Passer à l’action? Remarques sur la psychologie des sociologues

On n’y échappe pas : les sciences humaines, et tout particulièrement la sociologie, sont le théâtre d’une forte relance des « théories de l’action ». Cette relance s’alimente au regain d’intérêt de beaucoup de chercheurs pour la dimension philosophique du problème. Sous l’effet du reflux de la figure marxiste de l’action historique, la confrontation des traditions issues de la phénoménologie et de la philosophie analytique revient au premier plan[[On trouve un bon exemple de ce mouvement vers une « nouvelle théorie de l’intentionnalité » dans J.-L. Petit, L’action dans la philosophie analytique, PUF, 1991.. Au-delà, une philosophie pratique de l’agir social cherche à repenser le sens de l’activité politique en parcourant le chemin suivi par M. Weber, H. Arendt ou J. Habermas[[Particulièrement significatif de cette recherche, P. Ladrière, « Espace public et démocratie », Raisons pratiques, n° 3, 1992..

I – Une « anthropologie de la prudence »

Il semble aussi que la référence à Aristote soit devenue structurante pour accompagner la redécouverte de cette rationalité pratique[[P. Ladrière, « La sagesse pratique », Raisons pratiques, n° 1, 1992.. Certes A. Tosel a raison de faire remarquer que ce retour à Aristote s’opère selon les lignes de clivage des débats contemporain, en séparant, dans la tradition grecque, la philosophie pratique de l’ontologie qui lui donne sens[[A. Tosel, « Quelle pensée de l’action aujourd’hui ? », Actuel Marx, n° 13, 1993, p. 23.. Il reste qu’il est devenu fréquent de regarder L’Éthique à Nicomaque comme « la première théorie de l’action » et qu’une interprétation récente de la pensée de Marx comme « philosophie de l’activité » n’hésite pas à soutenir que ce dernier a trouvé dans Aristote l’antidote de l’idéalisme hégélien[[M. Vadée, Marx, penseur du possible, Méridiens Klincksieck, 1992, p. 342..

Bien sûr il n’est pas dans mon propos de discuter le bien-fondé théorique de ce retour à Aristote. Par contre on peut réfléchir, dans la conjoncture actuelle, sur la percée de cette « anthropologie de la prudence », pour reprendre le mot de P. Aubenque. Si l’on évite le contresens qui ferait prendre le souci de la délibération et, plus largement, la « prudence » d’Aristote (phronesis) pour des signes de renoncement à agir, on partagera sans peine l’analyse de P. Aubenque sur les racines historiques de cette anthropologie : au début, la société de Platon, désaxée mais dans laquelle tout paraît possible à l’action des hommes justifiée par la science, à la fin, l’impuissance politique de la Grèce, l’impossibilité de transformer le monde, transmuée en une cosmologie du destin. « Entre les deux, le monde d’Aristote est ambigu, comme la société où il vit : tout n’est pas possible, mais tout n’est pas impossible ; le monde n’est ni tout à fait rationnel, ni tout à fait irrationnel. La délibération traduit cette ambiguïté »[[P. Aubenque, La prudence chez Aristote (1963), PUF, 1993, p. 113.. On peut penser que le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui n’a rien à envier à celui d’Aristote en matière d’équivocité. Simultanément offert et refusé, l’avenir fait rage contre lui-même et les conditions de possibilités de l’activité transformatrice n’existent que sous bénéfice d’inventaire. Du coup, il paraît difficile de séparer la réhabilitation en cours des « théories de l’action » et la situation historique présente où se cherchent les sujets d’une possible intervention sur le monde.

II – Un préalable : l’action avec qui ?

Dans ce cadre, la discussion ouverte par le « passage à l’action » de quelques-unes des disciplines des sciences de l’homme fait peut-être partie des inventaires en cours sur les possibilités d’agir. Il n’est pas possible de parcourir tout le spectre couvert par le travail réalisé dans ces disciplines. Dans ce qui suit je me limiterai à examiner d’abord quelques problèmes relatifs à la réception sociologique de l’ethnométhodologie en France. Encore plus étroitement j’essaierai de comprendre les termes de la confrontation entre sociologues portant sur l’intentionnalité du sujet dans l’action. C’est ce qui me poussera à m’intéresser à ce qu’on pourrait appeler « la psychologie spontanée des sociologues ».

Au préalable, c’est le régime de production des connaissances sur l’action que je voudrais questionner. Car il est malheureusement toujours possible de réduire l’action à son concept sans reconduire les problèmes épistémologiques à la transformation effective des situations humaines concrètes. En effet, même lorsqu’on est résolu à mettre l’action au centre de la réflexion conceptuelle, on peut se trouver concerné par cette remarque de A. Rich : « Lorsque quelqu’un qui jouit de l’autorité du professeur, par exemple, décrit le monde et que vous n’en faites pas partie, il y a un moment de déséquilibre psychologique, un peu comme si vous regardiez dans un miroir sans vous y voir[[Cité par J. Bruner, Acts of Meaning, traduction française sous le titre Car la culture donne forme à l’esprit ; de la révolution cognitive à la psychologie culturelle, Eshel, 1990, p. 46.. »

Soyons net. Le miroir des concepts est indispensable à qui veut se connaître. Mais, à l’inverse, ce miroir ne démontre son utilité qu’exposé au dehors, face à ce qui n’est pas lui. L’expérience de la vie a besoin d’être réfléchie, pas escamotée. On peut le dire aussi en soutenant la thèse d’une double racine de la pensée. C’est L. Vygotski qui a peut-être été le plus loin dans ce sens[[L. Vygotski, Pensée et langage (1934), éditions Messidor, 1985.. Pour lui, les concepts scientifiques et les concepts quotidiens sont deux sources d’intelligibilité qui peuvent se rejoindre mais jamais s’identifier. Les seconds sont saturés de contenus empiriques, gorgés du sens d’une expérience singulière. Les premiers ne prennent pas les choses directement comme point de départ et leur rapport à l’objet est lui-même médiatisé par le système de concepts. Il y a deux façons de penser, et ce qui fait la force de l’une fait la faiblesse de l’autre. Du coup, les dangers qui menacent le développement des concepts quotidiens sont tout autres que ceux qui menacent la croissance des concepts scientifiques risque de se refermer sur les rhétoriques narratives d’un côté, risque de s’isoler dans l’exercice logique et catégoriel de l’autre[[Sur ce point, J. Bruner, Acts of Meaning, op. cit.. C’est sans doute pourquoi M. Bakhtine a pu écrire que tout le problème de l’exactitude des sciences humaines tient à la difficulté de « surmonter l’altérité de ce qui est autre sans le transformer en quelque chose à soi »[[M. Bakhtine « Remarques sur l’épistémologie des sciences humaines », in Esthétique de la création verbale, Gallimard, 1984.. A vrai dire cette difficulté nous impose non seulement d’avoir une activité théorique mais aussi de construire des milieux sociaux d’analyse et d’actions comme instruments de recherche. S’ils sont durables, ces milieux scientifiques élargis, ces « tiers-milieux » cultivant l’indépendance mutuelle des formes de vie et des formes de recherche, peuvent agir comme des zones communes de développement décisives pour lier et relier inlassablement les deux lignes d’intelligence opposées décrites ci-dessus. Quand ces conditions existent, c’est le régime de production du savoir sur les hommes qui se trouve modifié. Les concepts scientifiques germent vers le bas par l’intermédiaire des concepts quotidiens et ceux-ci germent vers le haut par l’intermédiaire des autres. Cette discordance créatrice instituée me paraît être le ressort philosophique indispensable de la recherche en sciences humaines. Le chercheur, pour ce qui le concerne, est alors au carrefour d’une double expérimentation « dialogique », avec l’expérience de ses interlocuteurs d’un côté, avec la communauté scientifique de l’autre[[Sur ces questions voir : Y. Clot, présentation et postface à I. Oddone et alii, Redécouvrir l’expérience ouvrière, vers une autre psychologie du travail, Ed. Sociales, 1981 ; Y. Schwartz, Expérience et connaissance du travail, Messidor, 1988 ; C. Dejours, « De la psychologie à la psychodynamique du travail », in Travail et usure mentale (1980), deuxième édition, Bayard, 1993..

III -Le choix ethnométhodologique

En fait, c’est sans doute aussi avec ce genre de préoccupations que s’est décidé le tournant sociologique assumé par ce qui allait devenir l’École de Chicago entre 1915 et 1935, si l’on retient sa grande époque comme référence. Il ne s’agit pas ici de discuter directement de la contribution importante de cette tradition[[Pour une approche critique documentée, on peut lire d’O. Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface de N. Anderson, Le hobo, sociologie sans-abri (1923), Nathan, 1993. Egalement de J.-P. Terrail, « Construction et détermination du social », Société française, n° 47, dernier trimestre 1993. à la reconnaissance de l’intelligence sociologique existant en dehors de la sociologie professionnelle. Il s’agit plutôt de comprendre pourquoi ce retour au concret dont portent témoignage tant de beaux travaux[[Pour ne prendre qu’un exemple récent en France, J. Peneff, L’hôpital en urgence, Métaillié, 1992. et ce souci de saisir l’expérience dans le vif des interactions sociales peuvent susciter en France une discussion aussi engagée chez ceux qui cherchent à promouvoir l’action pratique comme concept central de la sociologie. Visiblement, en traitant les faits sociaux comme des « accomplissements » factuels portant strictement en eux-mêmes le sens de la situation observée, l’ethnométhodologie a ranimé de vieux démons épistémologiques.

On ne dira jamais assez à quel point l’interactionnisme cherche à se défaire du mythe de l’intériorité dans l’analyse de l’activité humaine. O. Schwartz a bien marqué, par exemple, à quel point pour H. Becker, l’un des maîtres de cette tradition, il n’est pas de propriété « cachée » du comportement, pas de « qualités occultes » du social qui ne puissent se regarder comme l’effet d’une séquence interactive. L’interactionnisme, écrit-il, ne connaît pas de « boîte noire »[[O. Schwartz, op. cit., p. 292.. On pourrait dire qu’il s’agit d’une sociologie sans vie intérieure, si l’on voulait flirter avec le vocabulaire utilisé par G. Politzer pour définir sa « psychologie concrète ». L. Quéré a particulièrement insisté sur les implications de cette posture épistémologique en marquant ainsi la réception française des travaux américains. L’originalité de l’ethnométhodologie résiderait dans une « désubjectivation de l’intentionnalité ». Pour lui, « l’action n’est pas un mouvement d’extériorisation d’une intériorité déjà constituée. Au contraire l’intériorité se forme par réappropriation, internalisation et formulation des actions et expressions publiques »[[L. Quéré, « Agir dans l’espace public », Raisons pratiques, n° 1, 1990, p. 107.. C’est une « illusion grammaticale » que de se représenter la subjectivité comme un état mental déposé dans une « instance externe de pilotage de l’action et d’attribution de sens » (ibid.). La subjectivité n’a pas plus de consistance qu’une émergence en cours d’accomplissement public de l’action. On reconnaîtra sans peine dans cette formulation l’influence de la critique radicale de Wittgenstein à l’égard de tout mentalisme et de tout fétichisme du sens : « on ne peut pas savoir ce que l’on cherche à faire si ce qu’on fait n’a jamais été fait par quiconque » (ibid., p. 104). La démonstration suit donc le chemin d’une identification de la subjectivité à l’intentionnalité puis, celle-ci étant considérée comme une propriété émergente de l’action, l’analyse débouche sur l’identification de l’agent à un corrélat de l’accomplissement social de ses actes. On comprend dans ces conditions que l’action – qui est toujours action réciproque – soit seulement passible d’une enquête « grammaticale » s’interdisant les explications causales qu’engendre toujours la question « pourquoi ? » Une analyse sémantique de l’action, en épousant le sens commun, ne peut qu’enfermer le chercheur dans l’impasse scientifique de la sociologie compréhensive. Cette conclusion a le mérite de la clarté. Très proche des conceptions de H. Garfinkel, elle a fait l’objet d’une critique non moins claire de P. Pharo.

IV -Le retour de l’intention

Ce dernier voit dans l’ethnométhodologie « une accentuation behavioriste et sceptique de la théorie wittgensteinienne »[[P. Pharo, « La question du pourquoi », Raisons pratiques, n° 1, 1990, p. 280.. A suivre cette accentuation, l’intention n’est plus qu’une modalité de l’action dont la factualité épuise la signification. A ce compte, « on ne peut que perdre son temps à faire comme le sens commun et la sociologie usuelle qui ne cessent de chercher des motifs à des événements dont le sens est rigoureusement inaccessible » (ibid.., p. 280). Bien sûr, il n’est pas pensable de séparer l’intention de l’action mais, en suivant E. Anscombe, P. Pharo soutient qu’il existe un ordre original de l’action et de la rationalité pratique fait « de connaissance préthéorique et d’exercice d’un désir en vue d’une fin » (ibid., p.283). L’existence d’un « vouloir actif » du sujet de l’action présidant à la formation des buts et au choix des moyens, théâtre de délibérations internes, n’est pas réductible à une grammaire de l’action. Même si l’on suit Wittgenstein – ce qui ne va pas de soi – pour qui « le monde de la représentation est tout entier décrit dans la description de la représentation »[[L. Wittgenstein, Investigations philosophiques, paragraphe 402, Gallimard, 1961, p. 249-250., même si, en conséquence, décrire le motif n’est rien d’autre que décrire l’accomplissement de l’action, rien n’autorise à aller plus loin : à penser, par exemple, que ces descriptions ne puissent jamais apporter une réponse vraie à la question du « pourquoi ? ». Mieux, la liaison sémantique entre l’intention en acte et sa description, écrit P. Pharo, « nous réintroduit immanquablement et de façon renouvelée dans la problématique de la responsabilité et de la justification morale à l’intérieur de la Cité » (ibid., p. 305).

L. Quéré a répondu à ces objections, qu’on revient en deçà de l’interactionnisme lorsqu’on réintroduit la substance d’un sujet présupposé de l’action, lorsqu’on prend le sens commun à la lettre et enfin lorsqu’on rétablit le primat de l’opposition entre individu et société[[L. Quéré, « Langage de l’action et questionnement sociologique », in P. Ladrière, P. Pharo, L. Quéré, La théorie de l’action, le sujet pratique en débat, CNRS éditions, 1993, p. 73 et suivantes.. Une philosophie morale de la conscience ne peut que suivre un tel acte de réhabilitation de l’intentionnalité en sociologie.

L’antagonisme de ces « théories de l’action » pourra paraître irréductible si on ajoute au dossier de cette discussion l’intérêt de P. Pharo pour l’hypothèse de E. Anscombe selon laquelle pourrait exister en l’homme une tendance originaire à bien faire[[P. Pharo, « Existe-t-il des vérités pratiques ? », in P. Ladrière, P. Pharo, L. Quéré, La théorie de l’action, le sujet pratique en débat, op. cit., p. 181.. Cette prémisse formerait le lien intrinsèque du jugement et de l’action et fonderait la possibilité de « vérités pratiques ». Désir informé, l’intention rendrait l’action vraie ou fausse (ibid., p. 191).

V – Subjectivité et intentionnalité : quel « social » ?

Il n’est pas envisageable ici de pousser d’avantage la discussion qu’appelle cette sociologie de l’éthique si réceptive à l’anthropologie de la prudence évoquée plus haut. Je voudrais plutôt concentrer mon attention sur la question de l’intentionnalité et surtout questionner l’évidence de l’identification entre subjectivité et intentionnalité qui pourrait bien être le point aveugle de la discussion entre les tenants de l’ethnométhodologie et leurs critiques. Disons-le brutalement Contrairement aux apparences, l’anti-psychologisme militant de l’interactionnisme ne fait pas la part belle au social. On peut même se demander si ce n’est pas sa conception de la socialité qui rend trop lourde pour lui l’hypothèse « subjective ». Pour L. Quéré, par exemple, si le sens de l’action n’a bien sûr pas sa source dans le sujet, il ne la trouve pas non plus « dans la situation ou dans l’histoire. Il est intersubjectivement assemblé, sur une base purement procédurale, à partir de significations publiques déjà données par les formes symboliques »[[L. Quéré, « Langage de l’action et questionnement sociologique », art. cit., p. 70-71.. Cette définition du sens de l’activité comme usage du symbolique fait de la subjectivité une appropriation des normes collectives que les agents se rendent mutuellement disponibles. Par une action réciproque de configuration, ils s’accordent sur « les faits naturels de la vie », pour reprendre l’expression de Garfinkel, c’est-à-dire sur des définitions de l’ordre des choses tenues pour légitimes et sur des structures normatives qui les obligent moralement[[L. Quéré, « Agir dans l’espace public », art. cit., p. 106..

Rien ici qui permette de penser la vie sociale dans ces dissonances constitutives comme un rapport entre les plusieurs ensembles, les plusieurs formes de vie auxquelles chaque individu appartient et entre lesquels il se doit de circuler. Rien qui ne nous rapproche de cette arène d’incitations discordantes que recèle la topologie sociale, ni même des possibilités simultanément offertes et refusées qu’elle renferme. Or, vivre en société n’est pas un exercice de grammaire symbolique. Certes, « on ne peut savoir ce que l’on cherche à faire si ce qu’on fait n’a jamais été fait par quiconque » mais il faut bien expliquer pourquoi, alors, nous nous entêtons à chercher à faire ce qui n’a jamais été fait.

Décrire un segment d’actions réciproques indépendamment des réseaux et des univers socio-historiques qui viennent s’y mêler, s’y croiser, s’y contredire, et opposent par conséquent la situation à elle-même, coupe l’herbe sous les pieds à l’activité du sujet. Transparente, la situation est sans énigme. Elle n’offre pas d’intrigues à l’intersection des logiques socio-symboliques excentrées, mais seulement l’immédiateté de « l’arrangement spontané des parties ». Ce qui est alors occulté c’est le temps des questions ou des doutes qui ont partie liée avec les contradictions multiples de la situation, pour ne laisser subsister que l’espace des réponses grammaticalement possibles. Au contraire, on peut considérer, en suivant ici l’œuvre trop ignorée de Ph. Malrieu, que les individus n’agissent, même à leur corps défendant, que dans une pluralité de formations sociales qui les provoquent. De plus, chacun des ensembles ou systèmes où se déroule leur vie est porteur de valeurs et de significations propres, sources d’une disparité qui « divise les acteurs entre eux et au fond d’eux-mêmes »[[Ph. Malrieu, « Pour une étude interdisciplinaire des changements sociaux », in coll. sous la direction de Ph. Malrieu, Dynamiques et changements personnels, éditions du CNRS, Toulouse, 1989, p. 262.. Ces divisions exposent ceux qui les vivent à chercher un sens à ces discordances qui, même lorsqu’elles échappent à l’acteur, révèlent leur force dans le sentiment d’aliénation du sujet.

Il s’ensuit que, loin d’être le coffret de l’intentionnalité, le sujet n’existe qu’en découvrant les valeurs des formes de vie qui le divisent, qu’en éprouvant leurs possibilités et leurs contradictions, qu’en agissant pour surmonter celles-ci dans une activité de subjectivation d’où la société ne sort jamais identique à elle-même. Le sujet existe si et seulement si, en quelque façon, existe le pouvoir de l’individu de se déprendre de ce que ses activités sociales représentent pour lui et pour l’ensemble de ceux auxquels il s’identifie. Dans cette perspective, la subjectivité est un travail du sujet pour « se mettre à distance de l’une de ses formes de vie sociale lorsqu’il est situé dans l’autre » au prix de payer ses identifications successives du sacrifice d’autres possibilités. Pour être abandonnées, ces possibilités ne sont d’ailleurs pas abolies pour autant et continuent d’agir. Mais il n’empêche : être sujet c’est aussi « se faire inconscient, par ses choix, ses partis-pris, ses paris, d’une part de la réalité » (ibid., p. 264). Ainsi, toute représentation du réel résulterait d’un tri opéré parmi plusieurs représentations possibles. Toute intention impliquerait le refoulement d’une autre et la subjectivité, loin de voir ses frontières dessinées par l’intentionnalité vivrait, au contraire, de ses limites. C’est ainsi que nous comprenons la formule de G. Canguilhem : « la subjectivité, c’est alors uniquement l’insatisfaction. Mais c’est peut-être là la vie elle-même »[[G. Canguilhem, « Le concept et la vie », in Études d’histoire et de philosophie des sciences, Vrin, 1983, p. 364. A. Badiou a décrit le sujet de « l’égologie négative » de G. Canguilhem comme « un vivant quelque peu déplacé » (« Y a-t-il une théorie du sujet chez Georges Canguilhem ? », in actes du colloque G. Canguilhem, philosophe, historien des sciences, A. Michel, 1993.. La subjectivité n’est pas une chose, – fût-ce une représentation mentale -, c’est un rapport qu’on ne peut dissoudre tout entier dans une description grammaticale. La critique de l’illusion d’intériorité psychique s’aveugle si elle confond subjectivité et intentionnalité. L’activité des sujets est rendue amorphe si elle est regardée seulement comme une médiation des interactions et on échoue à désubstantialiser l’individu et la société, comme L. Quéré souhaite le faire, si on ramène la qualité de sujet à une émergence ou à un corrélat. Il semble préférable de soutenir, avec Ph. Malrieu, que la qualité de sujet s’éprouve, entre les formes sociales, comme médiateur actif : « Elle leur est assujettie, et en même temps elle est le lieu ou se révèlent leurs contradictions. Il lui revient de choisir entre elles, comme de rechercher les moyens de les rendre compatibles : ce n’est pas possible sans un effort pour prendre conscience des refoulements, des méconnaissances que le sujet opère pour se défendre des angoisses que suscitent ses divisions internes » (op. cit., p. 265). Ici on pourrait parler avec J.-L. Nancy d’un sujet qui n’est pas plus présupposé que se supposant lui-même mais « ” exposé ” ou s’exposant. C’est-à-dire à la fois présenté au dehors, exhibé et risqué, aventuré »[[J.-L. Nancy, « Un sujet ? », in A. Michels et coll., Hommes et sujet, la subjectivité en question dans les sciences humaines, L’Harmattan, 1992, p. 91..

VI -Intentionnalité et subjectivité : quel sujet ?

Et de fait, à l’occasion des hésitations, des délibérations et des dénégations par lesquelles il s’emploie à surmonter les divisions auxquelles l’exposent les contradictions sociales, le sujet se mesure aux conflits de sa propre histoire. Aux discordances topologiques croissantes de ses formes de vie sociale répond, sans coïncidence, une topologie subjective attestant que l’histoire vécue par lui n’est pas et ne fut jamais la seule possible. Les histoires avortées, les projets suspendus ne disparaissent pas sans laisser de traces. Les vies non vécues ne sont pas abolies. Refoulés, leurs résidus incontrôlés n’en ont que plus de force pour exercer dans l’activité du sujet une influence contre laquelle il est sans défense puisqu’il en ignore la source au moment même où les dissociations sociales les incitent à renaître.

On ne peut que s’associer à une critique du concept de sens défini comme visée, comme représentation consciente d’un but, comme intention orientée. Le sens n’est pas un oeil mental. C’est la limite de toute sociologie compréhensive et même de celle, si remarquable, de M. Weber[[Sur le concept de « sens » chez M. Weber, on peut lire de F. Isambert, « Notes pour une phénoménologie de l’action », in P. Pharo, L. Quéré, La théorie de l’action, le sujet pratique en débat, op. cit., p. 113-134.. Mais il ne s’ensuit nullement qu’il faille se passer d’un tel concept. Si on le conçoit comme une manière d’apprivoiser les rapports toujours singuliers par lesquels chacun relie entre elles, même sans intention de le faire, les diverses activités dissonantes où il est introduit, on peut le comprendre ainsi : l’évaluation énigmatique qui permet ou ne permet pas à un sujet de réguler ses activités dans un domaine de vie par la signification qu’il leur accorde dans d’autres domaines de sa vie[[Ph. Malrieu, « La crise de personnalisation. Ses sources et ses conséquences sociales », Psychologie et éducation, vol. III, 1979, p. 18.. C’est ce genre de mouvement, semble-t-il, qu’O. Schwartz appelle aussi la « dimension du sens » et qu’il propose, dans une perspective maussienne, de conserver au centre d’un incontournable empirisme ethnographique pour pouvoir approcher les faits en respectant leur « caractère d’intersection entre sphères, dimensions, niveaux d’organisation différents du social »[[O. Schwartz, op cit., p. 303.. Sans ce jeu des « déterminations à distance », pour reprendre l’expression de J.-P. Terrail[[J.-P. Terrail, art. cit., p. 17., en demeurant dans des cadres interactionnels trop étroits, on cède au fétichisme de la conduite. Or, le sens est toujours latent.

On peut ajouter que les intersections entre plusieurs vies sont aussi le ressort de la topologie subjective, ce qui lui ôte également toute linéarité. C’est d’ailleurs ce qui rend la réponse à la question « pourquoi ? » non seulement délicate pour celui qui cherche à interpréter l’activité des autres mais aussi pour ceux-là mêmes qui agissent. On sait qu’à la suite d’E. Anscombe, P. Pharo n’accepte pas de supprimer la question du « pourquoi » dans l’analyse de l’action. C’est même ce qui lui vaut d’être suspecté de subjectivisme par L. Quéré. Pourtant, il ne faut pas simplifier la critique. J’ai essayé de montrer plus haut qu’une analyse trop « amorphe » du social conduisait L. Quéré à une dénégation du subjectif. Je voudrais suggérer maintenant, à l’inverse, que P. Pharo, loin de faire la part trop belle au sujet, neutralise à l’excès ses tensions internes et, pour cette raison, risque d’affaiblir notre vision du social.

Je soutiendrais volontiers ce paradoxe : un peu de subjectif nous éloigne du social mais beaucoup nous en rapproche et, inversement, un peu de social nous écarte du subjectif et beaucoup nous y ramène[[Pour une analyse impossible à développer ici de ce paradoxe, voir Y. Clot, Le travail entre activité et subjectivité, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille 1, novembre 1992..

L’argumentation de P. Pharo, dans la lignée du scepticisme de L. Wittgenstein réévalué par E. Anscombe, cherche à réhabiliter l’action intentionnelle comme réponse à des raisons d’agir orientées vers l’avenir. L’intention est inséparable d’une représentation consciente du résultat de l’action. Certes, « elle ne peut exister en dehors du mouvement qui cherche à l’accomplir »[[P. Pharo, « La question du pourquoi », Raisons pratiques, op. cit., p. 297., mais « les intentions sont des raisons que l’on peut donner, et non pas des caractères sensibles du comportement humain » (ibid., p. 288). L’intention est, pour lui, l’orientation donnée par des raisons impliquant « le bien et le mal » et, en ce sens, « l’agent habite la signification de ses raisons » (ibid., p. 286).

Réhabilitation de l’action volontaire, cette analyse récuse pourtant, à sa manière, toute tentative de rendre compte de la formation des intentions. Elle le fait dans la stricte tradition ouverte par Wittgenstein qui distingue l’objet et les causes de l’action : « le visage qui nous inspire de la crainte ou du ravissement (l’objet de la crainte, du ravissement) n’est pas pour autant leur cause, mais pourrait-on dire, leur orientation »[[L. Wittgenstein, Investigations philosophiques, paragraphe 476, op. cit., p. 264.. Dans la même perspective, E. Anscombe, commente ainsi l’exemple de l’enfant qui prend peur devant un bout de tissu en satin, victime d’un malentendu avec sa nourrice à qui il entend dire que c’est un « bout de satan » : « Ce qui l’a effrayé, c’est le morceau de tissu ; la cause de sa frayeur, c’est la remarque de la nourrice. L’objet de la peur peut être la cause de la peur, mais, comme Wittgenstein le remarque, il n’est pas en tant que tel la cause de la peur[[E. Anscombe, « L’intention », in Raisons pratiques, n° 1, 1990, p. 259.. »

Or, à la suite d’E. Anscombe, P. Pharo accepte de séparer radicalement l’orientation de l’action par l’objet, de la provocation de l’action par un autre sujet ; dans ce cas emblématique, il accepte de mettre le tissu d’un côté et l’échange entre l’enfant et la nourrice de l’autre. Ainsi, c’est l’incitation ou l’invitation à agir qui se trouvent rangées au rang de simples « stimuli » de l’action orientée par ses raisons propres. On grossit trop souvent l’importance de ces « stimuli », pense E. Anscombe. Le problème, c’est qu’en taillant dans l’unité problématique qui relie le tissu et l’échange entre l’enfant et sa nourrice, c’est le sens latent de la peur qui s’évanouit. C’est pourquoi on ne peut pas seulement dire que l’agent habite la signification de ses raisons. Il est aussi habité par les activités d’autrui. La subjectivité sort durcie de l’opération théorique qui consiste à neutraliser les discordances créatrices ou destructrices entre l’orientation et l’incitation de l’activité. Car elle n’existe qu’au jeu de leurs tensions. Le sens n’est pas lisible sur l’axe de l’action volontaire. Il se forme ou se perd entre l’orientation intentionnelle de l’activité et la gamme des incitations inintentionnelles que tout acte volontaire réalise, même à l’insu du sujet. C’est pourquoi il est plus une régulation latente qu’un attribut conscient de l’activité[[Sur ce point, je partage les arguments d’A. Léontiev, encore trop méconnus pour ce qu’ils sont vraiment : Activité, conscience, personnalité, éditions de Moscou, 1984..

VII -L’intention en « actes » :formation et réalisation

On ne trouve pas de meilleur garde-fou contre le fétichisme d’une subjectivité intentionnelle que l’œuvre de M. Bakhtine. Pour lui l’activité du sujet est tournée non seulement vers son objet mais simultanément vers l’activité d’autrui portant sur cet objet. Elle n’est jamais substantielle mais structurellement opposée à elle-même comme l’activité sociale. Plus d’une incitation vitale, plus d’une vie peuvent se réaliser ou être indexées dans une seule intention. Plusieurs exposants lui sont toujours associés. Cette indexicalité est essentielle même si formellement telle intention appartient à une seule personne, un aspect constitutif de sa signification réelle provient de ce fait : une ou plusieurs invitations à agir venant d’autrui dans le monde social y sont reflétées et s’y répondent. Du coup, l’intention est polyphonique ou polysémique.

Le sens d’une action c’est le rapport de valeur que le sujet instaure entre cette action et ses autres activités possibles. Tiraillée entre les différentes injonctions sociales qui la convoquent l’activité du sujet ne cesse de s’adresser aux autres et de compter avec leurs histoires, soit pour les réfuter, soit pour les hiérarchiser mais toujours en polémique avec elles. L’intention naît du débat entre ces valeurs comme une tentative pour s’affranchir de leurs contradictions. Elle se forme dans l’effort pour surmonter les conflits provoqués dans l’activité du sujet par l’échange social. Elle sort de ce qui est toujours, en quelque façon, dans le sujet, débat de la société avec elle-même, et c’est ce qui lui donne sa contenance et sa plasticité. Les échos et les résonances de ces délibérations ne cessent d’alimenter l’ambivalence des intentions et donc d’exposer l’action volontaire, maillon inaliénable dans la chine de l’échange social[[Parmi les textes de M. Bakhtine, on peut lire particulièrement sur ce sujet « Les genres du discours » in Esthétique de la création verbale, op. cit., à des changements possibles. La vie subjective ne cesse jamais de se « fixer » dans des buts mais, à l’inverse, elle ne cesse pas non plus de se démettre de ses intentions, fût-ce en les réalisant.

La polyvalence des intentions peut d’ailleurs affleurer dans les énonciations divergentes par lesquelles le sujet cherche à rendre compte aux autres de ses raisons d’agir. Un bon exemple de cet « affleurement » des incitations qui « doublent » l’action volontaire est donné par l’analyse de la correspondance d’Hölderlin à laquelle Ph. Malrieu a procédé. En 1799, Hölderlin forme le projet d’éditer une revue. Il s’ouvre de son intention à une quinzaine de correspondants. L’intérêt de ces lettres, est qu’elles associent chaque fois, à l’exposé du même but, une présentation différente des mobiles qui l’incitent à le poursuivre. A Neuffer, écrivain et ami, il fait savoir que la revue sera un centre d’éducation morale dans la mesure même où elle lui permettra de publier ses couvres. A sa mère, à qui il devait avoir régulièrement recours pour survivre, il indique qu’il gagnera cinq cents florins par an, de quoi se mettre à l’abri. A son éditeur, il explique que l’intérêt des lecteurs est acquis à ceux qui savent concilier la science et la vie. En écrivant à Goethe, il met l’accent sur le caractère essentiellement poétique du projet et lorsque c’est à Schelling qu’il s’adresse, avec qui il partagea les années de séminaire, il soutient que la fonction de la poésie n’est autre que d’instruire l’humanité. Selon la formule de Ph. Malrieu, il donne à chacun une représentation différente de son intention « caractéristique d’un des cheminements de sa vie : d’une de ses vies »[[Ph. Malrieu, « Un projet idéologique d’Hölderlin », in Coll. Fonction des projets dans les structurations personnelles et sociales, Éditions universitaires du Sud, Toulouse, 1992, p. 86.. Au passage, il faut souhaiter que tout chercheur en sciences humaines ait pu, un jour, faire aussi cette expérience : l’histoire d’une vie ne s’identifie jamais à celle que le sujet a bien voulu nous livrer et il y a quelque chose d’imaginaire dans la volonté de la saisir dans sa toute dernière phase comme si elle n’avait jamais pu se dérouler autrement, comme si elle n’était pas à tout instant une réserve de possibilités, un terrain de choix. C’est aussi cette polyvalence subjective qui justifie le travail durable avec nos interlocuteurs, au-delà de l’échange ponctuel, dans les milieux que j’ai évoqués au début.

Écoutons Hölderlin : la vie sociale et ses dissociations ne sont pas le contexte de l’activité individuelle. Elles en sont plutôt le subtexte. La vie individuelle ne s’exprime pas dans la vie sociale, elle s’y réalise aux deux sens du terme. Inversement, la vie sociale n’est pas dans la vie individuelle « comme un contenu dans son contenant »[[Pour utiliser la belle formule que G. Canguilhem emploie dans un autre texte, « La vivant et son milieu », in La connaissance de la vie (1952), Vrin, 1985, p. 154.. C’est peut-être en quoi elles ne sont, ni l’une ni l’autre, transparentes et réservent toujours des surprises. Il y a des ombres en chacune d’elles du fait même que l’action, collective ou personnelle est habitée par le fantôme de toutes les autres activités qui « passent » par elle pour en sortir changées.

C’est à ce genre d’impersonnalité que doit se mesurer toute vie subjective et toute vie sociale. C’est pourquoi d’ailleurs, je serai assez réservé à l’égard des propositions de P. Pharo concernant les qualités normatives d’une « sémantique morale » fondée sur la validation des intentions par la communauté[[P. Pharo, « La question du pourquoi », art. cit., p. 303, 305.. Je sais ce que cette approche du lien social doit aux argumentations de J. Habermas et de K.O. Apel sur l’éthique de la discussion idéale[[Voir en particulier : J. Habermas, De l’éthique de la discussion, Cerf, 1993. Pour une critique impossible à développer ici : Y. Clot, Le travail entre activité et subjectivité, op. cit., p. 566-623.. Mais l’éthique ne consiste-t-elle pas d’abord à discuter l’indiscutable, à parler de ce dont on ne parle pas, à regarder les zones d’ombre pour s’y mesurer ? En pensant a ces « zones », on pourrait dire que la vie sociale est davantage transsubjective qu’intersubjective.

Cette trans-subjectivité entre pour beaucoup dans la formation des intentions. Mais leur réalisation nous confronte à l’objectivité du monde. En effet, il n’y a pas d’action volontaire dont l’accomplisse ment puisse échapper aux procédures et aux techniques que l’exécution de l’action impose à l’usage. L’opérationnalité, sans laquelle l’intentionnalité reste une « vue de l’esprit », obéit à des lois d’efficience, d’affectation des moyens, autrement dit à des contraintes sociales réelles qui, là encore, donnent une contenance inintentionnelle à l’action cherchant à atteindre son but. Ces contraintes « extérieures » à l’action ne sont d’ailleurs pas que des « freins » à celle-ci. Elles peuvent la faire aussi bénéficier de disponibilités imprévues. C’est souvent l’effet de résultats inattendus, se mettant à compter plus que les incitations initiales de l’action, qui devient la cause d’une transformation de l’activité. L’ « extériorité » de l’action du sujet est donc au principe de son histoire inachevable.

Voilà donc l’intention deux fois sociale, et deux fois offerte aux risques de l’inintentionnel. Mais n’est-ce pas sa vie même, entre sa formation et sa réalisation, que de s’affranchir de cette double condition ? L’analyse d’une action volontaire est du coup indissociable de la compréhension du mouvement qui l’annule. En s’éteignant elle s’accomplit. Mais c’est au bénéfice du sujet. Car le sujet de cette histoire est, en quelque sorte, sa « plus-value » : ce qu’il faut sans cesse investir pour que l’histoire continue mais qui, simultanément, ne cesse de lui échapper.

VIII -L’activité, la goutte de pluie et l’océan

En conclusion je trouve qu’il est vital pour les sciences de l’homme de rechercher, comme le propose O. Schwartz, l’ « unité de base » de l’analyse. Avec lui, je pense que celle que propose l’ethnométhodologie sous le concept d’interaction se prive des tensions entre lesquelles se déplacent les sujets réels de l’activité. L’indispensable découpage ne devrait-il pas privilégier plutôt une « triade vivante » celle que constitue l’activité tournée non seulement vers son objet extérieur et exposée aux surprises de son résultat, mais tournée aussi vers l’intersection des activités entre sujets portant sur cet objet ? Cette double orientation de l’activité lui donne toujours un sens latent à redécouvrir en chaque situation singulière et à chaque palier de son organisation. Ce découpage peut autoriser un déplacement et une circulation – un « go-between » dirait O. Schwartz – entre les différents niveaux de formation du « fait social » et de l’activité individuelle. C’est à L. Vygotski, M. Bakhtine et A. Léontiev, ces théoriciens russes des années vingt que nous devons les premières tentatives de définir ainsi les « unités de base » de l’échange social comme opérateur d’inter-niveaux. L. Vygotski en a donné une définition imagée : « La formule chimique de l’eau, qui vaut au même degré pour toutes ses propriétés, vaut dans une égale mesure pour tous ses aspects en général, pour l’océan Pacifique comme pour la goutte de pluie »[[L. Vygotski, Pensée et langage, op. cit., p. 35.. Pour avoir régulièrement éprouvé, avec d’autres, cette approche du réel dans l’analyse des situations de travail[[Par exemple, Y. Clot, J.Y. Rochex, Y. Schwartz, Les caprices du flux : les mutations technologiques du point de vue de ceux qui les vivent, Matrice, 1990., je crois pouvoir dire qu’elle permet de lever quelques-uns des obstacles rencontrés par le découpage interactionniste.

Dans le cours de leur activité, ceux qui travaillent n’agissent pas seulement pour desserrer les contraintes de la nature en usant des disponibilités qu’elle offre au contact des techniques. Pour obtenir des résultats, ils n’ont pas affaire à la seule transformation des chose sur l’axe d’efficience de la poiesis : Ils doivent aussi travailler en coopérant de manière délibérée ou forcée, en échangeant entre eux leurs activités, fût-ce dans des conditions inégales. Pour faire ce qu’ils ont à faire, ils entrent, même à leur corps défendant, dans des relations déterminées et ce n’est que dans les limites d’une praxis où se joue la signification éthico-politique de leurs rapports que s’établit le cours de leur activité. Ainsi l’extériorité naturelle à quoi se mesure la poiesis présuppose l’altérité humaine où s’alimente la praxis et inversement. Est-ce vrai pour la goutte de pluie d’une situation de travail ou pour l’océan Pacifique de la vie sociale ?

Clot Yves

Psychologue du travail, professeur au CNAM