Marx encore ! Questions d’édition de l’ uvre marxienne

Alors que les signes d’une sortie de Marx du purgatoire auquel il était astreint en France depuis une quinzaine d’années se multiplient, le moment semble propice à un relevé de la situation léguée par cette longue période de «démarxisation» systématique, dont on a de bonnes raisons de penser qu’elle ne figurera pas parmi les moments de gloire de l’histoire intellectuelle de ce pays. Le premier constat qui s’impose est simple : le «marxisme», celui d: Marx ou de ses épigones peu importe pour l’instant, est «introuvable». Littéralement. Outre sa fonction d’exorcisme, l’injonction «Marx est mort» a parfaitement rempli, à un certain niveau, son rôle : faire disparaître Marx, et ce qui pourrait s’en réclamer, matériellement. Mésaventures d’éditeurs aidant[[Le fait ne relève nullement du hasard si l’on songe qu’il s’agit essentiellement des Éditions Sociales, dont la faillite illustre la décrépitude d’un parti qui fût un grand pôle d’attraction de l’intelligentsia durant ce siècle., les lacunes du catalogue sont devenues béances et les difficultés d’ accès un mur quasi infranchissable.
Exagérations que tout ceci? Que l’on songe simplement au fait que même des textes courts aussi célèbres qu’indispensables à l’historiographie française tels que le Dix-huit Brumaire ne sont pas disponibles (hors Pléiade). Qu’il en est de même pour le Chapitre inédit, Misère de la philosophie, la Sainte Famille, les Grundrisse, les Théories sur la plus-value, les livres II et III du Capital … C’est dire donc l’importance que prend, dans ce paysage (éditorial) de ruines, la poursuite de l’édition de textes de Marx par Maximilien Rubel et ses collaborateurs. Les fruits les plus récents de cette entreprise qui, sous sa forme actuelle, débute en 1963 avec la sortie du premier volume dans la prestigieuse collection, consistent en deux recueils; l’un rassemble, sous le titre Politique, des textes de la période 1848 – 54 et forme le quatrième volume de l’édition de la Pléiade. Le second propose un choix d’extraits sous le titre Philosophie dans la collection de poche folio essais du même éditeur.
Ces recueils, tout comme les précédents de la série[[Les volumes de l’édition de la Pléiade seront cités dorénavant comme suit : Ecol et Eco2 pour OEuvres, Économie, vol. I et II, Gallimard, Paris, 1968.Philo pour OEuvres, Philosophie, vol. III, Gallimard, Paris, 1982. – Pol. pour Ouvres, Politique, vol. IV, Gallimard, 1994. – Le recueil Philosophie, Gallimard, coll. folio-essais, Paris, 1994 sera cité comme Philofol., n’ont reçu le label d’aucune chapelle ou parti et se situent aux antipodes de l’instrumentalisation pédagogique qui a dès l’origine marqué la publication posthume de l’oeuvre marxienne. Ils ne sont pourtant pas dépourvus de partis pris, inhérents à l’édition dirigée par Rubel dans son ensemble, qu’il s’agira d’expliciter et de soumettre à discussion au cours des remarques qui suivent. Une édition & Marx, même menée en toute indépendance comme celle-ci, ne peut jamais être séparée des choix théoriques qui ont présidé à son établissement, choix liés à des enjeux qui dépassent le cadre d’une stricte exégèse des textes.

Où est la «Politique» chez Marx?

Il y aurait a priori peu de remarques à faire sur le premier volume de la «Politique» si ce n’est pour saluer enfin la mise à disposition du lecteur français de morceaux indispensables, tels que l’Adresse du comité central de la Ligue des communistes de mars 1850 (qui tourne autour de la stratégie de la «révolution permanente») et les Révélations sur le procès des communistes à Cologne, ou de pièces rares comme le pamphlet russophobe sur Lord Palmerston, seul succès de librairie que Marx connut de son vivant et néanmoins seul ouvrage censuré dans l’ex- URSS[[Cf. M. Rubel, «Avertissement» Pol p. XXI et «A quand la Glasnost dans la Karl-Marx-Haus à Trêves ?», Économies et Sociétés, série S n°27, 1989, p. 121-159..
Naturellement, on pourrait regretter les coupures, inévitables lorsqu’il s’agit de procéder à une sélection. Ainsi, par exemple, celles concernant le corpus de textes parus dans la Nouvelle Gazette Rhénane, qui constituent un matériau d’une exceptionnelle richesse sur la théorie marxienne de la révolution, à l’état pratique et sous le choc de l’action. La question qui se pose néanmoins est celle du critère de regroupement de ces textes sous le titre général de «politique». Selon Rubel, il s’agissait de fournir «un ample choix des écrits de Marx, homme de parti et membre de la Ligue des communistes»[[Ibid. p. XIX. Ce n’est là pourtant qu’un critère d’ordre chronologique et biographique, à l’évidence impropre à justifier le regroupement opéré : le Manifeste du parti communiste brille par son absence alors que figurent & nombreux écrits de Marx publiciste postérieurs à son militantisme dans la Ligue (les articles sur l’Espagne ou sur la question d’Orient). Le véritable problème réside en fait dans le découpage, qui organise l’édition de La Pléiade dans son ensemble, en «Économie», «Philosophie» et, dernière en date, «Politique». Le caractère intenable de cette tripartition est parfaitement illustré par le cas du Manifeste[[On pourrait également relever à titre de symptômes caractéristiques l’absence des Manuscrits de 1844 du volume Philosophie de l’édition Pléiade (ils figurent dans le deuxième volume de l’Économie), ou le fait que la Critique du Programme de Gotha soit comprise dans le premier volume d: l’Économie., absent de ce volume parce qu’il figure déjà dans le premier volume de … l’Économie; à juste titre d’un certain point d: vue puisque Rubel peut à bon droit se réclamer du conseil de Marx de lire le Manifeste et Misère de la philosophie en guise d’ introduction à l’étude du Capital[[Ecol p. LII.. L’ «anomalie» est bien relevée[[Pol p. XXI. mais aucune véritable explication n’est donnée, au-delà d’un simple renvoi à cette citation reprise du premier volume. Pourtant, la prétention à classer les textes marxiens dans un schéma tripartite du type «économie-philosophie-politique» n’a rien d’une évidence ou d’une formalité. Elle est d’ordre conceptuel et engage le statut même de la théorie de Marx en tant que théorie indissolublement scientifique et critique -telle était du moins l’ambition de son auteur- et, par là, remise en cause radicale de la division traditionnelle des savoirs[[Division dont on pourrait dire d’ailleurs que la constante réorganisation depuis plus d’un siècle s’opère pour une large part dans le but de contrecarrer le défi du marxisme, et souvent, de manière plus directement politique, pour promouvoir une ingénierie sociale antagonique aux solutions préconisées par le mouvement ouvrier (Cf. Daniel Lindenberg, Le marxisme introuvable, Calmann-Lévy, Paris, 1975, p. 175-185). C’est l’enjeu de la fulgurante ascension des «sciences humaines» et de la promotion d’un savoir éclaté du «social», mutilé par l’ «idiotisme du métier» propre au territoire jalousement défendu par les «spécialistes» de chaque discipline (quitte à négocier a posteriori leur place respective dans la totalité du champ, si possible en position de force).. Le Manifeste n’est en ce sens pas moins «philosophique» que la Question juive et pas plus «politique» que Le Capital, lequel -comme le précise son sous-titre- est avant tout une «critique de l’économie politique».
Ce point est judicieusement souligné par un collaborateur de Rubel, Louis Janover, qui rappelle avec force que «l’originalité de Marx, le secret de son oeuvre, qui fonde en fait sa cohérence et rend tout découpage de ce type mutilant, n’est autre que l’indissoluble unité de la politique et de l’économie dans un même champ d’investigation, la «critique de l’économie politique». Il en conclut que la «théorie politique de Marx se trouve précisément formulée dans le Capital» dans la mesure où l’analyse d’un «rapport économique, [qui est aussi un rapport social, (…) est à la fois critique de la civilisation du capital et théorie de la révolution prolétarienne; économie et politique en un seul mouvement»[[«L’Avenir d’une utopie», Économies et sociétés, série S, n°30-31, 1994. Janover considère néanmoins que l’ oeuvre de Marx nécessite un «élément d’unification éthique», élément que les «nouveaux révisionnistes s’obstinent à nier». Faudrait-il en conclure que la lecture éthique est érigée en nouvelle «orthodoxie», détentrice exclusive de la vérité des textes marxiens?.
La question du découpage ne peut considérée comme réglée en étant ramenée à la «genèse» du projet[[Comme le fait Rubel dans l’ «Avertissement» du volume II : «notre justification, notre réponse anticipée aux reproches que notre méthode va nous valoir derechef, c’est la genèse de l’Économie qui la fournit» (Eco2 p. XI.) car, sous prétexte de restitution d l’unité de la pensée de Marx, c’est alors la conception téléologique bien connue dans l’histoire de idées traditionnelle qui se profile. Le but consiste dans ce cas à chercher les «germes» d’une théorie au commencement d’un cheminement biographique et intellectuel, lequel acquiert de cette façon l’illusoire continuité d’une trajectoire prédéterminée. Les «conclusions» préexistent alors au procès d’élaboration d’une théorie[[C’est littéralement ce qu’écrit Rubel dans son «Introduction» au volume Il : «la clé du Capital est déjà dans les écrits de 1843 – 44; là se trouve la conclusion de l’oeuvre qu’il fallait bâtir. Suivre le cheminement intellectuel et affectif de toute une vie occupée du même dessein, c’est le seul moyen d. comprendre, et la portée de l’ «Économie», et le pourquoi de son inachèvement» ibid. p. XIX. (c’est moi qui souligne)., au sens fort de ce terme, comprise comme
travail portant sur des concepts spécifiques, liés à une pratique d’expérimentation. Les concepts ne semblent d’ailleurs avoir pour Rubel qu’une importance secondaire, sinon négligeable puisqu’il ne s’agit, à la manière positiviste, que de «mots» différents collés à des «faits» qui garantissent, quant à eux, la continuité de l’objet étudié : «il suffit d’éliminer des Manuscrits de 1844 les mots d’aliénation, d’humanisme, de naturalisme, etc., pour y retrouver les faits décrits et analysés dans le Capital»[[Ibid. p. LXXIV. C’est Rubel qui souligne. D’une manière générale, sa défense de la continuité absolue de l’oeuvre de Marx, et notamment du plan CL son “Economie” n’arrive guère à convaincre car, comme le souligne dans son étude Kevin Anderson, «such a claim cannot be proven by quoting correspondence or prefaces on Marx’s intentions, but by theoretical ad comparative analysis of important texts”, ce qu’il évite systématiquement d: faire (Cf. Kevin Anderson, «Rubel’s Marxology : a Critique», Capital arrt Class, n° 47, 1992). Sur la portée théorique des changements de plan on consultera Roman Rosdolsky, La genèse du Capital chez Karl Marx, Maspero, Paris, 1976… A ce compte,
«il suffit» également d’éliminer les «mots» de plus-value, de procès de valorisation ou de forme-valeur pour retrouver les «faits» décrits dans la Richesse des nations ou les Principes de l’économie politique et de l’impôt, moyennant – s’il faut satisfaire au critère proposé ici – un supplément éthique.
Certes, Rubel se défendrait d’être positiviste ; il souligne le caractère «critique» de l’entreprise marxienne, qu’il situe «au-delà» de l’économie politique traditionnelle, «idéologie justificatrice de l’exploitation de l’homme par l’homme»[[«Expliquer pour mettre à nu la plaie de l’exploitation du travail; détromper; déchirer ce voile qu’est l’idéologie justificatrice de l’exploitation de l’homme par l’homme -telle était l’ambition de Marx, critique de l’économie politique.» (ibid. p. XVIII). «A la vérité, l’oeuvre de Marx porte la marque du définitif, mais en un sens tout particulier. Son «Économie» est au-delà de l’économie politique» (Ecol p. LIV).. Pourtant, il partage avec le positivisme la distinction de principe entre «jugement de fait» et «jugement de valeur», aspect analytique et dimension normative au sein d’une théorie, et, plus récemment, entre Marx homme de science et Marx militant révolutionnaire[[Cf. infra note 19.. La matrice de cette lecture est déjà en place dans le texte fondateur de l’entreprise rubelienne, son introduction aux Pages de Karl Marx pour une éthique socialiste, qui sépare soigneusement les «deux aspects de la conception matérialiste de l’histoire», la «méthode de recherche objective» et «l’analyse des faits» d’une part, et la «doctrine éthique» de l’autre, qui «établit les principes destinés à guider l’action de classe du prolétariat en vue de son affranchissement et de la constitution d’une communauté humaine harmonieuse»[[Maximilien Rubel, Pages de Karl Marx pour une éthique socialiste (2 vol.), Payot, Paris, 1970 (1ère ed. Marcel Rivière, Paris, 1948), p. 33.. C’est bien cette disjonction fondamentale qui lui permet de distinguer des «ouvrages de théorie économique» (à vocation scientifique) des «écrits politiques ou philosophiques», quitte à unifier ex post l’ensemble par l’ «éthique»[[Le premier «principe» énoncé dans la présentation initiale de l’édition est que «les ouvrages de théorie économique sont séparés des écrits politiques ou philosophiques» (Ecol p. LIII).. Cette séparation, qui reproduit les impasses des lectures néo-kantiennes de Marx, est lourde di conséquences. Elle reconduit tout d’abord la vision traditionnelle, et aplatissante, de la théorie marxienne comme vaste «synthèse» de doctrines antérieures[[ «Ce «développement du socialisme de l’utopie à la science»(…) n’est en fait qu’un inlassable effort pour opérer la synthèse des multiples écoles CL pensée se réclamant de l’éthique socialiste ou communiste, et pour fournir à cette synthèse un fondement scientifique» (Eco2 p. XLI – XLII)., et cela sous l’égide non pas d’un «matérialisme dialectique» tout-puissant mais d’une «éthique», contenue tout entière dans l’impératif catégorique énoncé dans l’Introduction de 1844: «bouleverser toutes les conditions dans lesquelles l’homme est un être déchu, asservi, abandonné, méprisable».
Placée en position souveraine, l’éthique est à la fois le véritable fondement de la théorie[[Une oscillation caractéristique apparaît à ce sujet, puisque, comme le montre la citation précédente, c’est tantôt la science qui fournit le fondement à l’éthique tantôt c’est au contraire l’éthique qui fournit la seule prémisse solide de l’édifice théorique, dont la «fragilité» scientifique devient alors une question secondaire : «si le socialisme dépendait seulement de la nature «scientifique» de l’ «Économie» de Marx, on pourrait tenir ses assises pour fragiles. Mais le socialisme de Marx -tout comme son «Économie»repose sur des prémisses éthiques». Ibid. p. XIV. Rubel discerne là une «ambiguïté» chez Marx, qu’il attribue à l’adoption de sa part de l’ «anthropologie matérialiste» spinozienne. Cf. Pol p. CXXIII – CXXIV. Nous reviendrons par la suite sur l’étrange conception que Rubel se fait de Spinoza., l’expression de sa finalité et son principe unificatrice[[Seul le jugement de valeur permet de dépasser le «conflit permanent entre l’homme de science et le militant révolutionnaire» (ibid. p. CXXVIII). Contrairement à ce qu’écrit Janover (“L’avenir d’une utopie” art. cit.), c’est bien les lectures éthiques qui présupposent des séparations de principe dans l’ oeuvre de Marx.. «Définitivement formulée» dans ses principes dès le départ, «achevée, entière et sans équivoque» dans l’échelle de valeurs qu’elle instaure[[«L’ Introduction donne une forme définitive aux principes de cette éthique prolétarienne» (Eco2 p. LI). «Achevée, entière et sans équivoque, la pensée d: Marx l’était en ses présupposés, en son adhésion au communisme comme échelle des valeurs»(ibid. p. XIV)., l’impératif éthique couronne la théorie et en fournit simultanément la substance[[La véritable Aufhebung de la théorie doit selon Rubel être cherchée dans cette «sublimation ou solution qui se situe hors du raisonnement descriptif et analytique, pour exprimer une sommation normative, donc éthique» (Pol p. LXXXIV ).. Aucune notion ne paraît pouvoir échapper à ses vertus explicatives : fétichisme, théorie de l’exploitation, analyse des crises, théorie de la révolution, dictature du prolétariat[[Ainsi le «concept marxien de dictature du prolétariat» possède une «nature éthique» (ibid., p. LXXXI). Plus généralement, la «théorie de la révolution» renvoie à une «substance foncièrement normative» (ibid. p. L). La théorie «économique» est pour sa part, comme nous l’avons déjà noté, subordonnée aux impératifs éthiques. Sa théorie des crises, notamment, «présuppose l’adhésion à une échelle de valeurs» qui «définit l’éthique “matérialiste” du socialisme» (Eco2 p. 1768).. On l’aura compris, l’éthique ne «dépasse» la philosophie que pour la «réaliser», en prendre le relais comme discours de l’universel, version laïcisée de l’absolu
métaphysique. Fait paradoxal pour un pourfendeur constant du dogmatisme «marxiste» des épigones, la théorie marxienne vue par Rubel, tout comme le « diamat », apparaît comme un système achevé dans son principe, tant dans sa dimension scientifique que dans ses prescriptions normatives[[«Sa mission peut être considérée comme achevée pour l’essentiel sur le plan scientifique.» t. IV. p. I XXXI.. Certes, le caractère inachevé des manuscrits marxiens est volontiers souligné, notamment ceux du Capital dont il reproche à Engels d’ avoir fait une oeuvre achevée[[Eco2 p. CXXII. Cet inachèvement ne renvoie cependant en aucune façon à des raisons théoriques – Marx ne fait au contraire que réaliser un plan définitivement arrêté dès le départ (1857 voire dès 1844) – mais uniquement à un jeu de circonstances : la «misère» et l’ « obstination de vastes lectures», la «nécessité de rédiger des gros volumes au lieu d’écrire des brochures», la perte de temps du fait du «journalisme et des querelles politiques», les «erreurs d’estimation» etc[[Cf. respectivement Eco2 p. LXXXVI, XCVII, CVI, CVII..
Sans entrer ici dans de grands débats philologiques ou épistémologiques, rappelons simplement que s’il est une position totalement étrangère à l’entreprise marxienne, c’est bien celle qui dissocie la légitimité scientifique de la légitimité critique, la production de connaissances de la position d: classe, la position d’homme de science de celle du militant révolutionnaire. Non pour damer le pion au scientisme bourgeois sur son propre terrain mais pour bouleverser la conception établie de la science en jetant les fondements d’une science révolutionnaire. Marx a vu dans le communisme non un idéal ou un impératif éthique mais, selon la célèbre définition de l’Idéologie allemande, un mouvement réel abolissant l’état de choses existant, une tendance interne à la société capitaliste, dont la théorie révolutionnaire fournit l’expression théorique adéquate[[Comme le souligne, parmi tant d’autres textes, le Manifeste : «les conceptions théoriques des communistes ne reposent nullement sur des idées, des principes découverts par tel ou tel réformateur du monde. Elles ne font qu’exprimer, en termes généraux, les conditions d’une lutte de classes qui existe, d’un mouvement historique qui se déroule sous nos yeux», Le Manifeste communiste, Eco1 p. 174. A titre comparatif, relevons que Rubel range Marx, qu’il place aux côtés de Kierkegaard et de Nietzsche, parmi «les tentatives fécondes [du XIXème siècle pour apporter à un monde en gestation de nouvelles tables de valeurs, de nouvelles raisons de vivre, de nouvelles normes pour agir – une nouvelle éthique» (Pages de Karl Marx… op; cit. p. 7).. Dans la postface à la seconde édition allemande du Capital, il souligne à nouveau qu’ «en tant qu’une telle critique représente une classe, elle ne peut représenter que celle dont la vocation [Beruf historique est de révolutionner le mode de production capitaliste et, finalement, d’abolir les classes -le prolétariat». Cette position, parfaitement cohérente avec un texte largement consacré à la réflexivité de la théorie, à l’explicitation de ses conditions historiques d’apparition et à la signification de sa constitution pour la lutte des classes dans la théorie, est significativement perçue par Rubel comme «ambiguë sinon illogique» du fait de «l’absence de liaison logique intermédiaire» c’est-à-dire d’un «postulat éthique d’une prise de conscience au cours de l’ histoire»[[Philofol p. 618..

Une «Philosophie» de Marx?

C’est à la lumière de ces présupposés qu’il convient d’examiner les choix qui ont présidé à l’édition du volume «philosophie» de la collection folioessais. Ici, les critères descriptifs ou formels ne peuvent être d’aucun secours. Tout choix de textes regroupés sous ce titre suppose une conception, ou moins implicite, de ce qu’est la «philosophie de Marx», à défaut de la «philosophie marxiste». B faut entrer dans le vif du sujet. Or, il faut bien constater que si, par son refus des «vulgarisations», ce recueil se démarque de ceux légués par la tradition «orthodoxe»[[Dont le principal serait peut-être de nous épargner des écrits du vieil Engels (extraits de l’Anti-Dühring, dernières lettres etc.), socle inoxydable d: toutes les vulgates depuis les temps de la IIème Internationale., il n’en partage pas moins avec eux un inconvénient majeur : offrir des «morceaux choisis» de Marx susceptibles de conforter la conception de la philosophie préconisée par les responsables du recueil. Pour l’ «orthodoxie» il s’agissait de constituer un «corpus légitime», faisant la part belle aux textes du vieil Engels et marginalisant les oeuvres de jeunesse[[Les Études Philosophiques (textes choisis de Kart Marx et Friedrich Engels, Ed. Sociales, Paris, lère ed. 1935) sont en France le modèle du genre. Dans l’édition de 1974 (introduite par Guy Besse), les extraits d’oeuvres de jeunesse occupent 28 pages et les textes d’Engels 111 sur un total de 240 pages (hors introduction et notes). Cf. J.-P. Cotten, «Les Études philosophiques de Marx et Engels : la constitution d’un corpus légitime» in G. Labica (sous la dir. de), L’oeuvre de Marx, un siècle après, PUF, 1985, p. 40-46. La comparaison entre les diverses éditions de ce recueil est hautement instructive quant aux inflexions dues aux impératifs d’adaptation de la catéchèse aux conjonctures.. Ici, c’est une image inverse qui ressort : absence d’Engels (choix de départ parfaitement défendable), poids prédominant des textes de jeunesse, textes d’après 1848 réduits à la portion congrue.
Même si elle est peu explicitée en tant que telle par Rube[[Rubel se donne rarement la peine d’expliciter les choix théoriques qui le guident dans ses sélections de textes. Son introduction de 1947 aux Pages d° Karl Marx pour une éthique socialiste (op. cit.) est muette sur ce point, celle au volume Philosophie de la Pléiade se borne à une présentation factuelle de l’itinéraire du jeune Marx au sein du mouvement hégélien (Philo p. XVIICXXXII)., la dimension «philosophique» de Marx qui ressort de ce volume est à peu près la suivante : sont considérés comme philosophiques les textes de la période de traversée de la philosophie -d’abord dans les rangs du mouvement jeune-hégélien, puis en «réglant les comptes» avec celui-ci- auxquels viennent s’ajouter ceux considérés comme «méthodologiques», tels l’Introduction de 1857 ou la préface du Capital. Là encore, c’est une image bien traditionnelle, presque oubliée dirait-on, de la philosophie qui transparaît à travers ces choix, qui n’accorde de statut «philosophique» à un texte que lorsqu’il est explicitement question de «philosophie» ou d’ «épistémologie» (de «questions de méthode» si l’on préfère). Or, le propre de cette image est précisément de «faire comme si Marx n’était pas passé par là», de neutraliser les aspects les plus subversifs pour le champ philosophique de son intervention. Ce qui est plus précisément en cause c’est, d’une part, la radicalité de la critique marxienne de la philosophie et, de l’autre, la portée de certaines questions posées par Marx à la philosophie -à notre sens d’un point de vue extérieur à celle-ci- notamment dans les textes dits de maturité.
Commençons par le second point. Quelle que soit la position adoptée sur le statut de la philosophie dans l’ouvre marxienne, l’absence de certains textes, dont la portée en tant qu’interventions en philosophie est patente, ne peut trouver de justification. Le recueil ne comporte ainsi aucun extrait des Grundrisse[[Il faut dire que déjà le second volume de l’Économie n’en proposait que quelques pages ayant «l’allure d’un condensé» (sic), ces manuscrits étant marqués, selon Rubel, par le «rôle d’étudiant» auquel la «misère» avait maintenu Marx (Eco2 p. CIV) ! ! Inutile de s’étendre ici sur des exemples : les pages sur le machinisme, l’argent, les formes précapitalistes ou la valeur esthétique CL l’art antique sont parmi les plus commentées du corpus. Que dire également de l’absence des développements sur le fétichisme du Livre I du Capital, de ceux sur la dialectique des procès brossée dans le Chapitre inédit ou sur l’État dans la Guerre civile en France ou de l’importance des «lettres russes» pour la vision marxienne de la «philosophie de l’histoire» … Les contraintes de place existent mais c’est bien l’économie globale d’un volume, qui n’accorde aux textes d’après 1848 que moins du huitième du total, qui est ici en cause. Qu’on le veuille ou non, ce qui ressort de la sélection proposée, c’est que tant la critique de l’économie politique entreprise à partir des Grundrisse que les interventions plus directement politiques de cette période importent peu en fin de compte pour la philosophie, si ce n’est lorsqu’elles abordent des problèmes de méthode (d’investigation ou d’exposé).
Cette vision étriquée de l’intervention de Marx s’accompagne d’une neutralisation de sa critique de la philosophie en tant que telle. Certes, dans l’Introduction du volume, Rubel et Janover soulignent que Marx n’est pas un philosophe au sens traditionnel et qu’il entend «”dépasser” la philosophie en la sublimant par l’action politique et la science» (p. XXII). Ce transfert apparaît pourtant bien limité puisque, quelques pages plus loin, nous apprenons qu’il s’agit en fait, grâce à 1′ «interprétation dite scientifique» de «donner un contenu nouveau» à la «réflexion philosophique» (p. XXX), laquelle débouche, expressis verbis, sur une «philosophie de l’émancipation sociale» (p. XXXII). Le noyau de cette philosophie réside, on s’en serait douté, dans la «construction éthique» (p. XXI), dans une «philosophie sociale» qui est une «éthique sociale», vers laquelle convergent, pour s’y fondre, l’humanisme, le matérialisme et la critique utopienne (pp. XX-XX).
Fort bien, mais que devient cette belle harmonie après le travail de démolition, le «règlement de compte avec la conscience philosophique d’autrefois», selon la formule d’ Engels, consigné dans l’Idéologie allemande? Qu’en est-il de la sortie (Ausgang) de la philosophie qui y est constamment proclamée, l’annonce du passage à quelque chose de neuf, la science de l’histoire, l’analyse du capitalisme du point de vue du prolétariat ? Ce n’est nullement un hasard si le texte de l’Idéologie allemande est le plus malmené dans les éditions dirigées par Rubel[[Rubel avoue presque ouvertement la finalité des coupures opérées dans les deuxièmes et troisièmes parties du texte : «il s’agit pour nous de tenter une reconstitution de la «conception matérialiste et critique du monde» au moyen des seuls textes à caractère véritablement théorique. A cet effet, nous écartons tout ce qui n’est que persiflage et dérision et qui, pour cette raison même, fait perdre l’esprit critique et éthique, toujours signifiant, d’une oeuvre inconsidérément abandonnée par ses auteurs à la «critique rongeuse des souris» » Philo p. 1741 (je souligne). En tout état de cause, il semble préférable de laisser au lecteur la possibilité de juger quels sont les textes «à portée véritablement théorique» et s’il entre dans les intentions des auteurs de s’attaquer théoriquement à un «esprit éthique». Fortement réduit dans le troisième volume de la Pléiade[[La soi-disant «reconstitution» du texte par Rubel aboutit à l’amputer CL près de moitié, les «morceauxécartés»relevant selon lui du «divertissement» (Philo p. 1047). La partie consacrée au «socialisme vrai» est soit renvoyée en annexe, soit partiellement reprise comme texte séparé dans le même volume. Ce choix non plus n’est pas innocent puisque Rubel, qui n’est pas à une contradiction près, affirme que le «matérialisme nouveau, loin de rejeter les valeurs éthiques du socialisme «vrai», les établit, au contraire, solidement sur le terrain de la pensée et de la praxis de la libération humaine» (ibid. p. 666) tout en relevant qu’Engels et Marx se montrent «pressés d’oublier que leur «humanisme réel», si ardemment défendu dans la Sainte Famille, s’apparentait fortement au “socialisme vrai” d’un Grün ou d’un Hess» (ibid. p. 1648)., il est ici entièrement amputé de sa troisième partie «Saint-Max». Or, contrairement à ce que laisse entendre toute une tradition, c’est dans cette critique de Stirner, bien plus que dans les développements «en positif» du «Feuerbach», à vrai dire très instables même s’ils ont pu tenir lieu de premier exposé de la «conception matérialiste de l’histoire», qu’il convient de chercher le centre de gravité de cette déclaration de guerre tous azimuts. La critique destructrice de la métaphysique de la subjectivité qui y est menée, et qui anticipe sur tant de «philosophies du sujet» à venir (la «modernité» d. Stirner est incomparablement plus flagrante que celle de Feuerbach ou de Bauer; il en est de même pour sa critique), risque en effet de se révéler difficilement compatible avec la lecture «éthique» proposée par Rubel.
Relevons quelques indices de ces difficultés : le célèbre passage qui identifie le rapport de la philosophie au monde réel à celui entre l’onanisme et l’amour sexuel, et enchaîne sur la nécessité d’en sortir d’en bond pour se mettre à l’étude du dit monde réel, n’est pas soumis au jugement du lecteur car il figure dans le «Saint-Max». Pourtant, il est partiellement cité dans l’Introduction du volume (p. XXI), pour être immédiatement mis à distance[[Rubel laisse entendre, sans apporter la moindre indication, que ces phrases pourraient ne pas être de Marx (Philo p. 1200). Encore une manière, celle-ci parfaitement arbitraire, de faire d’Engels le «mauvais génie antiphilosophique» de Marx, lui qui a autorisé, du moins à partir de l’AntiDühring, l’entreprise de la «philosophie marxiste». La critique marxienne, qui est aussi une autocritique (Marx rejette les notions qu’il a lui-même utilisé d_ «genre»et d’ «essence humaine»), embarrasse manifestement Rubel qui la juge «bien sévère». Il en est de même à chaque fois que Marx se distancie par rapport à sa propre trajectoire en philosophie. Sur la répudiation explicite, par exemple de la notion d’ «aliénation» dans l’Idéologie allemande ou le Manifeste cf. Philofol. p. 577 et 606. et interprété comme simple rejet de la «philosophie spéculative», celle d’une «postérité hégélienne friande de jeux d’esprits et de concepts». Une telle approche ne peut que conduire à des méprises quant à la portée réelle d` l’Idéologie allemande. Si la charge de Marx se dirige avec tant d’ardeur et de verve sarcastique vers les héros du mouvement jeune-hégélien, c’est dans la seule mesure où ces personnages représentent une figure hyperbolique de la philosophie classique allemande, elle-même vaste récapitulatif et ultime somme de la philosophie en tant que telle. Feuerbach, Bauer, Stirner et alii sont la cible de la polémique acharnée de Marx non parce qu’ils sont considérés comme une postérité indigne des grands ancêtres mais parce que, précisément en tant qu’épigones de second rang, ils mettent à nu le caractère idéologique de la «grande tradition», qui va de Hegel et de Kant, et, par là, de la philosophie tout court[[L’Idéologie allemande le précise dès les premières pages : “l’idéalisme allemand ne se distingue par aucune différence spécifique de l’idéologie de tous les autres peuples. Celle-ci considère elle aussi que le monde est dominé par des idées, que les idées et les concepts sont des principes déterminants, que des pensées déterminées sont le mystère du monde matériel accessible aux philosophes” (Philo p. 1718)..
Au coeur de cette hypostase philosophique se trouve l’illusion de la maîtrise des pratiques réelles, l’ivresse des discours fondateurs et de la souveraineté de la conscience (y compris dans sa version du libre-choix du sujet moral) qui ne sont que le strict pendant de l’impuissance des philosophes, le résultat de leur coupure avec les pratiques sur lesquelles ils entendent exercer leur magistère. Stirner et son «déconstructionnisme» subjectiviste, aux forts relents nihilistes, n’en représente qu’une forme exacerbée. Rubel semble pour le moins réticent à admettre cette critique, comme le montraient déjà les coupures et annotations qui accompagnaient la présentation de l’Idéologie allemande dans le troisième volume de la Pléiade et qui témoignent d’un constant souci de protéger Kant et les jeunes hégéliens, tout particulièrement Stirner, des foudres de la polémique marxienne[[Voir le rejet de la critique de Kant comme expression de l’ «impuissance» et du formalisme vide de la «bonne volonté», jugée «schématique». Rubel considère que Marx «n’apporte d’ailleurs aucun argument à l’appui de sa thèse» et invoque l’autorité de Jaurès, de Vorländer mais aussi, très curieusement, d’Engels, habituellement chargé de tous les défauts; cf. Philo p. 1754. Il est également manifestement gêné par la critique adressée à Stirner, tout particulièrement dans ses pointes antiphilosophiques, et antihumanstes (à titre indicatif ibid. p. 1720, p.1741-2, p. 1755-6).. Le sauvetage de sa propre lecture néo-kantienne, basée sur le «libre-choix» d’un sujet moral et la conformité à un impératif catégorique, est à ce prix. De manière significative, un passage-clé du «Saint-Max»[[«La transformation de la conscience, sans souci des conditions existantes, telle qu’elle est pratiquée par les philosophes qui en font métier, c’est-à-dire qui en font commerce, est elle-même un produit des conditions existantes et en fait partie. Cette envolée idéaliste au-dessus du monde est l’expression idéologique de l’impuissance des philosophes confrontés à ce monde. Leurs vantardises idéologiques sont démenties chaque jour par la pratique” (ibid. p. 1274-75)., également absent du volume folio-essais, dans lequel Marx analyse le coeur de l’illusion philosophique en tant que primat attribué à la transformation de la conscience sur celle des conditions de vie réelles, cette surélévation imaginaire de la subjectivité n’étant elle-même que la forme spéculaire de l’impotence pratique du philosophe, est commenté dans l’édition de la Pléiade comme un «excès dr sarcasmes» et un indice de confiance excessive dans le déterminisme des forces productives[[Mais c’est une expression tirée d’un autre texte, Misère de la philosophie, qui est utilisée pour appuyer ce dernier grief (ibid. p. 1782)..
Relevons à cette occasion que c’est tout à fait abusivement que Rubel se réclame de l’éthique au sens de Spinoza[[«Une éthique, si à l’instar de Spinoza, l’on entend par ce terme l’unité de la connaissance et de l’action» (Eco2 p. LXXXV) ; “son oeuvre [de Marx n’est pas moins essentiellement un acte éthique comme celle de Spinoza» («Pour une étiologie de l’aliénation politique – Marx à l’école de Spinoza”, Économies et sociétés, série S, n’ 27, 1984) dans sa défense d’une très classique morale kantienne. Il a certes le mérite de souligner la dimension spinozienne, trop souvent négligée, de la trajectoire marxienne en philosophie[[Cf. notamment Philo p. CXVIII et ses articles «Pour une étiologie…» art. cit. et «Marx à la rencontre de Spinoza», Cahiers Spinoza, n° 1, 1977. Dans le même numéro des Cahiers Spinoza, il faut noter la publication des cahiers de Marx sur Spinoza, les articles d’Albert Igoin («De l’ellipse de la théorie politique de Spinoza chez le jeune Marx») et, surtout, d’Alexandre Matheron («Le Traité théologico-politique vu par le jeune Marx»).. Ceci devrait a fortiori le conduire à reconnaître la portée de la critique spinozienne des illusions du Sujet et de ses attributs (conscience, liberté etc.) ou des valeurs transcendantes et à souligner sa conception de l’éthique comme développement de la puissance immanente aux conatus, qui se situe aux antipodes stricts d’une philosophie du choix mora1[[Rubel ne cesse, comme nous l’avons déjà noté, d’affirmer que dans sa «profession de foi éthique» (Eco2 p. XLVI), expression qui aurait sans doute fait frémir Spinoza, Marx est de part en part fidèle à la «maxime à portée universelle» kantienne (ibid., p. L), en laquelle il découvre «le secret, appelé “loi”, d’un mouvement d’émancipation» (Pol p. XLV).. Or, à travers le jeu d: mot sur le terme «éthique», Rubel passe sous silence la relation antinomique entre l’inspiration spinozienne, à propos de laquelle partage des stéréotypes scolaires (oscillant entre humanisme démocratique[[Par exemple lorsqu’il écrit «comme Spinoza, Marx fait entrer l’homme dans le cycle éternel de la nature et lui assigne pour idéal la réalisation de la totalité humaine» (Pages de Karl Marx… op. cit. p. 29). Par la suite il cite en positif une appréciation de Nietzsche sur Spinoza mais précise que, concernant Marx, «les enchaînements les plus objectifs de sa pensée sont émaillés de jugements de valeur» (ibid.). et anthropologie pessimiste), et sa propre interprétation de Marx. Il semble toutefois s’en être rendu compte, quoique de manière confuse, lorsque, dans son introduction au volume Politique de l’édition Pléiade, il discerne une certaine «ambiguïté» entre, d’une part, «une anthropologie matérialiste» attribuée à Spinoza selon laquelle «l’être humain agit toujours par intérêt», anthropologie partagée par le Marx «déterministe» partisan d’une «conception socio-biologique de l’histoire»[[Ibid., respectivement : p. CXXIII – CXXIV et p. CXXVI., et, de l’autre, la «dimension normative» présupposée par le «libre choix» du militant de la cause prolétarienne[[Ibid. p. CXXVI – CXXIX. D’où la conclusion tautologique selon laquelle le «choix éthique» réalise l’exploit d’ «harmoniser» la «conception “purement” matérialiste» (sic) avec «la dimension normative» alias avec l’éthique elle-même : «la dimension normative de la pensée de Marx, même si l’on reconnaît l’aspect rationnel, ne saurait s’harmoniser avec une conception purement matérialiste sans le recours aux jugements de valeur, c’est-à-dire sans le préalable d’un choix éthique» (ibid. p. CXXVIII). Cette fois ce sont Albert Camus et … René Girard, dont l’autorité en matière d’interprétation dr Marx ne souffre guère de doute, qui sont cités à l’appui (ibid.).. Seule cette dernière dimension ouvre d’ailleurs sur l’avenir, les «jugements de nécessité», en fait l’analyse à prétention scientifique, ne pouvant être énoncés qu’ex post[[Ibid. p. CXXX – CXXXI.. La perspective sur laquelle débouche, sans surprise aucune, la lecture de Marx par Rubel s’identifie à l’énonciation répétitive d’une indignation morale, la coupure avec le mouvement historique réel devenant ainsi l’accompagnement obligé d’une dénonciation des régimes et des églises qui se sont appropriés pendant des décennies le nom de Marx. Confirmation supplémentaire, si besoin était, de la critique marxienne dirigée contre la neutralisation de la pratique politique par les impératifs moraux.

Gagner par défaut

Les prévisions faites par Rubel il y a presque une quinzaine d’années sur la «valeur anticipatrice» de l’édition de la Pléiade (et de ses dérivés pourrait-on ajouter), comme édition «non-marxiste» de l’oeuvre marxienne[[Cf. «Avertissement» in Philo p. XIII. se sont réalisées, d’une manière qui n’était sans doute pas prévue par leur auteur. Cette édition a cessé d’être une «protestation», plutôt marginale, «contre toute consécration indue» puisqu’elle est désormais seule en lice. Marx est à présent libéré des orthodoxies, et, en ce sens, on est en droit de considérer qu’à terme une hypothèque de taille est levée. Néanmoins, pour l’instant, son oeuvre paraît engloutie dans un paysage éditorial et intellectuel qui lui est massivement hostile.
Or, il y fort à parier que l’entreprise dirigée par Rubel soit d’un bien faible secours pour rompre avec cet état de fait et renforcer les tendances existantes qui vont dans cette direction. Certes, elle a le mérite d’ … exister et de permettre l’accès à un matériau non négligeable, dans certains cas introuvable depuis longtemps. Faute de mieux… Cependant, elle ne peut en aucun cas pallier à l’absence d’ édition intégrale d’oeuvres majeures, sans même parler de la question de leur coût et de leur distribution. Plus même : par la logique des «morceaux choisis» qui l’anime, elle prive le lecteur de la possibilité de juger sur pièces. Les critères qui sont invoqués pour la justifier -dont le principal semble être de «faire cour»[[Comme nous l’avons déjà noté, le «charcutage» de l’Idéologie allemande est justifié par la volonté de ne retenir que «les seuls textes à caractère véritablement théorique», «d’écarter ce qui n’est que persiflage et dérision», qui «fait perdre de vue l’esprit critique et éthique» de l’oeuvre (Philo p. 1741) et qui ne relève que du «divertissement» (ibid. p. 1047). Le «condensé» qui nous est proposé des Grundrisse dans le second volume de l’Économie, soit moins du tiers des manuscrits, est motivé par le fait que ces derniers sont censés refléter le «rôle d’étudiant» auquel la «misère» a maintenu Marx pendant cette période (Eco2 p. CIV) ! -témoignent d’une désinvolture surprenante vis-à-vis des textes et illustrent les glissements auxquels peut conduire la volonté d’éviter un débat proprement théorique. Les versions tronquées de l’Idéologie allemande, des Grundrisse, des Livres II et III du Capital[[La version proposée des livres II et III du Capital, par laquelle Rubel se pose en compétiteur d’ Engels, livre au lecteur encore moins de matériaux que ce dernier (environ les deux tiers). Rubel se montre obsédé par la volonté de «faire court», sa «hardiesse» étant, selon ses propres termes, Si re-lire Marx demeure d’actualité, on ne peut que constater que l’édition française de son oeuvre attend le moment de son nouveau départ.