Archives par mot-clé : femme

Saturations

J’ai observé les images aériennes des rues de nos villes privées de leurs habitants, telles d’étranges maquettes d’architectes baignées par le soleil de printemps. La ville semble à l’arrêt, elle fait une pause, comme pour reprendre son souffle. Telle une coquille vide, débarrassée de ses voitures et de ses habitants, dés-encombrée, elle respire. Outre l’assignation […]

Deuxième vague

Au bord des mers dangereuses, on dit toujours que le promeneur sur les rochers est surpris par la première lame, déstabilisé par la seconde et emporté par la troisième. Moralité, il ne faut jamais lâcher prise après la première pour courir se réfugier plus haut hors de portée. C’est là qu’on se fait avoir. Dans […]

Dans la famille des Novirus, nous renaissons sans cesse, en différents endroits, pour suivre la propagation des virus. Nous les écoutons faire leurs plans. Voici ce que nous avons entendu Covid 19 dire récemment : Je suis spatialité. Pour incarner l’étymologie de mon prénom, j’ai décidé d’inverser les positions, de me mettre dans la peau du virus, […]

Il est significatif que le président Macron ait parlé (six fois) de « guerre » pour justifier le confinement dans un de ses premiers discours sur la question. On mène déjà depuis cinquante ans des guerres mondiales contre la drogue, contre le terrorisme, contre la pauvreté. Pourquoi pas contre un virus qui lui aussi sème la mort ? […]

Rêvons un peu : et si la pandémie bousculait le vieux rapport de dépendance des territoires, villes et régions vis-à-vis de l’État ? Le virus a d’abord révélé dans la plupart des localités d’inattendues capacités créatives et d’auto-organisation ; dans l’urgence, une multitude d’acteurs, habitants, maires et autres politiques, associations, PME, agissent dans et sur leur territoire pour […]

Le virus a imposé la réalité d’une circulation mondiale en même temps que les ravages de la globalisation ultralibérale : tel est le constat largement partagé en cette fin d’année 2020 dans les milieux que je fréquente. Sauf que je m’interroge : serait-ce une raison, au nom des circuits courts qui ont si bon dos, pour adopter […]

Merci les soignants ! Cette expression de reconnaissance, si souvent entendue et affichée dans l’épidémie, et vraiment sympathique, m’a un peu énervée. On dit merci à quelqu’un quand il fait une gentillesse, avec à l’esprit que ce remerciement et cette reconnaissance suffira. Il y a là une forme de condescendance. Surtout, les soignants sont en majorité […]

Cela fait depuis le début de l’après-midi que je participe à une « marche pacifique » dans Brooklyn, où j’habite. Je suis sur mon vélo, sur les flancs de cette marche, pour raison de « distance sociale ». La veille j’ai été prise dans une débandade et je me suis promis d’être plus attentive par rapport au Covid. À […]

Un masque peut en cacher un autre. Il est très difficile d’en parler sans dire d’âneries, parce que, quand on essaie de les saisir, chaque couche semble porteuse d’une vérité plus cachée, plus inattendue et plus retorse que la précédente. Le premier, je l’ai vu il y a longtemps, sur le visage de passants asiatiques, […]

L’expert a fleuri sur les plateaux télé tout au long de la crise du Covid. Des « officiels », messieurs en costume-cravate la plupart, exsudant la compétence et le pouvoir, chantres d’une normalité hégémonique, hommes blancs en tout point moyens, d’âge, de corpulence ou de savoirs, ils ont débité essentiellement des mensonges ou, au fil du temps, […]

Incertitude

Perdue dans le tourbillon des cercles médiatiques, j’ai le vertige. À l’heure de l’incertitude scientifique, économique, politique, les cercles de Dante dans la Divine Comédie se font numériques. À qui, à quoi me fier ? Pourquoi à celle-ci plutôt qu’à celle-là ? Et comment, selon quelles modalités faire confiance ? En gros, en détail, aveuglément ou en sourcillant ? […]

Soudain, ce virus est venu interrompre le cours des vies quotidiennes. Soudain, il est devenu majeur sur les petits écrans. Au départ, comme beaucoup d’autres personnes, je n’y croyais pas et minorais l’évènement. Ce virus avait une saveur d’inédit. À vrai dire, il est plus probable que je n’avais pas envie d’y croire. L’habitude de […]

En nous confrontant au risque immédiat de la mort, le Covid 19 a remis l’église de la vie au milieu du village planétaire, reléguant le culte du profit au statut secondaire qu’il aurait toujours dû garder. En ce sens, le Covid 19 a fait triompher en quelques semaines le slogan que s’époumonaient à répéter des générations d’altermondialistes : […]

Un revenu sans travail obligatoire. Rêve revenu à plusieurs reprises après de multiples tours de piste. On l’avait rêvé, Covid 19 l’a fait et avec lui la crème du capitalisme bosseur, même si c’est à l’insu de son plein gré, avec tout plein d’arrières pensées. Quand l’économie s’est presque arrêtée ce printemps 2020, la vie a […]

Télétravail

Lorsqu’en mai, Twitter annonce : « Si nos employés ont un rôle et une situation qui leur permettent de travailler de chez eux et qu’ils veulent le faire indéfiniment, nous rendrons cela possible », et lorsque Mark Zuckerberg surenchérit en clamant que Facebook veut devenir dans les dix ans « l’entreprise la plus en avancée du monde sur le […]

Dans le monde qui n’est pas celui de l’infiniment petit, mais le monde social, ce que l’on dit invisible est généralement ce qui est là, juste sous notre nez, mais auquel on ne prête aucune attention, notamment quand il s’agit de travail, parce qu’on a été éduqué à penser que certaines activités n’avaient aucune valeur […]

Peut-on voir le Covid 19 comme une alerte face aux six grandes pathologies qu’affrontent les sociétés contemporaines ? Comme toutes les pathologies, elles peuvent être prévenues sinon complètement contrecarrées par des ensembles de gestes adaptés. Il y a d’ailleurs plusieurs écoles pour nous offrir des programmes de gymnastique mentale, ou de prophylaxie sociale, sans oublier ce qui […]

Ananas (et déboulonnage de statues)

Le 22 mai 2020 la Préfecture de la Martinique, pour préparer le déconfinement, édite cette affiche censée faire bien comprendre le respect de la distance nécessaire entre deux personnes portant un masque. Première bourde : avoir pris deux hommes jeunes, mais un blanc et un noir ou métis. Pas une femme ou un homme et pas […]

Les élections générales du 20 octobre 2019 en Bolivie ont été dénoncées pour des irrégularités durant tout le processus. L’audit de l’Organisation des états américains (OEA) les a entachées de nullité. L’opposition les a qualifiées de fraude et a mobilisé les secteurs jeunes de la population autour de la défense et de la restitution de leur […]

Nous sommes là Nous, les Sons Fédérés, nous existons1. Nous sommes à l’écoute du monde. Nous sommes des artisan·es de la création sonore et radiophonique, du documentaire, de la fiction, du field recording 2, des balades sonores, du hörspiel 3, des dispositifs acousmatiques, de l’art radiophonique et sonore, des ateliers sonores, des écoles sonores, de l’écoute, des formations à […]

The Undercommons : extraits
Cet article propose une sélection de bonnes feuilles du livre de 2013 The Undercommons, actuellement en voie de traduction pour une publication française en 2021. Y sont abordés les thèmes de la politique « encerclée » (surrounded), de la gouvernance, du planning et de la policy, de la logistique, ainsi que de ce qui fait de l’étude consacrée aux undercommons une philosophie du toucher.

Excerpts from the Undercommons
This article selects passages from Harney and Moten’s book The Undercommons (2013), focusing on issues related to politics surrounded, governance, planning and policy, logistics, and hapticality, whereby the authors put feeling and touching at the core of their philosophical gesture.

Fanny Durand présente deux séries de pièces, la première plus ancienne revisite les ornements des uniformes militaires, la seconde exhume les images oubliées des Amazones des temps présents. Les bijoux L’artiste s’intéresse aux bijoux de ces messieurs, ceux qu’ils arborent sur leurs tenues militaires. Ces guerriers s’honorent de porter de telles parures qui les distinguent, […]

Le public des vidéos « ASMR »
Des sentinelles sensibles ?
La recherche d’une mystérieuse sensation appelée « ASMR » donne lieu à une production de plus en plus imposante de vidéos, spécifiquement dédiées à un public qui y serait sensible. Dans ces vidéos, un guide – souvent une jeune femme – joue avec différentes matières qu’elle fait résonner, notamment en touchant directement l’appareillage technique pour faire mine de caresser le futur regardeur. L’ASMR comme phénomène socio-technique est-elle le produit d’un système économique qui désunit et fractionne les êtres en les couplant avec leurs ordinateurs plutôt qu’avec des humains, ou ouvre-t-elle la voie à une forme de résistance sur le réseau, où le corps sentant répond à la résonance concrète de la matière ?

The ASMR Public
Sensible Sentries ?
The search for a mysterious sensation called “ASMR” fosters a more and more important production of videos for a specific public sensible to such inputs. A guide—often a young lady—plays with different matters in order to make them resonate and strokes directly the recording devices as if she was stroking the coming spectator. Is “ASMR” just the product of an economic system separating the people through the technology or rather a way of physical resistance against the network ?

Netflix :
une télé ameliorée ?
Si on analyse les stratégies publicitaires de la plateforme Netflix il devient possible de mieux comprendre le modèle de spectateur que celles-ci façonnent. En étudiant la comparaison avec la chaine câblée HBO mais aussi le matériel de la campagne promotionnelle TV Got Better, nous observons les promesses que Netflix adresse à son public potentiel (plénitude, participation, prestige et personnalisation) ainsi que son encouragement des pratiques de visionnement « en rafale ».

Netflix :
TV got Better ?
If one analyzes the promotional strategies of Netflix, it’s possible to grasp the model of spectatorship that such strategies outline. While studying the comparison with subscription cable channel HBO and promotional materials such as TV Got Better campaign, we observe the promises that Netflix offers to its public (plenitude, participation, prestige and personalization) as well as the way it spreads binge watching practices.

En quête d’une morale des sexes ?
Le mot de « phallocratie » des années 1970 est remplacé par celui de « patriarcat » dans le mouvement des femmes des années 2010. Ce changement s’accompagne d’une dépolitisation du mouvement, aujourd’hui soucieux, avant tout, d’obtenir des actions gouvernementales efficaces, et ouvert à toutes les opinions politiques. Il s’ensuit une forte demande de moralisation des comportements comme en témoigne le travail de l’unité de « dépatriarcalisation » du ministère du tourisme en Bolivie.

In Search of a Moral of the Sexes?
The word “phallocracy” from the 1970s is replaced by “patriarchy” in the women’s movement of the 2010s. This change is accompanied by a depoliticization of the movement, which is now concerned above all with obtaining effective government action and is open to all political opinions. There is also a strong demand for moralizing behavior, as shown by the work of the “depatriarchalization” unit of the Ministry of Tourism in Bolivia.

Une approche psychologique du patriarcat ?
Après avoir analysé les nombreuses raisons du retour du patriarcat aussi bien dans les slogans féministes que dans le travail théorique, l’autrice s’interroge sur la conception qui en est donnée par le récent livre de Carol Gilligan et Naomi Snider. Le patriarcat impose aux femmes et aux hommes des conduites genrées qui nuisent à la qualité de leurs relations et au développement de la démocratie. Mais il le fait pour nous protéger de nouvelles pertes amoureuses en nous enseignant la distanciation, d’où son efficacité et sa persistance. L’autrice estime qu’il y a beaucoup d’autres dimensions du patriarcat qui ne sont pas prises en compte dans cette perspective psychologique.

A Psychological Approach to Patriarchy?
After analyzing the many reasons for the return of patriarchy both in feminist slogans and in theoretical work, this article questions the conception of patriarchy given by the recent book by Carol Gilligan and Naomi Snider. Patriarchy imposes gendered behaviors on women and men that undermine the quality of their relationships and the development of democracy. But it does so to protect us from further loss of love by teaching us to distance ourselves, hence its effectiveness and persistence. The author believes that there are many other dimensions of patriarchy that are not taken into account in this psychological perspective.

La persistance du patriarcat
Le mouvement des femmes contre les agressions sexuelles pointe la responsabilité du patriarcat, d’un système de classement binaire qui organise la domination des hommes sur les femmes. La sociologie française préfère parler d’une domination masculine, expliquée par la volonté des hommes de s’approprier la fécondité des femmes pour Françoise Héritier, ou de construire un monde de l’entre-soi pour Pierre Bourdieu. Pour Carol Gilligan et Naomi Snider, le patriarcat est une force de hiérarchisation genrée qui s’applique à toutes les relations sociales, mais qui rencontre aujourd’hui une résistance, celle des femmes et celles de toutes les minorités sexuelles.

The Persistence of Patriarchy
The women’s movement against sexual violence points to the responsibility of patriarchy, a binary ranking system that organizes the domination of men over women. French sociology prefers to speak of male domination explained by men’s desire to appropriate women’s fertility for Françoise Héritier, or to build a world among themselves for Pierre Bourdieu. For Carol Gilligan and Naomi Snider, patriarchy is a gendered hierarchical force that applies to all social relations but which today meets with resistance, from women and from all sexual minorities.

Le réveil des mauvaises filles
Au résumé de la thèse de Gilligan et Snider déjà présenté dans les articles précédents, l’autrice ajoute que femmes et hommes ainsi différenciées reconnaissent chacun·e leur vulnérabilité et celle de l’autre, ce qui les met sur la voie de l’égalité. Le film Atlantique de Mati Diop offre une belle illustration de cette théorie. On y voit les jeunes femmes reprendre à leur compte la revendication de dignité de leurs amis morts en mer dans le drame de l’émigration.

Waking up the Bad Girls
To the summary of Gilligan and Snider’s thesis already presented in the previous articles, the author adds that women and men thus differentiated recognize each other’s vulnerability and that of the other. Mati Diop’s film Atlantic is be a good illustration of this theory. It shows young women taking up the claim to dignity of their friends who died at sea in the drama of emigration.

La longue durée de l’exploitation domestique
Les femmes mariées restent gouvernées par les hommes qui en attendent un travail domestique ménager, culturel, social, et sexuel. La famille reste oppressive pour les femmes. Patriarcat et capitalisme sont deux systèmes d’oppression distincts. Partout, et pas seulement dans le capitalisme, le travail ménager est fait par les femmes gratuitement et obligatoirement, parfois par des domestiques qu’il faut tout de même contrôler. La hiérarchie entre les hommes et les femmes reste admise, car elle est héritée du passé. Les femmes continuent de s’autosacrifier quand il faut partager au sein de la famille.

The Long Duration of Domestic Exploitation
Married women continue to be governed by men who expect them to perform domestic, cultural, social, and sexual work. The family remains oppressive for women. Patriarchy and capitalism are two distinct systems of oppression. Everywhere, and not only in capitalism, domestic work is done by women free of charge and compulsorily, sometimes by domestic servants who still have to be controlled. The hierarchy between men and women is still accepted because it is inherited from the past. Women continue to be self-sacrificing when it comes to sharing within the family.

#MeToologies ou les ciseaux de Vanessa Springora
Le patriarcat au singulier est une construction mythique permise aujourd’hui par la concision et la répétition du message numérique. L’heure est plus que jamais à l’opposition binaire des catégories et à la concurrence entre mouvements. Le mouvement #MeToo a été lancé en 2007 par une femme noire devenue vice-présidente de la fondation Girls for Gender Equity. Il s’agit de construire une communauté de plaignantes, un groupe d’assujetties au binarisme genré, au modelé médiatique des visages de stars, et d’entonner une véritable ode aux méfaits du patriarcat, ce à quoi contribue également le témoignage de Vanessa Springora. Le hashtag rappelle la grille du vieux confessionnal.

#MeToologies or Vanessa Springora’s Scissors
Patriarchy (named in the singular instead of the plural) is a mythical construction made possible today by the conciseness and repetition of the digital message. Now more than ever, we live in the binary opposition of categories and competition between movements. The #MeToo movement was launched in 2007 by a black woman who became vice-president of the Girls for Gender Equity Foundation. The aim is to build a community of women complainants, a group of women subjected to gendered binarism, to the media shaping of the faces of stars. Singing an ode to the evils of patriarchy is also the aim of Vanessa Springora’s testimony. The hashtag is reminiscent of the old confessional.