Multitude : guerre et démocratie

Paru dans Zestory le déclic culturelMultitude
Guerre et démocratie à l’âge de l’Empire
De Michael Hardt et Antonio Negri
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Guilhot

En 2000, avec la parution de leur essai Empire, Michael Hardt et Antonio Negri proposaient l’une des premières synthèses de philosophie politique sur le monde post-soviétique. Pour eux, la mondialisation se traduit par un transfert de souveraineté des Etats-nations vers une entité supérieure qu’ils ont appelée « Empire » sans que pour autant ce terme ne désigne un pays en particulier – les Etats-Unis pour ne pas le nommer.

Quatre ans plus tard, dans la continuité de cette réflexion, les deux penseurs analysent les conséquences de l’après 11-septembre. Tout en continuant à croire en l’avènement d’une démocratie à l’échelle globale, désignée sous le terme de « multitude », ils constatent que cette perspective se heurte à l’heure actuelle à un état de guerre permanent et généralisé. Le philosophe italien, lui-même poursuivi et emprisonné en son temps dans son pays pour des actes terroristes qu’il n’avait pas commis, met en garde contre les dérives engendrées par la « guerre contre le terrorisme ».