Présentation de Futur antérieur

La revue Futur Antérieur a été fondée en 1990 à l’initiative de Jean-Marie Vincent, de Denis Berger et de Toni Negri. L’objectif visé était de favoriser un renouveau de la recherche conceptuelle, en créant les conditions d’un débat stratégique et critique. Elle a ainsi dès le début privilégié, sur le socle d’une dynamique intellectuelle franco-italienne, trois axes d’élaboration théorique : la politique, la sociologie et la philosophie.

La crise du socialisme réel et ses effets sur les démocraties représentatives européennes ont orienté dans un premier temps les analyses politiques de la revue. Les transformations profondes induites par cette crise sur la forme-Etat ont permis successivement aux auteurs de se concentrer sur l’émergence des mouvements sociaux d’opposition dans les différents pays européens (France, Italie, Allemagne, Espagne). Parallèlement, la revue s’est intéressée à la constitution du phénomène économique de la mondialisation. Dans cette optique, des numéros spéciaux ont été consacrés aux Etats-Unis et à l’Amérique Latine.

Les mutations de l’organisation sociale du travail, qui se sont affirmées ces vingt dernières années ont déterminé la prise en compte du champ sociologique. Plus particulièrement, les auteurs se sont focalisés sur la production des subjectivités dans le travail immatériel et sur la remise en question du Welfare State opérée par les politiques néo-libérales. Le développement des technologie de l’information, l’augmentation de la mobilité et de la liquidité du capital ainsi que le déclin qui en résulte pour la capacité de régulation des Etats nationaux ont pour leur part donné lieu à de nombreux numéros thématiques.

La pensée de Deleuze et Guattari a représenté l’horizon conceptuel présidant à la détermination des problématiques philosophiques. La théorisation du rapport intensif entre les libertés singulières et le commun de l’espace public a été au cœur d’une série d’articles de G. Agamben, de P. Virno et de J.-L Nancy. Le versant spinoziste de la philosophie politique contemporaine a été mis en lumière par les contributions régulières de P. Macherey.

La revue Futur Antérieur a été dissoute en 1998. Elle a publié aux éditions l’Harmattan, puis aux éditions Syllepse, de 1990 à 1998, quarante-trois numéros trimestriels et dix numéros spéciaux.

En 1999, une partie de l’ancienne rédaction, sous l’impulsion de Yann Moulier Boutang, a élaboré le projet d’une nouvelle revue, se proposant de redéployer l’outillage conceptuel de Futur Antérieur et de l’appliquer aux problématisations du présent. Multitudes a ainsi vu le jour en mars 2000.