Portrait d’une écoféministe dans les Cévennes

 

Une femme libre

Taxée de marginale, d’emmerdeuse ou d’extrémiste, je suis une femme libre, militante engagée, dissidente du système patriarcal, revendiquant un mode de vie sobre et écologique en dehors des zones patentées. Je vis seule en yourte en pleine nature cévenole, sans eau ni électricité, je me déplace à pied car je ne possède pas de véhicule, n’emprunte pas les transports collectifs ni ne fréquente les lieux publics car je suis EHS (électrohypersensible), n’utilise pas de smartphone, ni de four, ni de frigo, ni de télé, etc. J’ai développé depuis plus de vingt ans un art de vivre en plein air proche des éléments naturels, sobre et autonome, déployant une activité physique importante au quotidien, comme auto-construire et entretenir entièrement mes abris, faire mon bois et mon eau, cueillir des plantes sauvages, planter des arbres, pratiquer différents artisanats en tentant de fabriquer ce dont j’ai besoin, dont la beauté. J’ai entièrement créé les écolieux où j’habite à partir de friches abandonnées. Divorcée, j’ai trois enfants et suis trois fois grand-mère. Je me considère comme une artiste ou artisane écoféministe autodidacte, défricheuse et bidouilleuse.

Politiquement, je me suis présentée à plusieurs élections comme appartenant à la mouvance des objecteurs de croissance, ou décroissance. J’ai fondé et géré plusieurs associations militantes, je suis rédactrice d’un blog (Yurtao) qui compte plus de mille abonnés et a dépassé le million de visiteurs (hors Facebook, boycotté parce que fondé en circonstances phallocratiques), sur lequel je partage, comme sur mon écolieu, mon travail artistique : land art, écriture, peinture, tissage, cabanes, objets rituels, totems, mandalas, etc. Et je suis heureuse de constater combien ça résonne jusqu’à parfois déclencher de grands et courageux changements. De nombreuses femmes me remercient car mon témoignage les aide à changer de vie, à se transformer, se rapprocher d’elles-mêmes et de la nature. Elles constatent qu’il est possible d’oser prendre une voie en dehors des normes, de redonner du sens à sa vie et de se faire confiance. Mais je dois dire que ça touche aussi des hommes ! Enfin, j’ai publié un livre en 2013 chez l’éditeur Yves Michel : Vivre en yourte, un choix de liberté. Depuis, je refuse systématiquement les sollicitations médiatiques.

Racines et parcours d’une écoféministe

Mon féminisme s’ancre dans l’adolescence, lorsqu’à quinze ans, j’ai dû affronter l’omerta sur le viol de ma sœur cadette, puis à dix-sept ans, quand j’ai dû, en cachette de mon père et sans argent, faire avorter clandestinement mon autre petite sœur de quatorze ans. Ensuite, j’ai été très marquée par les Éditions des femmes et le MLF dans les années 1970, dont les livres et les témoignages de femmes du monde entier ont profondément imprégné ma vision politique. J’ai fait l’expérience dans mon parcours privé de la violence conjugale, ce qui m’a conduit à me former juridiquement, à militer contre les violences faites aux femmes, à travailler dans un centre d’orientation et d’hébergement. J’ai participé en Cévennes, où je vis, aux fêtes et cercles de femmes rassemblant plusieurs nationalités, j’en ai créé et animé moi-même, où nous exprimons nos sensibilités de femmes par la parole, la danse, le psychodrame, l’art vivant sous toutes ses formes, les rituels et la musique, dans des lieux en nature.

Je suis écologiste depuis ma jeunesse : j’ai voulu quitter la civilisation occidentale décadente pour vivre sur une île déserte avec une communauté rurale, et j’ai enfin pu mettre en pratique mes convictions écologiques et spiritualistes (holistiques) depuis les années 1990 en habitant au milieu des bois dans les yourtes que j’ai fabriquées, et ce malgré les nombreuses embûches et les souvent sévères obstacles qui m’ont été opposés, tant par les tenants du système que par les hommes de ma vie (menaces, harcèlements, enlèvements d’enfants, procès, expulsions…). Ainsi l’écoféminisme est pour moi une évidence qui n’a pu s’affirmer qu’à partir du moment où j’ai réussi à mettre en pratique mes désirs, mes idées et mes valeurs et que j’ai pu commencer à me sentir cohérente avec moi-même et ne plus avoir honte d’être différente.

Dès lors, je me suis trouvée en porte à faux avec l’évolution du féminisme occidental intellectuel, me sentant plus proche des femmes pauvres du tiers-monde que des bourgeoises de mon pays. J’ai ainsi développé une critique radicale de ce féminisme d’État que je nomme « féminisme carriériste », car il m’apparaît comme un féminisme de collaboration et/ou de rivalité avec les mâles en pleine dérive, un réformisme trop éloigné d’une remise en question profonde du patriarcat, du capitalisme, du libéralisme et du techno-scientisme. Le résultat du féminisme intello, c’est bel et bien le rejet du corps des femmes, dont l’aboutissement est la GPA, par laquelle enfin ce corps sera définitivement neutralisé. Quand cette saloperie sera instituée, alors les cyberféministes pourront se réjouir de n’avoir plus à materner pour enfin se consacrer à la guerre.

Ma façon de vivre proche de la nature m’a gravement alertée sur les dégradations irréversibles que nos modes de vie excessifs font subir à l’écosystème planétaire. Je suis témoin quotidiennement de la disparition des oiseaux, du massacre des mammifères et de la forêt, de l’empoisonnement des sols, de l’air et des eaux, des méfaits du réchauffement climatique, dans l’indifférence quasi-générale. Mon écoféminisme est fondé sur une prise de conscience de l’environnement, et bien que je sois persuadée qu’il est la seule utopie viable face au désastre écologique en cours, au vu des rapports de force actuels, je suis très pessimiste sur une évolution favorable pour les femmes et l’humanité.

Contre le « féminisme carriériste »

Je défends donc un écoféminisme radical de rupture avec le modèle oppressif de prédation généralisée exercée par le système mâle, un écoféminisme de sécession d’avec les auteurs du désastre, basé non sur la parlotte mais sur les actes. Pas de grande théorie sur l’écoféminisme, car c’est justement la théorie, avec son pendant de reniement du corps et de la nature, qui l’a noyé. Pendant qu’on se faisait intelligentes comme avant on se faisait belles pour leur plaire, ils ont continué à saboter la planète en nous en rendant complices. Alors, s’il apparaît que l’homme, qui n’arrive plus à trouver ses limites, pèche par excès, la première des évidences est de ne pas accompagner sa pulsion. La seconde de l’aider à trouver le frein. Et finalement, s’il ne veut rien savoir et qu’un moratoire à l’extinction humaine s’avère objectivement urgent, il reste, avant qu’ils nous remplacent par des automates, une solution : la grève des ventres.

Je rejette donc aujourd’hui ce féminisme dit « universaliste », aux ordres de la pensée unique des puissants, où les filles pisseraient aussi loin que les garçons. On le présente comme un grand rassemblement progressiste, alors qu’il n’est que l’aboutissement de l’expansion totalitaire du matérialisme scientifique patriarcal qui, par son ethnocentrisme, a si bien colonisé les consciences.

Je ne partage plus ce féminisme revendiquant l’égalité absolue, car pour moi, c’est réclamer d’être plus comme eux, de s’aligner sur la société qu’ils ont créée et qu’ils dominent, c’est renchérir dans une voie mortifère. Je revendique ma différence fondamentale de femme qui ne peut s’emboîter dans leur façon d’être et de faire qu’au prix d’une profonde traîtrise à soi, donc de culpabilité et de compromission. Pour moi, la différence physique ne doit être ni nivelée ni effacée, mais pleinement vécue et assumée. Pour produire du multiple, il faut d’abord être deux. C’est pourquoi la parité est un moindre mal. L’uniformité brandie sous la forme fallacieuse de l’égalité est la perversion nécessaire au développement exponentiel du système technologique et scientifique antidémocratique, qui a besoin de clones obéissants pour perpétuer son hold up du pouvoir féminin et, à terme, exterminer le vivant.

L’égalité n’est pas à réclamer car nous l’avons déjà, originellement, ainsi que tout être vivant, petit ou grand, visible ou invisible, qui a sa place légitime dans l’écosystème. Il n’y a pas de hiérarchie entre les espèces ni entre les sexes, chacun exprime une essence de vie particulière et originale dans une chaîne de nécessités où peuvent s’exprimer les libertés singulières. Pour nous les femmes, cette égalité a été pervertie par la jalousie des hommes enviant notre pouvoir de reproduction, et qui n’ont de cesse, depuis qu’ils connaissent leur rôle dans la fécondation, de comploter comment s’approprier notre pouvoir. Sous prétexte que les sexes sont de toute façon une pure construction sociale et qu’il est donc souhaitable de les reconstruire à volonté selon des objectifs de rentabilité, il faudrait externaliser la reproduction hors des utérus, organes toujours soumis à l’irrationalité hystérique de leurs propriétaires. Ainsi quand les hommes n’auront plus besoin de nos ventres, ils réussiront enfin à assouvir ce fantasme qui les taraude depuis perpète, s’approprier nos fonctions matricielles et se débarrasser de nous.

Il semblerait que tout ce qui nous a été accordé ces dernières années n’a été concédé que pour nous empêcher de déserter le navire, de dénoncer les graves erreurs de navigation, pourtant criantes, des maîtres à bord. On nous appâte avec du confort, du sexe et du spectacle sous prétexte de liberté en espérant que nous soyons aussi veules et soumises que l’équipage mis au pas par l’emploi. Les soubrettes se font pourtant toujours violer au sous-sol pendant que les grandes dames papotent au salon sur l’avènement de leur prochain cyborg.

Réactionnaire ou visionnaire ?

L’écoféminisme, loin d’être réactionnaire, est au contraire à la pointe du féminisme car il englobe dans sa vision l’ensemble de la création, pas seulement les humains, espèce proliférante exerçant une domination despotique et assassine sur la totalité du vivant. Il rappelle que nous ne sommes pas les seuls sur terre et que nous devons changer notre rapport au monde fondé sur la violence et la prédation de la nature et des plus doux, rapport qui a généré l’état du monde actuel au bord de la faillite.

Nous sommes traitées d’archaïques par celles et ceux qui vivent l’immédiateté de leurs insatiables désirs toujours projetés en avant et jamais assouvis, incapables d’apprécier le présent, revendiquant stupidement leur déracinement, leur mobilité qui n’est que vaine agitation, toujours en quête d’« innovations » techniques pour ne plus avoir qu’à appuyer sur des boutons et laisser les ordinateurs réfléchir à leur place. Ils sont hors de leurs corps et hors-sol, n’ont ni temps ni lieu ni histoire et dénigrent comme réactionnaires celles et ceux qui ont encore un contact avec la réalité et conservent esprit critique, éthique et bon sens. Ils sont impuissants à rectifier nos erreurs par une analyse du chemin parcouru qui en discernerait les facteurs, tant ils sont happés par l’emballement du système techno-scientiste devenu autonome.

Toutes celles et ceux qui profitent d’une manière ou d’une autre de ce système, que ce soit par la position sociale, la reconnaissance, la situation économique, ne peuvent pas approuver les positions écoféministes, qui dénoncent les bases mêmes de leur arrivisme. D’où vient cette richesse que nous réclamons à égalité si ce n’est du vol des ressources et des vies des moins agressifs ? Toute personne dépensant en énergie plus que ce qu’une planète peut offrir à ses habitants n’a aucune légitimité existentielle par rapport au reste de la création : c’est le cas de la plupart des Occidentaux, qui le sachant obscurément, plutôt que de s’alléger de leur mauvaise conscience en allégeant leur consommation, préfèrent renchérir en appuyant sur l’accélérateur de la croissance, courant joyeusement au précipice avec le troupeau bien-pensant.

On nous traite de « réactionnaires » car nous ne voulons pas d’une modernité aliénée aux algorithmes et aux robots, nous ne voulons pas sous-traiter nos utérus, artificialiser nos cerveaux, augmenter nos performances, anéantir nos forêts et polluer nos champs et nos rivières, nous ne voulons pas céder à l’empire high tech et refusons le cauchemar transhumaniste. Nous préférons assumer les limites de nos corps, de nos vies et de notre terre. Nous préférons reconsidérer ce qui fut bon dans les traditions des peuples qui nous ont légué une planète viable, être capables s’il le faut de retourner en arrière pour comprendre où nous avons pris la mauvaise direction, et négocier un revirement qui ne débouche pas sur l’extinction des espèces et la fin du monde.

L’écoféminisme est un mouvement de bon sens qui replace l’humain à sa juste place dans son environnement en reconnaissant le besoin vital de biodiversité, en promouvant la coexistence de la plus grande variété de formes de vie. L’émancipation des femmes et des hommes ne peut advenir que dans le respect des différences, avec la prise en charge responsable de notre fécondité ainsi que de celle de la terre que nous cultivons, afin de laisser place aux autres formes de vie qui coopèrent à notre subsistance. L’écoféminisme porte une vision globale, holistique, spirituelle, politique, économique, qui s’appuie sur les connaissances acquises par les sciences de la vie et de l’âme, sur un bilan politique des révolutions républicaines, communistes et socialistes, mais aussi et surtout sur le bon sens pratiqué par les femmes directement concernées par la préservation des ressources, de l’air, de l’eau, du sol, et par l’avenir de leurs enfants. Les pieds dans la terre, au sein de ce qui reste de nature, elles expérimentent quotidiennement, par leurs pratiques de respect et de protection du Vivant, la nécessité de retrouver des formes d’empathie, de fraternité, de soin, de frugalité, compatibles avec leur volonté d’harmonie, d’équilibre et de non-violence, pour peser différemment sur la réalité dramatique d’une terre massacrée par l’emprise humaine. Ainsi l’écoféminisme est avant tout un engagement vital qui ne peut être revendiqué par des intellectuelles car il se réalise par une immanence fortement ancrée dans les contingences terrestres, ainsi que par l’accès garanti à l’auto-subsistance et à la sécurité alimentaire sur une terre vivante. Et je pense que c’est précisément la normalisation (récupération) universitaire du féminisme qui a porté le plus de tort à l’écoféminisme.

Un mode de vie écoféministe

Ma pratique sur le terrain forestier où j’habite consiste pour une large part à cohabiter avec d’autres êtres que mes congénères, afin de mieux comprendre et apprécier l’écosystème où je suis accueillie. C’est pourquoi cet espace est un lieu de refuge pour animaux et plantes sauvages. J’y constate à quel point les hommes sont en guerre contre la forêt et ses habitants, et je partage le pessimisme de Francis Hallé, le grand botaniste amoureux des arbres qui, après avoir exploré les dernières forêts primaires de la planète, a compris que tant qu’il restera un arbre sur terre, les hommes iront jusqu’au bout du massacre. Or plus d’arbres veut dire plus de vie. Je crois que cette logique d’extermination systématique entreprise par les hommes depuis des siècles, qui est en train de faire disparaître à un rythme jamais vu auparavant un nombre incalculable d’espèces animales et végétales (la sixième extinction), ne s’arrêtera pas : l’homme s’attaque d’abord à ce qui est le plus facile à éliminer, puis il finira par s’éliminer lui-même, en commençant par les femmes.

Je vis ici avec à peu près le niveau économique d’une femme d’un pays dit non développé, directement dépendante de son environnement et non desservie par les réseaux collectifs centralisés. Ma démarche est volontaire : la base de mon écoféminisme, c’est la solidarité concrète avec les femmes dévalorisées, dites défavorisées des pays dits sous-développés, souvent en grande difficulté. Pratiquer une solidarité vitale avec les femmes du monde, la nature et tous les êtres vivants non humains, c’est d’abord ne pas outrepasser, par sa façon de produire et consommer, une empreinte écologique soutenable, et ne pas participer, de près ou de loin, à des actes qu’on réprouve moralement. Cette solidarité s’exprime par la sobriété assumée des besoins, une ponction des ressources tirées du bien commun sans accaparement illégitime, et une façon de valoriser le travail manuel et domestique, la gratuité, le don, le soin et l’improvisation artistique. Il existe cependant au moins deux différences importantes : je bénéficie d’une certaine sécurité alimentaire, mais en contrepartie, je pâtis d’une insécurité permanente parce que femme isolée vivant hors les murs, et non clôturée ; je suis contestée, vilipendée, ridiculisée, stigmatisée comme une marginale (alors que ma façon de vivre est partagée par une large majorité de personnes dans le monde), harcelée par des hommes malveillants, privée des soutiens liés à un fort tissu social de réciprocité, de mutualité et d’assistance que conservent encore les sociétés plus proches de la nature.

Après des années de lutte pour faire valoir mes droits à vivre différemment, je peux désormais partager mon expérience avec les personnes qui viennent me visiter, celles qui viennent en retraite s’initier et préparer leur propre projet, mais aussi lors d’ateliers de pratiques artisanales et créatives. J’organise chaque été un séjour de cinq jours en pleine nature intitulé « Femmes sauvages », qui réunit une quinzaine de femmes venant de toute la France, le tout en gratuité et autogestion. En ces moments de désaliénation du système, de grand partage d’émotions et d’authenticité entre sœurs, nous ne faisons pas de théorie mais imaginons souvent dans quel monde nous aimerions vivre. Nous chantons, dansons, pleurons et rions beaucoup, échangeons nos talents et savoir-faire. Nous créons des amitiés et de l’espoir, sorte de tribu inventant une bulle d’amour et de régénérescence.

L’écoféminisme est une utopie car il permet de garder l’espoir dans un monde assez terrifiant. Il promeut la qualité et la sobriété qui donnent sens à la vie, pas la quantité ni le développement technologique sans limites, sources d’aliénation. Mais je n’attends pas le futur pour vivre selon mes convictions, je tente de réaliser tout de suite, là où je suis, ce que je voudrais voir advenir. C’est pourquoi je lutte quotidiennement pour un monde qui ait du sens et qui tienne debout. L’écoféminisme ne doit pas devenir une idéologie, ce n’est pas un rêve, c’est une urgence absolue. Mais il est bien une utopie car une analyse des forces en jeu actuellement ne démontre pas, malgré sa nécessité, la possibilité d’un avènement écoféministe.

De luttes en espoirs

Au niveau collectif, les obstacles sont nombreux et virulents, quasi insurmontables. La frustration des pays pauvres par rapport à l’arrogance des pays riches, qui engendre le terrorisme, si elle génère une sourde culpabilité occidentale, est trop violente pour provoquer autre chose qu’une réaction de défense. Ces réactions essentiellement identitaires ne favorisent pas l’analyse lucide des causes de tension sociale et d’effondrement environnemental. Elles entraînent un raidissement des nations et des peuples et un surcroît de violence. De plus la prolifération des armes et du nucléaire semble irréversible, et comme toute technologie devenue autonome, cette croissance non maîtrisée ne peut déboucher que sur l’explosion. Dans ce contexte, la promotion de la liberté des femmes, la défense de la nature, la volonté de pacification de l’écoféminisme, peuvent sembler dérisoires.

Un autre obstacle, c’est que les idées dominantes sont véhiculées par des urbaines qui profitent de leur majorité écrasante, puisqu’en France aujourd’hui, les trois quarts des gens résident en ville. Or en France, le féminisme a déjà été presque complètement récupéré par des bourgeoises privilégiées de la haute société, des universitaires médiatisées par des multinationales ou patentées par le pouvoir, des femmes à qui la réussite professionnelle a monté à la tête. On voit trop souvent dans les entreprises cette désolante caricature de femmes apprenant à d’autres femmes, sous couvert d’émancipation, à se comporter comme des hommes, c’est-à-dire à perpétuer les conduites de prédation, de colonisation et de marchandisation du vivant, nommées fallacieusement compétence et confiance en soi. Ne doutons pas que tôt ou tard l’écoféminisme subira le même sort, et sera menacé de devenir un concept médiatique et culturel de plus dans le grand chaos virtuel de l’information et de la consommation audiovisuelle de masse, malmené et ridiculisé, ne laissant aux femmes encore proches de ce qui reste de nature qu’une triste image de ringardisation.

Au niveau personnel, les obstacles sont tout aussi nombreux et virulents, mais j’ai décidé d’assumer les risques liés à mes choix. Les oppositions et les dangers ne doivent pas m’empêcher de faire ce que je pense juste et approprié. Car de toute façon, le pire n’est pas de se sentir impuissante, le pire est de se sentir en porte-à-faux avec ce qui est ressenti comme juste. Je vis entourée d’un monde hostile, ondes électromagnétiques partout, chasseurs armés qui tirent sur tout ce qui bouge pendant plus de la moitié de l’année, population très pauvre sans conscience écologique avec un fort taux de délinquance, institutions locales corrompues, abandon des services publics, chômage structurel, types malfaisants pratiquant impunément le harcèlement, milices autoproclamées, majorité de citoyens votant facho. Je combats pourtant sans relâche, assumant les périls encourus chaque jour (vols, dégradations, sabotages, empoisonnements, menaces, insultes, chasse à la sorcière etc.) qui me font adopter souvent des comportements semblables à ceux d’une bête traquée : évitements, fuites, hyper vigilance, brouillages de pistes. Mais je persiste dans la voie qui est mienne en affirmant jusqu’à la mort la légitimité de mon mode de vie (partageant pleinement l’appel de Françoise d’Eaubonne : « Le féminisme ou la mort » !). Je continue aussi à me battre contre une décharge à ciel ouvert qui empoisonne les villageois, contre une antenne relais sur le toit d’un immeuble HLM ou d’une maison de retraite, contre des coupes illicites qui ravagent la forêt locale, contre l’exploitation du gaz de schiste dans nos collines, contre une centrale à biomasse qui rase à blanc des milliers d’hectares, contre le déterrage des blaireaux et le massacre des oiseaux, contre le droit de tuer pour le plaisir (la chasse), contre la fermeture d’une école, pour un service de douche et machine à laver municipal, pour des chantiers participatifs, contre l’imposition du nouveau compteur mouchard d’EDF (Linky), pour défendre le droit des locataires, le droit des habitats légers ou atypiques, pour la réouverture de la ligne de chemin de fer, etc.

Alors non, en aucun cas l’écoféminisme ne peut être un sujet de controverse de chambre : il se vit sur le terrain, au plus près des réalités des femmes et de la terre. Il forge des vies exigeantes et courageuses, s’enracine au cœur de la vie des femmes dans une forme de radicalité fondée sur la nécessité de réagir à une situation vitale critique. Ce n’est pas une vision externe à appliquer à la vie personnelle, mais une vision et une conviction intérieures, intimes, à concrétiser dans le réel par un engagement de tout l’être.

L’identité entre biosphère et féminité, cette inclusion qui implique une relation non de subordination mais de filiation de l’humain avec la nature, nous rappelle donc avec force que l’écologie ne peut être que radicale, anti-capitaliste, anti-productiviste et autogestionnaire, et que l’autogestion ne peut être qu’écoféministe !

Propos recueillis par Jeanne Burgart Goutal

 

Sylvie Barbe

Artiste libre autodidacte pendant vingt ans dans l’art textile du patchwork, elle est maintenant artisane d’art en objets rituels et naturels. À partir de 1994, elle adopte un mode de vie fondé sur la simplicité volontaire : fabrication de yourtes en auto-construction, architecture sauvage, autonomie énergétique… Elle est fondatrice et présidente d’une association de solidarité de femmes et d’une association nationale de défense de l’habitat léger écologique. Elle a créé en 1996 une monnaie locale et un système d’échange local, le SEL des Cévennes. Elle a été candidate à plusieurs élections nationales comme Objectrice de Croissance. Elle est rédactrice du blog Yurtao, et auteure du livre Vivre en yourte, un choix de liberté (Yves Michel).