Archives du mot-clé immatériel

Des étudiants en architecture peuvent-ils s’installer, en toute liberté, pendant quelques heures sur une place quelconque de la ville, avec un léger dispositif mobilier pour dialoguer avec les passants autour de leurs maquettes d’espace public ? Pourrais-je sortir ma chaise sur le trottoir pour en faire autant ? Le Fonds d’Aide à la Création Artistique financera-t-il encore […]

Investir nos villes et nos lieux de vie

Faire la ville autrement, faire métropole en se fondant sur les pratiques citoyennes de tous ceux qui à la fois vivent et travaillent sur le territoire. En finir avec les vieilles frontières entre centre et périphéries, entre les populations inscrites dans la modernité et les classes populaires reléguées aux alentours avec ses vagues successives de […]

Le tout premier projet de loi « pour une République numérique », plus d’un an avant que celle-ci soit promulguée le 7 octobre 2016, proposait l’inscription dans notre arsenal juridique de la notion de communs, plus précisément des « biens communs informationnels ». Las ! Suite au lobbying de nombreux agents de l’économisme dominant, mais aussi des industries culturelles et de […]

Pour une éthique du pli

Pour une éthique du pli
Comment se fait-il qu’un corps en vienne à penser qu’il devrait être quelque chose, que le monde devrait être quelque chose, plutôt que d’être purement ce qu’il est ? L’éthique est la manière dont les corps plient le temps en eux-mêmes et, en particulier, la manière dont les êtres plient le futur en eux-mêmes, dans leur devenir relié au monde qu’ils impliquent. Le grand ennemi d’une éthique du pli est l’abstraction, quand nous pensons les corps comme des « objets », comme s’ils étaient de micro-souverains séparés de leur champ.

For an Ethics of the Fold
How is it that a body comes to think it ought to be something, that the world ought to be something, rather than being merely what it is? Ethics is the way in which bodies fold time into themselves and, in particular, the way beings fold the future into themselves, in their becoming and their relation to the world that they enfold. The great enemy of an ethics of the fold is abstraction, when we think bodies as “objects” or as micro-sovereigns severed from their field.

La grandeur de l’infinitésimal
Nuages de champignons, écologies du néant, et topologies étranges de l’espacetempsmatérialisant
Comment considérer l’unité de l’espace, du temps, et de la matière ? Comme « espacetempsmatérialisant ». Ce terme étrange a été fondu par l’éclair d’Hiroshima. Comme l’anthropologue Joe Masco nous y exhorte, « nous avons besoin d’examiner les effets de la bombe, non seulement au niveau de l’État-nation, mais aussi au niveau de l’écosystème local, de l’organisme, et, finalement, de la cellule ». Dès lors, quels outils d’analyse peut-on utiliser pour comprendre non seulement les enchevêtrements de phénomènes qui traversent les échelles, mais aussi la très itérative (re)constitution et sédimentation des configurations spécifiques de l’espace, du temps, et de la matière ? Comment finir pas comprendre qu’il n’y a pas de séparation entre le niveau micro et le niveau macro, qu’il n’y a pas de petite matière, que l’infinitésimal est grand, que le néant nous presse ?

No Small Matter
Mushroom Clouds, Ecologies of Nothingness, and Strange Topologies of Spacetimemattering
How can we consider the unity of space, time, and matter ? As “spacetimemattering”. This weird word melted when Hiroshima bomb detonated. As anthropologist Joseph Masco urges, “we need to examine the effects of the bomb not only at the level of the nation-state but also at the level of the local ecosystem, the organism, and ultimately, the cell”. Then, what analytical tools might we use to understand not merely the entanglements of phenomena across scales but the very iterative (re)constituting and sedimenting of specific configurations of space, time, and matter ? When and how will we understand that there is no separation between the micro level and the macro level, that there is not any small matter, that an infinitesimal is big, and that nothingness presses us ?

Matières à penser Depuis l’avènement du capitalisme financier, le spéculateur entend donner des leçons de réalisme au politique. Les services, les idées, la conscience et sa capacité d’attention : même l’immatériel se réifie pour pouvoir se vendre et s’échanger – « librement » – à la manière des choses. Il est par conséquent très urgent de renvoyer de la réalité […]

Camps et campements
Des économies aux principes opposés

Les camps fournissent du travail forcé aux pouvoirs qui les constituent alors que les campements autogèrent des opportunités et des hasards productifs. L’article recense plusieurs cas actuels de camps de travail forcé dans le monde et plusieurs cas historiques d’enfermement de main-d’œuvre qualifiée, utilisée dans l’économie locale. Le recours actuel à l’internement de masse pour contrôler les migrations implique des grandes entreprises et des associations qui en emportent les marchés. Dans les campements au contraire les ressources matérielles mobilisées et monétaires sont limitées mais l’installation est dépendante de ressources sociales et relationnelles suffisantes. Les frontières entre les formes camp et campement, économie formelle et économie informelle sont poreuses, comme l’illustrent quelques exemples en région Île de France.

Camps and Encampments
Two Economies with Contrary Principles

Camps provide forced labor to the powers that institute them, while encampments self-manage productive opportunities and chance meetings. This article surveys several current cases of forced labor camps around the world, as well as several historical examples of locking up qualified workforce, exploited within a local economy. The current management of migrations by mass incarceration involves large firms and associations struggling to win new markets. In encampments, on the other hand, the material and monetary resources mobilized are limited, but the installation depends on available social and relational resources. The distinction between camps and encampments, formal and informal economies, are porous, as illustrated, with a few examples from the Paris region.

Subjectivations computationnelles à l’erre numérique

Peut-on parler de subjectivités computationnelles dès lors que nous communiquons parfois avec des bots algorithmiques sans même le savoir ? L’article passe rapidement en revue neuf modalités d’articulations possibles entre subjectivation et computation : opacification, rigidification, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpénétration, altérité et, finalement, errement. Pourquoi ne pas apprendre à faire du computationnel – et de l’incomputable qu’il recèle nécessairement – une nouvelle forme d’altérité culturelle ? Cela implique toutefois de reconnaître un certain erratisme inhérent à l’expérience humaine de programmation. Bienvenue dans l’erre numérique !

Computational Subjectivations through Digital Wonders and Wanderings

This article explores nine possible articulations between subjectivation and computation : opacity, rigidity, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpenetration, alterity and erraticity. Why not treat the computational — including the incomputable which rests in its core — as a new form of cultural Other? This requires us, however, to acknowledge the erring part in the human experience of programming. Welcome to the wanders of computation!

Texte complet: http://www.multitudes.net/subjectivations-computationnelles-a-lerre-numerique-texte-complet/

La raison instrumentale, le capitalisme algorithmique et l’incomputable

La cognition algorithmique joue un rôle central dans le capitalisme contemporain. Depuis la rationalisation du travail industriel et des relations sociales jusqu’à la finance, les algorithmes fondent un nouveau mode de pensée et de contrôle. Dans cette phase du tout-machinique dans l’évolution du capitalisme numérique, il ne suffit plus de se mettre du côté de la théorie critique pour accuser la computation de réduire la pensée humaine à des opérations mécaniques. Comme le théoricien de l’information Gregory Chaitin l’a démontré ; l’incomputabilité et l’aléatoire doivent être conçus comme les conditions de bases de la computation. Si le technocapitalisme est contaminé par l’aléatoire computationnel et le chaos, la critique traditionnelle de la rationalité instrumentale doit elle aussi être remise en question : l’incomputable ne pleut plus être réduit au statut de contraire de la raison.

Instrumental Reason, Algorithmic Capitalism, and the Incomputable

Algorithmic cognition is central to today’s capitalism. From the rationalization of labor and social relations to the financial sector, algorithms are grounding a new mode of thought and control. Within the context of this all-machine phase transition of digital capitalism, it is no longer sufficient to side with the critical theory that accuses computation to be reducing human thought to mere mechanical operations. As information theorist Gregory Chaitin has demonstrated, incomputability and randomness are to be conceived as very condition of computation. If technocapitalism is infected by computational randomness and chaos, the traditional critique of instrumental rationality therefore also has to be put into question: the incomputable cannot be simply understood as being opposed to reason.

Les agenceurs de peuples

Cette nouvelle de politique-fiction imagine un avenir proche où le populisme deviendrait le para-digme du discours politique. Une nouvelle modernité assiste à l’expansion d’une multiplicité de peuples virtuels. Les populismes de droite et de gauche entrent en rivalité : quel est le vrai Peuple ? Mais les peuples n’ont pas besoin de populisme, ils ont besoin d’agencement. Qu’est-ce qu’agencer les peuples virtuels qui déchirent nos vies ?

Peoples’ Assemblers

This political short story anticipates a society in the near future when populism would become the paradigm of political discourse. In this new modernity, we can see the expansion of a multiplicity of virtual peoples. Right-wing populisms and left-wing populisms enter in rivalry: who is the real Peo-ple? But the peoples don’t need populism, they need to design assemblages. What does it mean to design the assemblage of the virtual peoples that grow across our lives?

L’histoire commence en 1996 au Congo-Brazzaville. Mon ami Titi Nganga m’y a offert un vieux morceau de tissu en raffia, un Nchakokot, sur lequel on avait cousu des morceaux de tissu venu d’occident. Je fus immédiatement surpris de cette intrusion décorative inattendue. En examinant attentivement l’envers de la pièce, j’ai remarqué que chaque morceau de […]

Dettes et anamnèse Kader Attia voyage dans le temps à travers les archives qu’il glane aux puces de Berlin ou de Paris. Il collectionne les cartes postales et les journaux de la fin du XIX et du XXe, Le Petit Journal, Le Petit Français, L’Illustration, Les faits divers illustrés, etc., dont les images exhibent des […]

La littérature pour penser l’écologie postcoloniale caribéenne

Outre les millions de déplacés par la traite négrière, la violence inouïe de peuples amérindiens entièrement décimés, les équilibres écologiques écroulés et le rythme sanglant d’un esclavage multiséculaire, l’une des conséquences les plus importantes des colonisations européennes dans la Caraïbe demeure l’apparente disparition de récits. Cet article s’intéresse à la portée décoloniale d’une recherche et genèse de récits écologiques comme des traces de résistance à travers la littérature de cette région.

Literary Conception of Postcolonial Caribbean Ecology

In addition to the millions displaced by the slave trade, the unprecedented violence against Amerindian peoples entirely decimated, to the ecological collapse and to centuries of slavery, one of the most important consequences of European colonization of the Caribbean remains the apparent disappearance of stories. This article focuses on the decolonial scope of the search and genesis of ecological stories as traces of resistance through the literatures of this region.

Système probable contre mondes possibles : data-mythologie et environnement

Nombre de discours sur la planète s’appuient sur des données qui conditionnent en tant que telles le récit qu’elles livrent, que caractérisent non seulement une forte empreinte énergétique mais un risque d’appauvrissement ontologique et de marginalisation de l’acte interprétatif, c’est-à-dire une modélisation de nos imaginaires et de l’avenir lui-même.

Probable Systems against Possible Worlds: Data-Mythology and Environment

Much of the earth-related discourse is based on data which, being what they are, condition the narrative they offer. They entail a hefty ecological foodprint, and also a risk of ontological deprivation, and marginalisation of hermeneutics ; that is, they provide unescapable models for our imaginations and of the future itself.

Archéologie des media et arts médiaux
Dialogue avec Garnet Hertz

Dans ce dialogue avec Garnet Hertz, Jussi Parikka argumente pour une archéologie des media qui puisse constituer une méthodologie de recherche universitaire au sein des études des media et des arts médiaux. Suivant cette idée directrice de la construction nécessaire d’une fondation théorique à l’archéologie des media, la conversation aborde les sujets de l’interdisciplinarité, de l’historiographie, de l’art, des nouveaux media et du monde universitaire.

Archaeologies of Media Art

In this conversation with Garnet Hertz, Jussi Parikka discusses media archaeology as a methodology of academic research in media studies and the media arts. In the process of constructing a theoretical foundation for media archaeology, they discuss and explore the topics of interdisciplinarity, historiography, art, new media, and academia.

Subjectivations computationnelles à l’erre numérique

Peut-on parler de subjectivités computationnelles dès lors que nous communiquons parfois avec des bots algorithmiques sans même le savoir ? L’article passe rapidement en revue neuf modalités d’articulations possibles entre subjectivation et computation : opacification, rigidification, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpénétration, altérité et, finalement, errement. Pourquoi ne pas apprendre à faire du computationnel – et de l’incomputable qu’il recèle nécessairement – une nouvelle forme d’altérité culturelle ? Cela implique toutefois de reconnaître un certain erratisme inhérent à l’expérience humaine de programmation. Bienvenue dans l’erre numérique !

Computational Subjectivations through Digital Wonders and Wanderings

This article explores nine possible articulations between subjectivation and computation : opacity, rigidity, exploitation, superposition, exclusion, extension-augmentation, interpenetration, alterity and erraticity. Why not treat the computational — including the incomputable which rests in its core — as a new form of cultural Other? This requires us, however, to acknowledge the erring part in the human experience of programming. Welcome to the wanders of computation!

La catastrophe radioactive de Goiânia au Brésil. Conflits sur l’interprétation d’un désastre, comment vivre après ?

Le conflit d’interprétation, associé aux aspects de la santé, de la contamination radioactive et des indemnisations, est toujours d’actualité dans le monde. Dans cette analyse, l’auteure avance que les expériences subjectives apportées par les récits construits par les survivants du désastre de Goiânia, au Brésil, défient les identités et les frontières définies par la biomédecine pour encadrer cette catastrophe.

The Radioactive Catastrophe of Goiânia in Brazil. Bio-Scientific Classifications and Subjective Experiences

The conflict of interpretations raised by nuclear accidents and leaks, with their impact on health and their financial compensations, is more present than ever on the international scene. This article suggests that the subjective experiences generated by the activity of storytelling surrounding the Goiânia disaster in Brazil challenge the identities, borders and limits promoted by biomedicine in order to contain this catastrophe.

L’automation intellectuelle,
 la mort de l’emploi et le revenu 
de pollinisation

Les discours lénifiants promettant de résoudre tous les problèmes sociaux et écologiques par une « reprise de la croissance », synonyme de « retour au plein emploi », sonnent de plus en plus creux. Nous vivons une deuxième vague de déploiement du capitalisme cognitif, caractérisée par l’automatisation de tâches intellectuelles bien plus complexes, dont les études les plus sérieuses montrent qu’elle annonce une explosion spectaculaire des chiffres du chômage (jusqu’au sein des classes les mieux éduquées). Les leçons de la première vague d’industrialisation du début du XIXe siècle enseignent que seuls des combats idéologiques et politiques peuvent conduire les logiques économiques à s’adapter à ces nouvelles dynamiques. Les mesures préconisées depuis 15 ans par Multitudes (revenu universel garanti, taxe pollen, réforme de l’éducation) sont plus urgentes que jamais.

Intellectual Automation, Death of Employment and Pollination Income


« Back to growth » and « Back to full employment » mantras have lost all traction on our economic realities. We are in the middle of a second wave of cognitive capitalism, which automatizes much higher forms of intellectual work. Analysts forecast massive increases in unemployment, especially among highly educated segments of the population. Lessons drawn from the first industrialization, at the beginning of the 19th century, show that only ideological and political struggles can push the economy to adapt to such new dynamics. The measures promoted by Multitudes over the last 15 years (universal guaranteed income, pollen tax, reformation of the educational systems) appear more urgent than ever.

Le 7 juil. 2014 à 00:01, Gaëtane Lamarche-Vadel a écrit : Cher Yves, chère Anne, Voilà au moins dix ans que les écoles d’art se mobilisent, depuis la réforme LMD et depuis que l’AERES est apparue dans le contrôle de l’enseignement. L’agence en question est censée accorder le statut de « supérieur » aux écoles d’art, en échange […]

L’intangible et l’inestimable
Les biens immatériels,
le marché et le sans prix
Tandis que les biens matériels sont relativement aisés à évaluer parce qu’ils sont tangibles et quantifiables, les biens immatériels (ou « intangibles ») demandent une méthode plus complexe d’évaluation. Ainsi en va-t-il des savoirs, des services, des productions de l’esprit et de la culture en général. Il existe en effet un marché de tels biens et cela depuis qu’il existe des échanges marchands. Trois opérations le permettent : l’évaluation par unités mesure, le formatage des activités, l’échange ou le partage de ces biens. Mais au-delà de ces biens immatériels évaluables sur un marché, il y a des biens ou plutôt des valeurs qui ne le sont pas et ne le seront jamais ; ils ont rapport au talent, au don, à la confiance, à la dignité – bref à l’inestimable.

The Intangible and the Priceless
Immaterial Goods, Market and the Beyond-Pricing
Whereas the value of physical goods is relatively easy to assess, because they are tangible and quantifiable, intangible goods require a more complex mode of assessment. This is the case of forms of knowledge, services, intellectual products, and culture in general. There is a market for such goods, one as old as are commercial exchanges. Three operations make this possible: assessment through the use of units of measurement, the formatting of activities, and the exchange or sharing of the goods involved. Yet, beyond those intangible goods whose valued can be assessed in a marketplace, there are other goods−or rather values−that can never be assessed. They have to do with talent, giving, trust, dignity−that which is priceless.

Autonomie, marché et attention
Valorisation artistique
et stratégies de médiatisation
La supposition d’un antagonisme entre art et marché ne va pas de soi. Le fonctionnement intrinsèque de la culture représente un système de marchés – même s’il ne s’agit pas toujours de marchés commerciaux. Dans nos sociétés de l’information et des médias, une part considérable des produits de consommation courante tombe sous la rubrique de la consommation culturelle. Les marchés culturels ont toujours été de ce type : on y offre de l’information qui est payée, en contrepartie, sous forme d’attention. Cet article explore quelques-unes des implications de tels entrecroisements.

Autonomy, Market and Attention
Artistic Valorization and Mediation Strategies
The widely assumed antagonism between art and market is far from obvious. Cultural dynamics seem structured by market mechanisms−even if these markets are not always commercial. In our media-driven societies, a large segment of commodities belong to the sphere of cultural consumption. Cultural markets have always followed the same rule: information is paid for by attention. This article explores some of the implications of such exchanges.

Entretien à propos de Ludovic Chemarin©

Entretien sur Ludovic Chemarin©
À propos de Ludovic Chemarin© est un entretien entre Damien Beguet, Perrine Lacroix et P. Nicolas Ledoux réalisé pour la première apparition public du projet Ludovic Chemarin© à La BF15 (Lyon) en 2011. Cette discussion entre la responsable du lieu et les deux artistes permet de mieux cerner les enjeux conceptuels et formels d’un dispositif complexe et critique. Ce texte est un témoignage mais il a été depuis mis en forme et présenté régulièrement sous la forme d’affiches dans le cadre d’expositions aux côté de documents (contrats, produits dérivés) et de pièces de l’artiste. Il fait œuvre et participe au brouillage de l’entreprise Ludovic Chemarin©. 

A Discussion about Ludovic Chemarin©
This piece is an interview between Damien Beguet, Perrine Lacroix and P. Nicolas Ledoux which took place for the launching of Ludovic Chemarin© project at the BF15 (Lyon) in 2011. It presents the conceptual stakes and formal parameters of its complex critical assemblage. It bears witness to this event, but it has been presented since then along works by the artist. As a work, it participates in the blurring process attempted by the Ludovic Chemarin© enterprise.

Save Our Senses – De l’art de s’accommoder comme restes

Save Our Senses
De l’art de s’accommoder comme restes
Supposant que l’art, après avoir été valuation, en était devenu l’intermédiaire, nous approchons deux modes qui peuvent générer sa fin ; d’une part, le savant raisonnement des faits artistiques qui en explicite et modélise les rouages et, corrélativement, l’exploitation systématique et marchande de toutes ses ressources émotionnelles… Tout en espérant, au bout du compte, que son essentielle inutilité de valeur sans terme lui sauve la mise.

Save Our Senses
The Art of Accommodating Ourselves as Scrap
Assuming that art, after being valuation, has become its intermediary, we approach two modes that can generate its end . The learned reasoning about artistic facts provides an modelization and explicitation of the artworks and, correspondingly, the systematic and commercial exploits all of its emotional resources… While hoping that, ultimately, its essential uselessness of termless value will save the day.

Allocution sommaire
DeYi Studio esquisse une théorie de l’art en cinq points, qui peuvent être énoncés oralement en autant de minutes.

Summary Talk
DeYi Studio sketches a theory of art in five points, which can be delivered in the same count of minutes.

Quand le numérique transmute les valeurs
Le numérique réalise une opération d’alchimie, déclinée ici en cinq thèses : 1) L’original disparaît, la copie numérique devient originale, et l’œuvre trouve sa valeur par la création d’un contexte. 2) Dès lors que la position d’auteur est partagée avec le public, l’œuvre se juge en termes de relation. 3) Il devient impossible de mesurer la vérité d’une œuvre, sa valeur repose donc sur sa justesse. 4) L’œuvre ne tient plus sa valeur du musée ou de la galerie, mais des espaces-temps qu’elle réussit à construire. 5) Les arts nés du numérique et des biotechnologies sont les labos in vivo d’autres valeurs que celle du marché de l’art.

When Digitalization Transmutes Values
Digitalization brings about a form of alchemy, analyzed here in five theses: 1) As the original vanishes and the digital copy becomes original, the work finds its value by creating a context. 2) Since the authorial position is shared with the audience, the work is judged in terms of relation. 3) As it becomes impossible to measure the truth of a work, its value rests ion its justness. 4) The work no longer receives its value from the museum or the gallery, but from the time-spaces it manages to construct. 5) The forms of art born out of digital and bio-technologies are in-vivo labs where different types of value can emerge than market values.

Marée Amarildo :
amour et art de la multitude
En juillet 2013, le maçon Amarildo, habitant de la favela Rocinha, disparaît. L’enquête montrera que la responsable de sa torture suivie de mort est l’UPP, l’unité de police installée depuis peu dans la région. Cette mort violente n’est pas la première ni sera la dernière : ce genre d’événement est assez banal à Rio. Mais cette fois-ci, elle a lieu dans un cadre de contestation de la politique de sécurité de l’État de Rio de Janeiro et suscite une forte réaction des mouvements sociaux et culturels. Au sein de cette contestation, a lieu une puissante production d’images et de performances artistiques.

Tide Amarildo : love and art of the multitude
In July 2013, the mason Amarildo, inhabitants of the Rocinha slum, disappears. The inquiry shows that the responsible for his torture followed by death is the UPP — the police unit installed recently in the region. This violent death is not the first nor will be the last : this kind of event is quite commonplace in Rio. But this time, it takes place in a context of challenge to the security policy of the State of Rio de Janeiro and gives rise to a strong reaction from the social and cultural movements. In this dispute, held a powerful image production and artistic performances.

Note bien :
je ne suis personne
Que veulent les manifestants d’Occupy Rio ? Quelle est cette nouvelle atmosphère de la rue ?
Les pauvres affirment qu’ils ne sont pas jetables et qu’ils campent là. Il s’ensuit une transformation de la sensibilité sociale, selon des modèles de vie minoritaires et multiples qui s’entrechoquent. Il s’agit d’un nouvel éros au cœur de la ville, de la venue à la politique de toute une génération, qui exprime de nouvelles formes de vie et dont il faut fortifier les ouvertures.

Take good note :
I am nobody
What do the demonstrators of Occupy Rio want? What is this new atmosphere in the streets? The poor claim they are not throwaways, and they camp in the street. Social sensibilities are transformed, in line with new minoritarian forms of life, multiple and strongly contrasted. A new Éros emerges from the heart of towns, with the coming of age of a younger generation, asserting new expectation, paving new ways for unpredictable tomorrows.

Soulèvements en Amérique latine
Lecture en contrepoints
Dans la lecture des soulèvements populaires en Amérique latine, deux interprétations sont comparées point par point : celle d’une part de Multitude de Hardt & Negri ainsi que de GlobAL : Luttes et biopouvoir à l’heure de la mondialisation. Le cas exemplaire de l’Amérique latine  de Negri & Cocco et celle d’autre part de L’interpellation plébéienne en Amérique latine du GRIPAL (Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine). Ces deux interprétations sont irréductibles, mais non incompatibles.

Uprisings in Latin America
Counterpoint Readings
Two interpretations of popular uprisings in Latin America are compared point by point : on the one hand, Hardt and Negri’s Multitude as well as Negri and Cocco’s GlobAL : Luttes et biopouvoir à l’heure de la mondialisation. Le cas exemplaire de l’Amérique latine, on the other hand, GRIPAL’s (Research Group on Latin American Political Imaginaries) L’interpellation plébéienne en Amérique latine. These two interpretations are incommensurable but not incompatible.

Quoi de commun entre les participants du dernier Forum Social Mondial de Tunis, les activistes d’un collectif belge de défense des sans-papiers, les praticiens de la démocratie réelle réunis à la Puerta del Sol de Madrid et les hurluberlus que nous rencontrons parfois dans nos rues (ou sur nos réseaux sociaux) revêtus de costumes d’animaux […]

Bien qu’elle n’ait pas vu s’opérer la fusion des divers mouvements sociaux en une même multitude, l’édition tunisienne du Forum Social Mondial (FSM) de mars 2013 permit à la communauté altermondialiste d’occuper un certain nombre de territoires tant matériels (fragments d’espaces publics) qu’immatériels (fragments d’espaces digitaux). Pour les participants, la fréquentation conjointe de ces territoires permit une certaine forme de ressourcement, de renouvellement des énergies, de réconfort et d’encouragement mutuels (Ermunterung). En démultipliant les formes d’association affective avec le FSM, les nouvelles technologies de l’information et de la communication jouèrent un rôle important dans les processus de territorialisation et d’Ermunterung de la communauté altermondialiste.

The territories of the Global Social Forum in Tunis
A member’s notebook
Although it did not witness the merger of the various social movements into a single multitude, the Tunis edition of the World Social Forum (WSF) held in March 2013 was the occasion for the alter-globalization community to occupy a number of territories both material (fragments of public spaces) and immaterial (fragments of digital spaces). For the participants involved, the joint frequenting of these territories allowed to stock up and renew energies as well as to comfort and encourage each other (Ermunterung). Since they multiply the possibilities for emotional attachment with the WSF, new technologies of information and communication played an important role in the processes of territorialisation and of Ermunterung of the alter-globalization community.