Au fil des nouveautés critiques

ACTUEL MARX, n° 15, L’inconscient du social, Paris, PUF, 1994, 224p. Dossier rassemblé et présenté par Michèle Bertrand avec la participation de Maurice Godelier, Alain Brossat et Bertrand Doray. Tony Andréani et Yvon Quiniou s’entretiennent avec Gérard Mendel alors que Gérard Raulet livre, à l’occasion de la publication de la traduction française du troisième volume de Principe espérance d’Ernst Bloch, ses réflexions sur la méthode de cette oeuvre classique de la pensée marxiste.

ALTHUSSER Louis, Sur la philosophie, Gallimard, “L’Infini”, 1994, 180p., 92 FF. En attendant les Écrits philosophiques et politiques posthumes du philosophe aux éditions Stock-IMEC (la parution du premier volume est annoncée pour cet automne), ce petit livre, issu d’une série d’entretiens avec Fernanda Navarro publiés en 1988 au Mexique, prouve à quel point la pensée du théoricien qui voulait combiner la modernité philosophique avec l’engagement communiste fourmillait de perspectives inédites et d’intuitions stimulantes.

BALIBAR Etienne, La philosophie de Marx, Paris, Éditions La Découverte, coll. “Repères”, 1993, 124p. Philosophie de Marx ou philosophie marxiste ? Quoi qu’on en ait pensé, “il n’y a pas et il n’y aura jamais de philosophie marxiste ; en revanche, l’importance de Marx pour la philosophie est plus grande que jamais”.

COLLECTIF, N° 23, AC ! Lendemains de marche, Été 1994, 34p., 30FF. Une table ronde réunit des membres du comité de rédaction de Collectif qui ont participé (directement ou dans des comités locaux) à plusieurs marches AC ! Des articles sur le syndicalisme en Afrique du Sud, en Belgique et au Brésil. Un entretien avec Marcelle Stroobants, professeur de sociologie à l’Université de Bruxelles, sur la question de la compétence au travail : “Les mots utilisés pour interpréter les situations de travail sont aussi des lunettes très déformantes. On ne parle plus d’ouvriers mais d’opérateurs participant à la gestion collective de la “qualité totale”. Or, “l’autocontrôle” n’a pas remplacé le contrôle hiérarchique. Il vient en plus. La “gestion ” désigne aujourd’hui n’importe quoi, y compris le fait de respecter, comme au bon vieux temps, des normes de production. Quant à la polyvalence, ce n’est jamais qu’une manière optimiste de désigner la mobilité”.

DURAND Jean-Pierre (dir.), Vers un nouveau modèle productif ?, Paris, Syros/Alternatives, 1993, 317p., 160 FF. Les auteurs de cet ouvrage collectif proposent un état des débats en cours sur le “postfordisme”. Contributions, entre autres, de Robert Boyer, Pierre Veltz et Stephen Wood.

FRAISSE Geneviève, La raison des femmes, Paris, Plon, 1992, 294p., 150FF.

GIDDENS Anthony, Les conséquences de la modernité, L’Harmattan, coll. “Théorie sociale contemporaine” dirigée par Georges Benko, 1994, 192p. Dans cet important texte théorique, Giddens, professeur de sociologie à l’Université de Cambridge en Grande-Bretagne et auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont seul La constitution de la société a été traduit en français (PUF, 1987), nous livre une interprétation des transformations institutionnelles liées à la modernité selon laquelle notre monde, loin d’être postmoderne, se définirait plutôt comme une période de “modernité aiguë”, où les orientations précédentes auraient tendance à se radicaliser.

HOOKS Bell, Black looks. Race and representation. South End Press, Boston, MA, 1992, 200p. L’auteur de Ain’t I a woman. Black women and feminism et de Talking back, théoricienne féministe et critique culturelle, nous livre, au fil de douze essais, ses réflexions sur les conséquences politiques des représentations de la race dans la culture américaine contemporaine.

HORKHEIMER Max, Notes critiques (1949-1969) sur le temps présent, trad. et préface de Sabine Cornille et Philippe Ivernel, Paris, Payot, 1993, 279p.

ISERES-CGT, Rapport annuel de la C.G.T. sur la situation économique et sociale de la France, Paris, VO Éditions, 1994, 420p., 140 FF. Ce rapport est le fruit d’une collaboration étroite entre chercheurs de l’ISERES, institut de recherche de la C.G.T., et militants responsables des principales fédérations et secteurs d’activités confédéraux.

LA GRASSA Gianfranco, Dal capitalismo al capitalismo. Paradigmi e metamorfosi della modernità, Rome, Bibliotheca, 1993, 111p., 15000L. L’auteur de “Il capitalismo lavorativo” (Ed. F. Agneli, Milano, 1990), poursuit sa réflexion et s’efforce de donner un fondement théorique plus stable à ses thèses. L’entreprise et le marché (aspects d’un même “monde” : le travail) ne sont pas deux formes polaires de coordination différentes en nature “l’entreprise n’est pas le siège de l’organisation parfaite et de l’intégration planifiée du capital, et le marché n’est pas simplement anarchie et aléatoire désorganisé”.

L’HOMME ET LA SOCIÉTÉ, n° 113, Figures actuelles du capitalisme, Paris, L’Harmattan, 1994. Une série de contributions, issues d’un séminaire annuel organisé dans le cadre du CNRS (URA 1394, Philosophie politique, économique et sociale), qui traitent différents aspects de l’actuelle restructuration capitaliste. Analyse critique des transformations matérielles et des figures idéologiques auxquelles elles donnent lieu.

MALER Henri, Congédier l’utopie ? L’utopie selon Karl Marx, L’Harmattan, 1994, 290p. Une étude précise de la trajectoire des figures et des impasses de la critique des utopies par Marx. Cet examen de la critique marxienne de l’utopie se présente comme la première étape d’une critique de l’utopie marxienne.

MARX Karl, Philosophie, Gallimard, coll. “Folio Essais”, n°224, 1994, 686p. (Re) lire en édition de poche une bonne vingtaine de textes, répartis sur toute la durée de la vie de Marx, à partir de l’édition établie et annotée par Maximilien Rubel dans la collection “La Pléiade”. A noter l’introduction co-signée Louis Janover et Maximilien Rubel.

MORDICUS, Spécial USA, Numéro hors-série, juin 1994. Au-delà des images californiennes du “meilleur des mondes”, une analyse stimulante des “classes dangereuses” et de la gestion outre-Atlantique des crises sociales contrôle urbain et pénitenciers post-modernes, race, composition de classe et restructuration capitaliste, under-class et idées politiques des gangs, révolte sourde des employé(e)s et rage des “exclu(e)s” qui oscillent entre déchéance et sédition. A noter les deux articles de Mike Davis (Contrôle urbain : l’écologie de la peur, Los Angeles n’était qu’un début).

MOSCHONAS Gerassimos, La social-démocratie de 1945 à nos jours, Paris, Montchrestien, coll. Clefs/Politique, 1994, 157p. 60 FF. Repères historiques, formes et logiques d’action politique, morphologie sociale et mutations actuelles de cette vieille formation politique qui surgit et resurgit comme une tendance historique durable. “Cependant, aujourd’hui, dans cette période de turbulences, où les identifications partisanes s’affaiblissent, la social-démocratie est devenue une force politique vulnérable qui a perdu son assurance et son aplomb”. Un éclairant essai de synthèse.

PROUST Françoise, L’histoire à contretemps. Le temps historique chez Walter Benjamin. Éditions du Cerf, Paris, 1994, 188p., 140FF. Réflexion à la manière de Benjamin sur l’histoire et les temps présents.

SCALPEL, Cahiers de sociologie politique de Nanterre, Vol. 1, Figures de la démocratie, 1994, 175p., 70 FF. Il s’agit d’une nouvelle revue de science politique, publication du Groupe d’analyse politique de l’Université Paris X-Nanterre. Articles de Michel Dobry, Alain Garrigou, Eric Phélippeau, Bernard Lacroix, Eric Verdier et Philippe Juhem.

SCHMITT Carl, Théorie de la Constitution, trad. de l’allemand par Lilyane Deroche, préface de Olivier Beaud, Paris, PUF, coll. “Léviathan”, 1993, 576p. Soixante ans après la parution de l’œuvre majeure de Karl Schmitt, sa traduction française constitue à elle seule un événement.

TOSEL André (dir.), La démocratie difficile, Annales littéraires de l’Université de Besançon (n° 513)-Les Belles Lettres, Paris, 1993, 414p. On trouvera dans ce volume les Actes d’un colloque franco-italien qui s’est tenu en deux sessions, l’une française à Besançon (Mai 1991), et l’autre italienne à Urbino (Octobre 1991). Articles de Tony Andréani, Stanislas Breton, Jean-Pierre Cotten, Augusto Illuminati, Pietro Ingrao, Georges Labica, Domenico Losurdo, Alexis Philonenko, Jean Robelin, Jacques Texier, André Tosel et al.

UTOPIE CRITIQUE, N° 3, juin-août 1994, 110p. On lira, entre autres, dans le dernier numéro de cette “Revue internationale pour l’autogestion”, l’article de Ralph Miliband “Luttes antihégémoniques et démocratie globale” ainsi qu’un débat consacré aux événements qui déchirent l’ancienne Yougoslavie avec la participation de Michel Lequenne, Bosko Bojovic, Gilbert Marquis, Catherine Samary et Claudie Weill.

WAGNER Peter, A sociology of modernity, Routledge, Londres, 1994, 267p. Un stimulant travail d’analyse historico-comparative des transformations sociales qui concernent les deux derniers siècles. Contribution au diagnostic de notre temps.

WIGGERHAUS Rolf, L’école de Francfort, trad. de Lilyane Deroche, Paris, PUF, 1993, 694p.