blackboxvoting.org est devenu une association militante d’envergure nationale. Un livre est disponsible en téléchargement sur le site. Un film, sur votergate.tv, est aujourd’hui indisponible après une attaque informatique; le film sera remis en ligne aussitôt que possible. Blackboxvoting.org est actuellement en train de monter une investigation publique des élections présidentielles. Cette investigation pourrait être la plus importante jamais conduite sous les dispositions de la Freedom of Information Act.

Deux articles particulièrement intéressants:

-The Ultimate Felony Against Democracy, by Thom Hartmann:
http://www.commondreams.org/views04/1104-38.htm
-How George W. Bush Won the 2004 Presidential Election (écrit en 2003,

Holmes Brian

Critique d'art, essayiste et traducteur, il vit à Paris et s'intéresse aux croisements entre art, économie politique et mouvements sociaux. Il a effectué un doctorat sur les langages et la littérature romantiques à l'Université de Berkeley ( Californie ) et a été l'éditeur en anglais du receuil {« Documenta X»}, Kassel, Germany, 1997. Membre du groupe d'art graphique {«Ne pas plier"} de 1999 à 2001, il travaille depuis peu avec le groupe d'art conceptuel parisien {« Bureau d'études »} avec lequel il a fondé la revue {«Autonomie artistique»}. Il contribue régulièrement à la liste de diffusion {« Nettime »} et collabore à diverses revues : {Springerin} (Vienne), {Parachute} (Montréal). Auteur d'un receuil de textes, {« Hieroglyphs of the Future : Art and Politics in a Networked Era »} ,Zagreb: Arkzin, 2003, il prépare un livre en français : {«La personnalité flexible : pour une nouvelle critique de la culture»}. Membre du comité de rédaction transnational de Multitudes. Il a dirigé son numéro spécial {«l'Art contemporain : la recherche du dehors»}, Janvier 2004, Exils.