En revue Combats du monde

Paru dans l’Humanité , le 20 Octobre 2003Le monde, l’Europe, la France : la revue Multitude ouvre ce dernier numéro à un triple front. Le monde d’abord, avec quatre articles – signés des chercheuses Maristella Svampa, Graciela Hopstein et Ruben Espinosa, ainsi que du collectif Situaciones – consacrés à l’Argentine. Et dans lesquels les auteurs analysent la situation socio-politique de ce pays aujourd’hui, à la lumière de ce qu’ont révélé les ” journées insurrectionnelles de décembre 2001 et les élections présidentielles d’avril-mai 2003 “. À savoir, tout à la fois la visibilité de la dégradation politique – ” prolifération de leaderships personnels et décisionnistes “, clientélisme et instrumentalisation des médias – et la constitution d’un mouvement politique de type nouveau qui s’appuie sur ” la démocratie directe, l’autogestion et l’autonomie ” ; mouvement dont les piqueteros argentins sont le fer de lance. Le monde, toujours, avec la publication inédite en français d’une conversation, datant de 1982, entre Lula, l’actuel président du Brésil, et le philosophe Félix Guattari. Lula y explique à quoi ” tient la force du Parti des travailleurs : le langage libéré par la discussion, l’enracinement dans la classe ouvrière, l’élargissement à toute la société, l’accueil des minorités, le respect des autres partis, la singularité de l’expérience “.

L’Europe ensuite, à propos de laquelle le sommaire compte une dizaine d’articles. De celui de l’économiste Yann Moulier-Boutang sur la construction d’un ” modèle européen de vie ” qui serait fondé sur la protection sociale, la santé, l’art et l’éducation faisant contrepoids à l’américanisation du monde, à ceux de Toni Negri – cherchant à ” définir la façon dont se pose l’Europe à l’intérieur du processus constitutif du gouvernement impérial global ” – et Michael Hardt, repensant la notion de multitude (au singulier) pour en dégager le devenir politique. Dans cet ensemble consacré à l’Europe, on notera encore les essais d’Yves Citton, intitulé Vers une Europe post-identitaire, et de Heidrun Friese et Peter Wagner qui reviennent, quant à eux, sur cette Europe politique née avec l’accord des opinions publiques contre la guerre en Irak.

Enfin, la France, et plus précisément son école, qui a retenu l’attention des enseignants et militants syndicalistes Mick Miel – Le monde enseignant en prise directe avec ses vieux démons – et Jean-Yves Mondon – Le créole et l’école. Une livraison remarquablement riche aux plans qualitatif et quantitatif si difficiles à conjuguer en revue.