Archives du mot-clé intermittence

Investir nos villes et nos lieux de vie

Faire la ville autrement, faire métropole en se fondant sur les pratiques citoyennes de tous ceux qui à la fois vivent et travaillent sur le territoire. En finir avec les vieilles frontières entre centre et périphéries, entre les populations inscrites dans la modernité et les classes populaires reléguées aux alentours avec ses vagues successives de […]

Le revenu universel et le revenu contributif

Pour Bernard Stiegler, le revenu universel d’existence est une condition de démarrage d’un processus de transformation bien plus vaste de notre économie à moyen et long terme. Mais ce revenu de base n’est pas suffisant en tant que tel, et peut même s’avérer dangereux si sa mise en place ne sert que de prétexte à l’uberisation intégrale de la société. Sortir d’une économie entropique, destructrice de l’environnement et de nos singularités, pour construire peu à peu une économie qu’il qualifie à l’inverse de « néguentropique », suppose non seulement un revenu d’existence, mais surtout un revenu contributif et l’extension progressive à toute la population de la possibilité d’accéder au régime des intermittents du spectacle.

Universal Basic Income and Contributive Income

For Bernard Stiegler, a Universal Basic Income (UBI) is a precondition to a much wider social trans-formation of our economies in the medium and long run. But the UBI is not sufficient in itself, and could even be dangerous if it paved the way for an overall Uberization of society. In order to get out of our entropic economy, destructive of our environment as well as of our singularities, we need not only a UBI, but a « contributive income » which would extend to the whole population the status of intermittence currently pioneered by French artists.

Joseph Yosef Dadoune .رخالا / רחאה

quatrième de couverture: Joseph Dadoune, Border Notes, 08/07/2014 − 26/08/2014, suite de 50 dessins, 48 x 32,9 cm, reproduction photographique : Aurélien Mole   deuxième de couverture: Joseph Dadoune, 358, 2015, papier beaux-arts, 60 x 80 cm     troisième de couverture: Joseph Dadoune, Serpent plié en deux, 2015, papier beaux-arts, 100 x 150 cm   […]

Sortir de l’anthropocène

L’Anthropocène est un « Entropocène », c’est-à-dire une période de production massive d’entropie précisément en cela que les savoirs ayant été liquidés et automatisés, ce ne sont plus des savoirs, mais des systèmes fermés, c’est-à-dire entropiques. Le nouveau critère de redistribution qu’il s’agit de mettre en œuvre dans l’économie du Néguanthropocène doit être fondé sur une capacité de désautomatisation qu’il faut ressusciter.

Exiting the Anthropocene

The anthropocene should be written “entropocene”, i.e., a period of mass production of entropy due to the fact that many fields of knowledge have been abolished and liquidated : they no longer belong to human knowledge, but offer closed systems of automatic reactions, which, as such, present high levels of entropy. The new criterion of redistribution needed in our age of Neguanthropocene must be based on our capacity to disautomatize and resuscitate a whole range of human operations.

Les robots oscillent entre vivant et inerte

Les robots oscillent entre vivant et inerte

Il est impossible d’ouvrir un dossier consacré à la robotique sans rencontrer de multiples prophéties annonçant dans un futur proche que nous vivrons entourés de robots anthropomorphes ou zoomorphes et que nous nous machinerons par des voies que nous ne pouvons pour le moment qu’entrevoir. Peut-on envisager une approche de la robotique un peu moins prophétique et donc décevante, un peu plus pragmatique et donc plus surprenante, un peu plus réflexive et donc habitée par un principe de précaution ? Faut-il continuer à faire passer les machines pour autre chose que ce qu’elles sont ou doit-on arrêter de les prendre pour ce qu’elles ne sont pas (des animaux, des humains) ? Faut-il considérer qu’elles constituent un « règne » à part entière, à côté du minéral et du végétal, ou bien faut-il continuer de les reléguer dans l’instrumental, ce grand bazar ? Ce « manifeste » reprend quelques-unes des observations faites par ceux qui, dans le champ de l’anthropologie principalement, observent la « révolution robotique », suivent ses essais d’expérimentation/implémentation et abordent la diversité des interactions homme-machine avec les outils de l’enquête de terrain.

Robots Oscillate Between the Inert and the Living

Impossible to discuss about robotics without stiring many prophecies announcing that we will live surrounded by zoomorphic or anthropomorphic robots and transform ourselves in ways we can not yet imagine. Is it possible to adopt a slightly less prophetic approach, a little more pragmatic and therefore more surprising, a bit more reflective and thus inhabited by a precautionary principle? Should we continue comparing or assimilating machines with other kinds of beings (animals, humans) ? Should we accept that they are a « reign » in itself, next to the mineral, the vegetal or should we continue to relegate them into the instrumental, this big bazaar ? This manifesto summarises some of the observations made by anthropologists who observe the « robot revolution » with ethnographic tools, following experimental processes/implementation tests and the very concrete situations of interaction in which robots can be experienced.

Istanbul 2013
Manifestations politiques et valeurs artistiques 
À Istanbul durant l’été 2013, les manifestations politiques de Gezi et les manifestations artistiques de la 13e Biennale ne parlent pas le même langage. Les premières envahissent la ville, les secondes désorientées font retraite. Le déroulé des événements donne l’occasion d’analyser un clivage essentiel entre, d’une part, les valeurs artistiques que peuvent a priori partager les commissaires d’exposition et les artistes qu’ils invitent et, d’autre part, les processus de valorisation des espaces publics et urbains, préalables indispensables à la programmation de tels événements culturels et artistiques.

Istanbul 2013
Political Demonstrations and Artistic Values
In Istanbul, during the summer of 2013, the political demonstrations of Gezi and the artistic exhibitions of the 13th Art Festival fail to find a common language. While the former invade the city, the latter retreat, disoriented. The unfolding of the events display an essential split between, on one side, artistic values, which can be shared between curators and invited artists, and, on the other side, processes of valorization of urban public spaces, necessary to the programing of such cultural events.

Alors pourquoi photographier ce qui n’existe pas ? C’est cela même l’enjeu paradoxal de ces prises de vue. Montrer ce qu’on ne voit pas : des vides urbains ( interstitiels et temporels) repérés par les migrants parce qu’ils y seront invisibles. A ceux qui fréquentent les quartiers populeux des 10, 18, 19èmes arrondissements, il n’échappera pas combien il est difficile de trouver tant d’espaces inoccupés ! Il fallait aller les chercher…, le photographe et le médecin après les Afghans, les uns pour y disparaître, les autres pour leur donner une mémoire.

Dans le cadre notamment des communautés de communes, des pratiques sociales innovantes participent d’une reterritorialisation des « rurbains banlieusards ». Elle déborde le seul refus de relégation pour viser plus de démocratie à travers le principe de subsidiarité, dans le cadre d’un territoire désormais métropolitain.

INNOVATIVE RURAL/URBAN TERRITORIES
Rural/urban communities are initiating innovative social practices in reconstituting land-use and territory. They are refusing to accept marginality and are instead experimenting with a more democratic role in governance of subsidiarity, in the context of a metropolitan territory.

English version->http://www.eurozine.com/articles/2012-09-10-marchand-en.html Si les villes portuaires ont une profonde culture historique de la circulation des marchandises et des hommes, les bouleversements de leurs activités et leurs gouvernances liés à la mondialisation font que cette culture change elle aussi fortement. Dans la période qui s’ouvre, ces villes doivent réinventer à la fois leur façon de travailler, […]

L’émergence des métropoles est caractéristique de l’économie de circulation propre à la mondialisation en même temps qu’elle représente pour les citoyens de formidables opportunités politiques d’intervention au sein de leur cité. Cette intrication de l’économie et du politique à l’échelle de la cité repose sur l’avènement d’une société cognitive qui permet aux citadins des centres […]

Un spectre hante le monde du travail : le spectre de l’intermittence. Au-delà de la diversité des domaines d’activité, une population d’actifs intermittents partage, presque malgré elle, des pratiques communes. Ce manifeste propose des modalités pratiques d’institutionnalisation du commun intermittent en une Société Hétéronyme d’Intermittents (SHI), dotée d’un lieu de convergence, de statuts de collaboration, d’une structure collective de composition d’œuvres communes.

Manifesto for an Intermittent Common

A spectre haunts the world of labor: the spectre of intermittence. Beyond a diversity of fields of activity, a large population of precarious and intermittent workers shares a set of common practices. This manifesto proposes practical ways to institute these intermittent commons into a Heteronymous Society of Intermittent Workers (HSIW), designing its own space of convergence, its collaborative statutes, and its collective structure of composition of common works.

L’ensemble du nouveau rapport capital/travail déborde le traditionnel affrontement de classes dans l’entreprise fordienne pour se jouer désormais dans la métropole.

Du plus petit interstice à ses grands pôles, le territoire métropolitain est investi comme lieu de vie et de travail. Au-delà du capitalisme, les visions alternatives des créativités citoyennes y génèrent un autre commun politique, économique et écologique.

Conflictual Dynamics in European Metropols

Beyond the traditional class antagonism in the enterprise, the metropolis is the new territory of the conflict relationships in the globalisation.
From small interstices to main poles, the whole metropolitan territory is invested as place of life and work. Beyond a new green capitalism, real alternative proposals as a political, economical end ecological common are now open.

Ce texte dresse l’histoire de la création de la désobéissance civile électronique, et plus spécifiquement de l’Electronic Disturbance Theater, dont Ricardo Dominguez est le cofondateur, dans le cadre du capitalisme tardif, des mouvements alter-mondialistes et de l’inflation des lois anti-terroristes.

The Electronic Civil Disobedience

This text sketches the history of the creation of electronic civil disobedience, and more specifically the Electronic Disturbance Theater, founded by Ricardo Dominguez, in the context of Late Capitalism, the alter-globalization Movements and inflation of anti-terrorist legislation.

Signez la pétition : [http://soutien-cipidf.toile-libre.org/->http://soutien-cipidf.toile-libre.org/ À l’été 2003, le mouvement des intermittents et précaires s’opposait massivement à une restructuration de l’assurance-chômage instaurant un principe de capitalisation individuelle des droits sociaux. Profondément excluante et inégalitaire, cette contre-réforme visait à détruire le principe de mutualisation des ressources qui, à travers les annexes 8 et 10 de l’UNEDIC, […]

Dans la ville post-fordiste, l’habitat non-ordinaire est une dimension ordinaire. Des modes d’habitat « hors conventions » resurgissent aujourd’hui qui ne concernent plus seulement des « étrangers » ou des marginaux. Les luttes présentées ici déconstruirent ces exceptions qui ne sont pas naturelles, ni « anormales », ni même illégitimes. Cette micro-politique de l’agir urbain prolonge ainsi l’analyse des interstices du […]

L’habitat « non-ordinaire » et la ville post-fordiste

Le texte esquisse les relations entre les mutations du travail « post-fordistes », intermittence, travail cognitif, nouvelles mobilités et les mutations de la ville. Dans cette perspective, l’habitat « non-ordinaire » n’est pas une scorie mais au contraire une production actuelle, entre adaptations et luttes contre les ségrégations.

« Non-ordinary» habitat and the post-Fordist city
This text studies relations between post-fordist labor mutations, casual work, cognitive work, new mobilities and urban mutations. Non-ordinary housing forms are not just scorias, they’re a contemporeanous production, between adaptations and struggle against segregations.

Commander les anciens numéros

Il est possible d’acquérir les précédents numéros de Multitudes jusqu’au n°25 inclus auprès de « Diffusion Populaire » qui gére la vente des anciens numéros. Au dela du n°25 le stock est géré par Belles Lettres Diffusion Distribution. Par carte de crédit : _ 1) Accéder au site de Diffusion-Populaire : http://www.difpop.com _ 2) Entrer […]

Peau neuve Pour sa 34ème livraison, Multitudes fait peau neuve. Après la maquette dessinée par Aris Papathéodorou prolongée par Nadège Mazars (les 10 premiers numéros), et celle de Jean-Marie Courant (numéros 10 à 24) prolongée par Myriam Barchechat, c’est donc à un nouveau graphiste que nous faisons appel. Un remerciement particulier va ici à Jean-Marie […]

Le Monde du 11.07.08On ne lira dans cet ouvrage ni slogan ni formule de calcul pour l’assurance-chômage des artistes et des techniciens du spectacle. Il ne s’agit pas non plus d’un retour sur  » la lutte menée depuis la réforme de juin 2003, entre manifestations et annulations de festivals. Intermittents et précaires rend compte d’une […]

La métropole parisienne est une réalité dans les pratiques territorialisées des jeunes métropolitains «des banlieues», alors que les pouvoirs institués en sont encore à s’affronter pour en tracer les frontières à la manière souverainiste. L’analyse du projet de rénovation urbaine des Halles marque cet important décalage entre le nouveau management municipal auquel participent les bobos du centre et, d’autre part, les multiples appropriations des jeunes métropolitains qui dessinent d’ores et déjà un territoire commun.

While politicians dispute about frontiers of the metropole institution, the youngs does practice and struggle already the way of living metropolitan in Paris. The urban renovation of les Halles shows a deep biopolitic cut between the gathered bobos and politicians of the centre and the multiple appropriations of the territory by whole young people of the suburbs, creating new commons.

Appropriations constituantes de la ville productive

La ville productive, au-delà de l’usine industrielle représente le territoire de la vie ET du travail de l’ère postfordiste. Des multitudes de précaires/intermittents produisent la ville même par de nouvelles formes de vie, d’expérimentations, d’affects et de création, perçus comme autant de bruits parasites et non fonctionnels par les institutions. De Paris à Rio en passant par Buenos Aires, nous interrogeons ce rapport conflictuel fondamentalement biopolitique entre le contrôle des espaces urbains par les pouvoirs institués et les appropriations subjectives de territoires de la ville par les multitudes constituantes de nouvelles formes de démocratie.

«La ville productive», «The productive city», beyond the industrial factory, is now the territory of life AND work of the post fordist erea. Multitudes of precarious and intermittents are producing the city by new forms of life, desires, experimentations and innovations, creating unfunctionnal noises for the power institutions. We question the conflictual relationships hardly biopolitical between the urban spaces control by the power institutions and the subjective appropriations of the city’s territories by multitudes, constituent of new forms of democraty.

Au cœur de cet article : l’émergence de la figure du « salarié rentier ». Cette figure n’a rien de nouveau en soi si l’on songe aux différentiels de salaire liés aux hiérarchies socialement déterminées des métiers. Ou bien, si l’on songe aux rentes salariales obtenues par des pans du salariat aux dépens du salariat féminin, précaire, immigré. Ce qui est nouveau, c’est qu’aujourd’hui la rente salariale ressort d’un processus double, d’individualisation du salaire et de « socialisation du capital ». Elle est donc d’une nature nouvelle, par ailleurs, son émergence rend encore plus floues les frontières qui séparent les grandes catégories des revenus : salaire, rente et profit. Dans cet article, il s’agit moins de rendre compte de la figure du salarié rentier d’un point de vue strictement économique que de saisir dans le processus double qui lui donne naissance le fonctionnement propre d’une machine de production de subjectivité qui soude la liaison dangereuse entre capitalisme cognitif et néolibéralisme.

The central concern of this essay : the emergence of the figure of the « wage shareholder ». There is nothing new about this figure in and of itself if one thinks of wage differentials linked to social hierarchies determined by the professions. Or again if one thinks of wage-earning shares obtained by sections of the wage-earning system at the expense of feminine, precarious, and immigrant wage earners. What is new is that today the wage share results from a double process of wage individualization and « socialization of capital ». It is thus of a new nature, and its emergence therefore renders more indistinct the boundaries that separate the main categories of revenue : wage, annuity and profit. In this article, it is less a question of accounting for the figure of the wage-earning shareholder from a strictly economic point of view as to see it in terms of a double process that gives to it the functions proper to a machine producing subjectivity that unite the dangerous link between cognitive capitalism and neoliberalism.

Interprétons un instant la mobilisation politique qu’ont connue les universités, au cours de ces derniers mois, comme le signe d’une agitation qui travaille la société française. Et si l’enjeu réel des grèves, blocages, suspensions de cours, fermetures administratives, manifestations, prises de positions publiques et autres assemblées générales, était bien moins de lutter contre une loi […]

Comment assurer à tous une continuité du revenu en tenant compte de la grande diversité des situations de précarité ? La discussion porte essentiellement sur trois modèles : le revenu garanti d’un montant équivalent au Smic revendiqué par les associations de chômeurs, la « sécurité sociale professionnelle » de la CGT, la proposition de Nouveau […]

Note sur le travail de production de soi

Le 5 mai 2001, à Berlin, le Directeur des Ressources Humaines de Daimler Chrysler expliquait aux participants d’un congrès international que « les collaborateurs de l’entreprise font partie de son capital ». Il précisait que leur comportement, leurs compétences sociales et émotionnelles jouent un rôle important dans l’évaluation de leur qualification. Par cette remarque, il faisait allusion […]

Multitudes : ses déclinaisons éditoriales et numériques

UNE REVUE TRIMESTRIELLE, DEUX SITES, UNE COLLECTION DE LIVRES, UNE LISTE… Multitudes est, à l’origine, une revue politique, artistique et philosophique… Fondée en mars 2000, elle est devenue le support d’un projet éditorial et numérique transnational qui modére une liste électronique : (« Multitudes-Infos »), actualise ce site, en développe un autre dédié à la création artistique […]

La vie quotidienne des jeunes chômeurs (note de lecture)

Avec La vie quotidienne des jeunes chômeurs [[La vie quotidienne des jeunes chômeurs de Sébastien Schehr, éd. PUF, 287 pages., la thématique du chômage fait peau neuve. Sébastien Schehr répond à une urgence qui, en France, ne s’était fait que trop attendre : celle de réfléchir à ce qui se joue, loin des seules statistiques, […]

« Vivere ! »

Le mouvement des chômeurs et des précaires de l’hiver dernier, en France, impose à tout un chacun de mener une réflexion collective et de fond sur la théorie et les pratiques de l’action politique en Europe et leur nécessaire modification à l’aube du prochain millénaire. Au cours de cette mobilisation, il fut finalement possible entrevoir […]

Misère du présent, richesse du possible

Entretien avec Carlo Vercellone, Patrick Dieuaide, Pierre PeronnetALICE – Votre approche actuelle concernant un revenu garanti indépendant du travail (revenu de citoyenneté) est l’aboutissement d’une réflexion complexe et « tourmentée » sur la division capitaliste du travail et des dynamiques sociales susceptibles de la dépasser. Dans vos ouvrages, vous avez été amené à renoncer à […]

Entendue littéralement, la notion d’expérimentation politique est tendue entre deux sens divergents : selon qu’on y entend « faire l’expérience de » (to experience) ou « mener des expériences » (to experiment), elle penchera du côté du savoir profane et des techniques de lutte ou bien du côté des protocoles scientifiques et des manières de […]